AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une ressemblance troublante (Aberforth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sorciers
avatar
Messages : 296
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Mer 13 Juin - 11:46


Les jours se suivaient et avaient la fâcheuse tendance à se ressembler. Pourtant, on ne pouvait pas dire qu'ils manquaient de singularité. Presque aussitôt arrivé à New York, Newt avait endossé le statut de criminel recherché, et le nombre de ses "alliés" augmentait de jour en jour...

Mais malgré tout, la dynamique était toujours la même. Certes, il était entouré, et à quelques exceptions près, il était bien entouré, mais il se sentait presque oppressé par tout ce soutien.

Et au quotidien, c'était alors encore et toujours la même chose : devoir se mêler au groupe, sans pouvoir y échapper sous peine de faire défaut à Tina, qu'il appréciait de plus en plus, s'inquiéter pour Dougall, chercher Dougall, ne pas trouver Dougall. Cela ressemblait à s'y méprendre à une suite sans fin, et si elle ne tolérai aucune lassitude comme la plupart des routines, Newt aimerait quand même grandement être capable de passer outre. Mais l'affaire était loin d'être gagnée, bien au contraire.

Cette fois, il était parti seul, et ce n'était même pas tant dans l'optique de chercher sa créature que juste... de prendre un peu de distance. Il avait laissé sa valise aux soins de Jacob, Tina et Queenie. Même s'il leur faisait confiance, qu'à ce stade, il était même capable de leur faire confiance des plus aveuglément, il n'était pas à l'aise avec cette idée. Mais sa valise était plus encombrante qu'autre chose, et il ne manquerait plus qu'elle lui cause de nouveaux soucis. Pour l'instant, toutes ses autres créatures étaient en sécurité, il valait mieux s'assurer que les choses demeurent ainsi.

Il rebroussait chemin après une heure passée à errer dans les rues de New York, prêt à rentrer dans leur pied-à-terre du moment, quand il crut reconnaitre, à quelques mètres de lui, une silhouette familière. Est-ce que Dumbledore l'avait suivi ? Et pourquoi son ancien professeur le suivrait à distance plutôt que d'aller lui parler directement ?

"Depuis quand est-ce que...", commença-t-il en se rapprochant et en s'adressant à lui. Mais une fois parvenu à son niveau, il se rendit compte qu'il s'était trompé d'interlocuteur. pourtant, cet homme lui ressemblait étrangement. "Désolé, je vous ai pris pour quelqu'un d'autre", s'excusa-t-il aussitôt, prêt à reprendre son chemin, sans réaliser tout de suite que son impression de départ n'était pas totalement infondée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 158
Date d'inscription : 04/06/2018

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Mer 13 Juin - 17:55


Une ressemblance troublante
I

l avait su d'entrée de jeu que l'affaire serait des plus délicates et nécessiterait qu'il y consacre plus de temps que ce qu'il souhaitait en dépenser. Non pas qu'i ait bien mieux à faire. En Grande-Bretagne, rien ne l'attendait, pas de famille et un travail d'un bien mince intérêt, mais il s'y trouverait mieux qu'ici, alors qu'il choisissait de remuer de son propre chef un passé qu'il aurait préféré enterrer en même temps qu'Ariana... D'un autre côté, s'il avait vraiment été capable de l'enterrer, il ne ruminerait pas ses sombres pensées à longueur de temps, et il se serait possiblement créé une autre sorte d'existence. Enfin, peu importe, il était là, et l'affaire semblait avoir encore plus d'ampleur que ce qu'il avait soupçonné en premier lieu. C'est qu'il ne fallait pas se contenter de savoir qu'un obscurial sévissait dans New York et que son frère s'y trouvait comme de par hasard. D'autres paradigmes entraient en ligne de compte, qu'il s'agisse de ces fidèles de Salem qui profitaient des événements pour alimenter une haine primaire et mystique contre les sorciers, et le jeune Scamander, accusé à tort de tout ce ramdam parce qu'il avait laissé échapper certaines de ses créatures. Le tout semblait distinct et en même temps intrinsèquement lié, et pour démêler toute l'affaire, puisqu'il n'avait aucune confiance en son frère, Aberforth comptait bien davantage sur les autres acteurs de toute cette histoire d'infortune.

C'était pour cette raison qu'il avait décidé d'aller à la rencontre de Newt Scamander. Enfin... "aller à la rencontre", le terme n'était sans doute pas approprié puisque, pour le moment, il se contentait d'observer le jeune homme de loin sans intervenir. Mais cela ne devait pas durer, car le jeune magizoologiste avait dû se sentir observé, d'une manière ou d'une autre. Il l'observa de loin, et Aberforth pensa savoir ce qui lui était venu à l'esprit. Il en eut la confirmation quand le jeune homme commença à s'adresser à lui, avant de se rendre compte de son erreur.

-Oh, je sais exactement pour qui
, maugréa Aberforth, qui n'était pas spécialement ravi d'avoir été confondu, même l'espace de quelques secondes avec son frère. Ce n'est pas que les Dumbledore étaient jumeaux ou se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, mais leur ressemblance restait assez manifeste pour qu'elle n'échappe pas aux regards même les moins vigilants. Je suis son frère, ajouta-t-il, toujours aussi peu amène. Aberforth Dumbledore.

Il n'irait pas plus loin dans les présentations, chaque chose en son temps, d'autant plus qu'il ne se voyait pas développer un laïus des heures durant sur ses motivations, alors qu'elles étaient clairement trop personnelles pour qu'il ne les étale sur la place publique auprès d'un presque inconnu.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 296
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Mer 20 Juin - 13:04


En y regardant de plus près, l'erreur du magizoologiste se révélait nettement, certes, il y avait quelque chose de Dumbledore chez cet homme, mais on ne pouvait s'y tromper trop longtemps... si l'on omettait certains détails assez troublants, qui poursuivaient de faire le lien entre les deux hommes, à commencer par cette sorte de lueur dans le regard, ceci dit contrariée par la posture et le phrasé de cet homme, d'un abord directement bien moins aimable que son ancien professeur de métamorphose.

Les choses pouvaient donc s'arrêter là, et de la part de l'inconnu, Newt n'attendait plus qu'un "Ce n'est rien", ou même aucune réplique du tout, chacun vaquant à ses occupations sans plus se soucier de la présence de l'autre. Mais à la place de cela, l'inconnu formula une réponse qui dérouta un peu le jeune homme, qui ne s'était en effet pas attendu à ça
.

-Oh, je sais exactement pour qui.

Newt ne pouvait qu'être surpris d'une telle réponse. Il n'avait pas prononcé le nom de l'homme en question d'une part, et puisqu'il le croisait au beau milieu des rues new-yorkaises, on lui faisait sans doute moins souvent une remarque qui lui reviendrait peut-être bien plus régulièrement aux oreilles s'il foulait, à la place, le sol britannique.

Sauf si l'on revenait à sa conclusion précédente : cet homme le suivait peut-être bel et bien, et dans ce cas, cela posait foule de nouvelles questions dont Newt appréhendait en partie la réponse.


- Je suis son frère. Aberforth Dumbledore.

Alors ça... Ce ne devait pas être une révélation si frappante si l'on prenait en considération leur ressemblance physique, mais Newt n'était pas moins étonné par cette réponse. Qui une fois encore soulevait plus de questions que celles posées au départ.

"J'ignorais que le professeur Dumbledore avait un frère..."

Ces mots à peine prononcés, il eut bien conscience de leur totale indélicatesse. Même si c'était la vérité, il aurait sans doute dû s'abstenir de dire ces mots à voix haute... Mais Newt n'était pas forcément un expert en délicatesse. Plutôt en maladresse.

Donc, Dumbledore avait un frère. En soi, qu'il ne l'ait pas su n'était pas non plus si étonnant. Newt non plus ne parlait pas de son frère à tout bout de champ (c'était souvent l'inverse, on l'associait à Theseus, pas l'inverse... du coup, il pouvait comprendre).

Ce qui était étonnant en revanche, c'étaient les raisons de sa présence. Leur rencontre était-elle vraiment dû au hasard ? Et que la réponse soit oui ou non...

"Qu'est-ce que vous venez faire à New York ?"

A moins qu'il y vive ? Mais cela rendrait le secret que Dumbledore faisait de son frère plus surprenant encore dans ces circonstances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 158
Date d'inscription : 04/06/2018

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Mer 20 Juin - 20:17


Une ressemblance troublante
L

a réaction du jeune magizoologiste ne se fit pas attendre et si elle était maladroite, elle avait au moins le mérite d'être complètement honnête, il s'était exprimé sur le ton de la surprise, et en effet, il imaginait sans difficulté que cette nouvelle l'étonnait, et qu'il n'avait pas été au courant. Albus ne parlait pas de son frère, jamais, et Aberforth s'abstenait autant que possible de parler d'Albus aussi de son côté. Moins il parlait de lui, mieux c'était, car évoquer ne serait-ce que son souvenir, c'était ranimer une rancoeur tenace, que ce voyage en Amérique allait forcément avoir le don de raviver plus violemment encore. Mais ces histoires ne concernaient pas Newt, même s'il s'y retrouvait, d'une certaine manière, impliqué... Le jeune homme, visiblement toujours désarçonné et intrigué, ne manqua pas de l'interroger sur les raisons de sa présence. Il est certain que les chances pour qu'il croise le frère de son ancien professeur de métamorphose dans les rues de New York semblaient infinitésimales. Mais il n'y avait pas de hasard. Le hasard était l'excuse que s'octroyaient les faibles pour justifier des actions sur lesquelles ils n'avaient pas réussi à avoir de pouvoir. Mais non, le hasard était un prétexte, pas une réalité.

-J'ai de vieilles affaires à régler avec mon frère,
expliqua-t-il laconiquement, bien décidé à ne pas rentrer dans les détails, car ces détails ne concernaient personne si ce n'est son frère et lui... et la mémoire d'Ariana, mais c'était encore une autre histoire.

C'était plus simple d'exprimer les choses ainsi que de donner d'explications plus directes laissant entendre qu'il cherchait surtout à l'avance de réparer les erreurs de son frère... Il ne comprendrait pas. Il était sans doute comme les autres, aveuglé par la sagesse de façade du "professeur Dumbledore", qui dissimulait sa véritable nature. Il avait des affaires à régler avec son frère, oui, mais ceci dit, son interlocuteur avait quand même un rôle à jouer lui aussi dans cette affaire. Indirectement, certes, mais puisque Newt avait lancé les hostilités, à lui de les poursuivre.

-Et je vous cherchais également. Nous devons parler un peu, vous et moi.

Son ton était ferme et ne laissait pas vraiment entrevoir à son interlocuteur la possibilité de se dérober. Il fallait qu'ils parlent, Newt ne comprendrait sans doute pas pourquoi mais Aberforth s'en faisait, lui, une très bonne idée.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 296
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Mar 26 Juin - 14:19


-J'ai de vieilles affaires à régler avec mon frère.

Il n'y avait aucun besoin d'y regarder bien longtemps pour avoir la certitude que c'était en effet vrai, que cet homme avait effectivement de vieux contentieux à résoudre avec son frère. Quelque chose dans son regard et le ton de sa voix parlait pour lui à ce sujet.

Newt était le dernier à pouvoir faire le moindre commentaire à ce sujet étant donné ses propres relations avec son aîné. A croire que les relations entre frères ne pouvaient jamais être simples et apaisées (Queenie et Tina donnaient une bien meilleure image des relations entre soeurs, en revanche). Il était curieux d'en savoir plus, mais décida de garder cette curiosité pour lui. Il semblait préférable de ne pas l'exprimer de vive voix, en effet. Et si jamais il cherchait des réponses à ses questions, il n'irait pas adresser ces dernières à Aberforth de toute manière. Il avait dans l'intuition qu'il lui serait plus simple d'en apprendre davantage en s'adressant directement à Albus, même si ces vieilles histoires n'étaient de toute façon pas ses oignons.

Alors il allait pour le moment se contenter de récolter les informations qu'il se sentait apte à obtenir, et ce serait déjà pas mal, surtout que quand même, la situation était en train de prendre une tournure qui le dépassait à présent complètement. Il n'aurait jamais imaginé, quand tout ceci avait commencé, qu'il allait devoir gérer avec autant de personnes... comme si le contact humain était son fort pour commencer.


-Et je vous cherchais également. Nous devons parler un peu, vous et moi.

Voilà qui était autre chose, et le frère de son ancien professeur de métamorphose avait l'air terriblement sérieux quand il prononçait ces mots, ce qui n'était pas rassurant du tout. Ils devaient parler, donc. Parler de quoi ? De qui ? Est-ce que sa présence avait un semblant de rapport avec l'affaire qui le préoccupait.

Dans tous les cas, il ne se voyait pas refuser cette entrevue. Il fallait qu'il comprenne un peu mieux cette situation, même s'il était incapable de trouver plaisante ou engageante la présence plus menaçante qu'autre chose de son interlocuteur... Ce n'était pas de sa faute, c'était son aura... il dégageait quelque chose de bien moins bienveillant que son frère.


"Parler de quoi ?" demanda-t-il en fuyant, comme bien souvent, le regard de son interlocuteur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 158
Date d'inscription : 04/06/2018

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Mer 27 Juin - 19:22


Une ressemblance troublante
A

berforth ne devait pas donner la meilleure impression possible à son interlocuteur, mais à dire vrai, le barman n'en avait que faire. Il n'allait pas changer jusqu'à son caractère pour paraître plus amène et abordable, même pour les besoins de sa présence. Ce serait de l'hypocrisie, et il laissait sans souci cet infâme trait de caractère à son frère. C'est sûr qu'il ne soutenait sans doute pas la comparaison face à l'amabilité et la malice du professeur de métamorphose, mais ce n'était pas le but, comme il n'était certainement pas question pour lui de rentrer en concurrence avec son frère. Leur conflit prenait source dans quelque chose de beaucoup plus complexe, terrible, et surtout impardonnable.

Ce qui n'ôtait rien au fait qu'il avait tout de même la ferme intention de s'entretenir avec son jeune interlocuteur. Il avait besoin d'avoir sa version des faits, car il ne se fierait clairement ni à la presse, ni au MACUSA, et surtout pas à Albus. Pas dit que le jeune magizoologiste soit davantage digne de confiance, en tout cas était-il impossible de le confirmer pour le moment, mais il avait un rôle à jouer dans toute cette histoire, alors il n'était pas question de le négliger. Au moins le jeune homme semblait-il curieux de savoir de quoi il souhaitait s'entretenir avec lui, c'était un début. Aberforth lui fit signe d'avancer, ils parleraient tout en marchant, ce serait toujours moins suspect que de rester plantés là. Ils ne seraient pas forcément à l'abri d'oreilles indiscrètes pour autant, mais en même temps, ils ne le seraient nulle part. L'expérience avait appris à Aberforth à être un peu paranoïaque, et il pensait que ce défaut pourrait se changer en qualité à ce stade.

-Je voudrais avoir votre opinion sur les événements dont on vous accuse, sur cet obscurus et celui que vous avez trimballé dans votre valise.

Il était peut-être las de raconter sans cesse cette histoire et d'avoir à s'en défendre, mais ça, ce n'étaient en rien les affaires d'Aberforth. Il n'avait pas l'intention d'y mettre les formes  de toute manière. Il était là pour une raison bien précise, et il n'avait aucune intention de perdre un temps qu'il estimait précieux. Au plus vite il aurait réglé toutes ces histoires, au mieux ce serait.





code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 296
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Lun 2 Juil - 12:05


Ils se remirent à marcher... Newt ne serait même pas capable de dire dans quelle direction, sans doute parce que ça n'avait qu'un minimum d'importance dans tous les cas, l'idée était de ne pas rester statique, ce qui allait très bien au magizoologiste. Ce dernier avait tendance à ne pas savoir tenir en place dans tous les cas, mais en plus, ils étaient moins exposés de cette manière, et c'était une chose que Newt ne pouvait pas négliger du tout à l'heure actuelle.

Ce qui est certain, c'est que Newt ne pouvait pas reprocher à son interlocuteur de tourner autour du pot. Là-dessus encore, cela le distinguait de son frère. Non pas qu'Albus ne sache pas aller droit au but non plus, mais il avait bien plus souvent tendance à se montrer énigmatique, il invitait davantage les gens à déduire la situation plutôt que de l'exposer frontalement, c'était une invitation, bien souvent, à la prospection, et à une réflexion plus profonde, mais visiblement, Aberforth Dumbledore ne tenait pas à l'inviter à réfléchir. Ce qu'il voulait, c'était simplement les faits, les faits bruts. Ce qu'il en ferait, c'était cela qui intriguait directement. Et pourquoi n'en parlait-il pas directement à son frère ? Si seulement il le savait.

Il ne savait pas s'il faisait bien de discuter avec lui. Après tout, même si l'homme s'était présenté comme le frère de Dumbledore (un frère dont il n'avait jamais entendu parler, au passage...), rien ne garantissait qu'il soit vraiment honnête. Il pouvait bien lui mentir. Et qu'est-ce qui lui disait qu'il ne travaillait pas avec le MACUSA, d'ailleurs ?


"Pourquoi voulez-vous savoir cela ?"
demanda prudemment Newt. Et de la prudence, il en fallait dans les circonstances actuelles, même s'il lui arrivait malgré tout d'en manquer. Ce n'était pas dans sa nature que d'agir de cette façon.

Il pourrait répondre directement, sa réponse ne différerait pas de la version qu'il avait communiquée au MACUSA, mais quelque chose, dans le comportement de cet homme, l'intriguait. Quelque part, il n'avait pas envie de le regarder comme un ennemi et ne pensait pas qu'il en soit un. D'un autre, il ne se voyait pas lui accorder trop facilement sa confiance. Il faudrait qu'il en touche deux mots au professeur Dumbledore avant toute chose, afin de savoir à quoi s'en tenir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 158
Date d'inscription : 04/06/2018

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Lun 2 Juil - 19:55


Une ressemblance troublante
F

aute de lui répondre, le jeune magizoologiste se contenta plutôt de lui opposer une nouvelle interrogation. Au fond, Aberforth ne pouvait pas réellement lui reprocher sa défiance. Etant donné sa situation, c'était plutôt tout à son honneur que de ne pas directement accéder à requête (même si en revanche, il aurait préféré que Newt lui réponde tout de suite, car il n'avait vraiment pas de temps à perdre). Il était recherché par le MACUSA, et rien ne lui garantissait qu'il soit vraiment qui il prétendait être. Ceci dit, Aberforth n'avait pas l'intention non plus de faire des pieds et des mains pour assurer son interlocuteur de sa bonne foi. Il n'avait pas ce genre de patience. Il avait besoin de collecter d'office toutes les informations qui l'intéressaient, il n'y avait que de cette manière qu'il saurait agir de la façon la plus adéquate et s'assurer que son frère ne fasse pas plus de mal que celui qu'il le soupçonnait de planifier dans tous les cas (oui, il devrait peut-être lui accorder le bénéfice du doute, mais il n'y parvenait pas, convaincu qu'il était de l'infinie mauvaise foi de son frère).

-Ecoutez, c'est très simple, soit vous écoutez aveuglément mon frère sans vous interroger une seule seconde sur ses motivations, soit vous acceptez de m'apprendre les détails de la situation et vous permettez qu'on réduise la casse, c'est à vous de voir.

Pas sûr que ce discours réussirait à convaincre son interlocuteur, il y avait même de bonnes chances pour que l'inverse se produise, mais Aberforth avait toujours été comme ça, franc du collier et surtout particulièrement déplaisant au premier abord (et bien souvent, aux deuxième et troisième abords, rien ne changeait). Il n'avait pas l'intention de changer sa nature pour l'adapter aux circonstances. C'est les circonstances qui devraient s'adapter à sa nature, point barre. Même si ces circonstances étaient en l'occurrence plutôt graves.

-Je veux empêcher à ce foutoir d'en devenir un plus grand encore, c'est tout.
Il poussa un léger soupir. De toute façon, vous avez déjà tout dit au MACUSA, non ?

Donc au final, que ce soit un espion ou pas, ça ne changerait absolument rien, rien du tout, même. Donc autant en découdre tout de suite.





code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 296
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Mer 11 Juil - 11:17


-Ecoutez, c'est très simple, soit vous écoutez aveuglément mon frère sans vous interroger une seule seconde sur ses motivations, soit vous acceptez de m'apprendre les détails de la situation et vous permettez qu'on réduise la casse, c'est à vous de voir.

Pour les nombreux reproches que l'on pourrait faire à cet homme (à commencer par son absence totale d'amabilité, qui se cernait au premier coup d'oeil), on ne pouvait pas lui retirer le fait qu'il n'avait pas sa langue dans sa poche. Etait-ce pour autant qu'il disait la vérité ? C'était bien difficile à dire.

Newt était en tout cas désarçonné par cette rencontre, qui ne ressemblait à rien de ce à quoi il s'était attendu... en même temps, à quoi aurait-il bien pu s'attendre, en fin de compte ? Il y a quelques minutes à peine encore, Newt ne savait même pas que le professeur Dumbledore avait un frère. Cela faisait beaucoup d'informations à assimiler d'un coup d'un seul.

Newt n'avait jamais eu le sentiment de suivre aveuglément son ancien professeur, mais peut-être que c'était un peu le cas, parce que Albus Dumbledore était pour lui un parangon de vertu, d'honnêteté et de justice. Il n'avait jamais envisagé de remette son propos en question, et il n'avait pas l'intention de commencer aujourd'hui parce qu'un inconnu l'encourageait à le faire.

S'il était à pour aider, pourquoi tant d'hostilité à l'adresse du professeur de métamorphose ? Le magizoologiste avait peine à le comprendre. Après tout, sur le papier, ils défendaient précisément les mêmes intérêts et étaient armés d'intentions identiques, alors à partir de là, où pouvait bien se situer le problème, précisément ?


-Je veux empêcher à ce foutoir d'en devenir un plus grand encore, c'est tout. De toute façon, vous avez déjà tout dit au MACUSA, non ?
Newt hocha la tête. En effet, il n'avait pas menti aux autorités américaines concernant les raisons de sa présence ou de celle de l'obscurus dans sa valise. Il s'avérait simplement que personne, à aucun moment, n'avait estimé judicieux de l'écouter malgré tout. Et il ne savait pas si réitérer son discours serait du moindre intérêt.

"Le professeur Dumbledore n'a fait que m'aider depuis son arrivée ici. Quelles que soient les motivations que vous lui prêtez, sauf votre respect, je pense que vous vous méprenez sur ses intentions.", répliqua-t-il.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 158
Date d'inscription : 04/06/2018

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Mer 11 Juil - 18:17


Une ressemblance troublante
A

berforth aurait dû s'en douter, le jeune homme avait déjà été complètement lobotomisé pa la sympathie d'apparence de son frère. C'était un don, chez Albus, de s'attirer la sympathie d'autrui (dont lui-même n'avait clairement pas hérité), et il faut croire que quiconque tombait dans ses filets finissait par nourri une sorte de fascination à son égard. Ce serait presque fascinant si ce n'était pas à ce point agaçant (et l'aspect agaçant dépassait clairement le reste)... Newt prenait donc la défense de son sacrosaint ancien professeur, et Aberforth entrevoyait déjà la difficulté qu'il aurait à le convaincre qu'il ne se trouvait pas du tout dans le bon camp. Même en lui expliquant la vérité en long, en large et en travers, Aberforth était convaincu du fait que le jeune homme serait capable de le taxer de menteur, et honnêtement, il n'était pas d'humeur à entendre être remise en cause la part la plus douloureuse de son existence. Il allait falloir qu'il fasse preuve de patience, donc. Malheureusement, la patience n'avait jamais été le fort du serveur, et même s'il faisait des efforts depuis son arrivée en Amérique, il ne fallait pas trop lui en demander non plus.

-Et sauf votre respect,
répliqua Aberforth d'un ton égal, prenant soin d'utiliser exactement les mêmes mots que ceux de son interlocuteur, histoire de les placer sur un pied de fausse égalité. En prétendant vouloir lui faire montre de respect, le magizoologiste, en réalité, lui en manquait plus qu'il ne le soupçonnait. Je connais mon frère depuis bien plus longtemps que vous.

Et donc, il savait bien mieux que son interlocuteur ce qu'il en était, en la circonstance. Cela ne suffirait sans doute pas à convaincre la jeune homme de la nécessité qu'il devrait éprouver à répondre à ses interrogations, mais peu importe. Il n'avait vraiment pas le temps de ménager les sentiments et les impressions de son interlocuteur. C'était fatigant d'agir dans les intérêts de quelqu'un et de devoir s'en justifier par-dessus le marché, alors que ça devrait juste aller de soi... Mais en même temps, s'il ne prenait pas sur lui, ils n'allaient définitivement arriver à rien, et dans des circonstances où chaque minute, chaque seconde, même, comptait, ce n'était tout simplement pas envisageable.

-Faites comme bon vous semble mais ne commettez pas l'erreur de vous détourner des personnes qui cherchent réellement à vous aider. Je veux juste avoir votre version des faits, c'est tout.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 296
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Lun 16 Juil - 13:30


-Et sauf votre respect. Je connais mon frère depuis bien plus longtemps que vous.

Dans un cas comme dans l'autre, le respect ne semblait qu'être d'usage, et loin d'être un sentiment mutuel ou même ressenti par l'un ou par l'autre. Il faut dire que la situation était bien trop singulière pour que Newt daigne ressentir un début de respect pour son interlocuteur... surtout en vertu de tout celui qu'il avait en revanche pour le pofesseur Dumbledore.

Donc cette conversation avait toutes les chances de ne que feindre être cordiale et rien d'autre. Newt doutait même que leurs intérêts soient communs. Il était fermement décidé, quoi qu'il en soit, à demeurer sur ses gardes.

Quoique pour le moment, il y avait bien une chose à laquelle il pourrait difficilement tort à son interlocuteur, c'est qu'il connaissait forcément Albus Dumbledore depuis bien plus longtemps que lui, puisqu'il le connaissait depuis sa plus tendre enfance.


-Faites comme bon vous semble mais ne commettez pas l'erreur de vous détourner des personnes qui cherchent réellement à vous aider. Je veux juste avoir votre version des faits, c'est tout.

Mais comment savoir que cet homme cherchait réellement à l'aider. Newt n'y mettrait certainement pas sa main à couper... et pourtant, sa main en avait déjà vu des vertes et des pas mûres à force de brûles, griffures et morsures... Les aléas du métier... et qui ne le dérangeaient pas un seul instant.

Il hésitait toujours. Il ne lui dirait rien de confidentiel, c'est sûr, mais dans tous les cas, l'attitude du frère de Dumbledore était bien trop singulière, pour ne pas dire suspecte, pour que vraiment, le jeune magizoologiste s'y laisse prendre sans opposer un minimum de résistance. Il ne pouvait pas s'en empêcher de toute façon.


"Pas avant que vous me disiez ce que vous avez l'intention de faire"
, répondit-il en tentant de faire montre d'une forme d'autorité qui ne lui correspondait pas du tout.

Il savait bien qu'il ne devait rien avoir de convaincant à l'heure actuelle, mais il n'avait jamais été le plus doué pour imposer ses conditions aux autres. Ce n'était pas pour autant qu'il se laissait marcher sur les pieds, c'était en revanche pour cette raison qu'il avait tendance à fréquenter le moins de gens possible... encore que les récents événements l'obligeaient à plus de sociabilisation que ce qu'il s'était cru capable de supporter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 158
Date d'inscription : 04/06/2018

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Lun 16 Juil - 21:44


Une ressemblance troublante
L

e magizoologiste, derrière ses airs égarés, était plus borné que ce que Aberforth avait présumé de prime abord. Il ne devrait pourtant pas être tant que cela surpris, bien loin de là. Si son caractère avait su attirer l'attention et l'intérêt de son frère, c'est qu'il devait aller au-delà de ce que les apparences laissaient suggérer. Rien n'était gagné, encore, car le jeune homme restait sur la réserve (et, pour la peine, faisait perdre son temps à Aberforth, qui n'en avait vraiment pas beaucoup, qui n'en avait vraiment pas assez), mais il finirait par céder. Le barman n'avait pas fait tout ce chemin, quand même, pour se faire envoyer promener de cette manière.

Au fond, les questions du jeune Scamander étaient parfaitement légitimes, entièrement légitimes, même. Depuis son arrivée à New York, il s'était fait un grand nombre d'ennemis... et pas des moindres, il faut bien le dire. Alors se méfier, c'était un réflexe de survie, très clairement. Aberforth poussa un soupir. Il n'avait vraiment pas envie de perdre du temps en explication... mais en même temps. S'il voulait que Newt lui en donne, il allait sans doute falloir que lui aussi mette un peu d'eau dans son vin et en dise davantage. Même s'il pensait avoir déjà tout dit. Il voulait résoudre cette situation au plus vite et faire en sorte que cette situation ne dégénère pas encore davantage. Bon, allez, autant en dire plus, si cela pouvait un peu apaiser la réserve qu'éprouvait légitimement le jeune homme.

-Je veux retrouver l'obscurial avant que d'autres ne le fassent et cherchent à l'exploiter à mauvais escient, expliqua-t-il donc en toute honnêteté. Mais pour ça, j'ai besoin du plus d'informations possible. Je ne vous apprend rien en vous disant que son temps est sûrement compté.

Sa situation était simple et complexe en même temps, il n'y avait en tout cas pas de manière plus simple et plus concise de leur apprendre les choses. Il n'en disait pas plus sur ceux qui pourraient vouloir exploiter l'obscurus. Parce que "ceux", c'était surtout "celui", à savoir son frère. Newt le déduirait peut-être des mots qu'il avait prononcés précédemment, mais il préférait ne pas le dire d'emblée, cela aurait surement le don de braquer son jeune interlocuteur. Et pour le moment, il n'avait besoin que de ses informations, pas de ses questionnements.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 296
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Mer 25 Juil - 10:16


Le frère de Dumbledore était si borné que Newt s'attendait assez à ce qu'il lui refuse la moindre explication concernant ses motivations, les raisons de sa présence à New York alors qu'il attendait de lui qu'il lui explique en long et en large ce qu'il faisait là, exactement.

Mais non, Aberforth ne le fit pas attendre plus longtemps et lui expliqua la situation, ou en tout cas ce qu'il voulait bien lui dire de la situation, précisément.

-Je veux retrouver l'obscurial avant que d'autres ne le fassent et cherchent à l'exploiter à mauvais escient.

C'était donc ça... Newt, au fond, n'était pas étonné que cet homme ait compris de quelle nature était l'individu qui semait ainsi le touble à New York. L'expérience récente du magizoologiste lui avait permis, sans aucune difficulté, de comprendre de quoi il retournait, mais quand il avait exprimé son hypothèse, on l'avait nié en bloc. Presque tout le monde, sauf bien sûr Tina, Jacob et Queenie, prêts à l'entendre... Et Albus, qui d'entrée de jeu avait compris de quoi il retournait.

Au fond, Aberforth et Albus n'étaient peut-être pas frères pour rien, même s'ils semblaient tout de même divisés sur de très nombreux points.

La manière dont Aberforth présenta les choses intrigua quelque peu Newt, car ce n'était pas sans lui rappeler ce que Graves lui avait dit lors de leur "entretien"... que l'obscurus était "inutile" sans son hôte. Exploiter le pouvoir d'un obscurial était une perspective si atroce qu'elle ne lui était pas venue à l'esprit avant cela. Mais il devenait de plus en plus clair que quelqu'un en avait après lui, qui que ce puisse être.

Mais pour ça, j'ai besoin du plus d'informations possible. Je ne vous apprend rien en vous disant que son temps est sûrement compté.

Oui, en effet, il le savait. Pour avoir été le témoin impuissant du déclin d'un obscurial, il savait que leur temps était toujours malheureusement limité. Rien que de penser à cette petite Soudanaise, Newt avait des frissons, il s'en voulait encore, même si on lui répétait qu'il n'aurait rien pu faire.

Il y avait là un autre enfant en danger, et il était probable qu'ils soient incapables de l'aider. Mais le protéger serait un début, seulement, comment savoir ?


"Qui me dit que ce n'est pas justement votre intention, d'exploiter cet obscurial ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 158
Date d'inscription : 04/06/2018

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Mer 25 Juil - 23:15


Une ressemblance troublante
B

on, il était vraiment difficile à convaincre, le bougre, mais en même temps, c'était plutôt en sa faveur que de ne pas se laisser ainsi abuser par toutes les belles paroles qui pouvaient être prononcées à son adresse, car des personnes qui voudraient se servir de lui, d'une façon ou d'une autre, il y en avait et il y en aurait toujours, au regard des circonstances, précisément. Le jeune homme avait l'air d'avoir de la suite dans les idées. De toute évidence, il avait conscience de l'importance du fait de mettre la main sur cet obscurial avant que d'autres, moins bien intentionnés, ne s'en chargent à sa place. Sans doute en avait-il l'ambition, d'ailleurs, mais il se voyait freiné dans cette ambition par son entourage. Sans s'en rendre compte, ses pures intentions pourraient se retourner contre lui quand il comprendrait ce que Dumbledore, de son côté, cherchait réellement à faire de son côté. Ce serait sans doute plus simple d'expliquer frontalement la situation au magizoologiste, mais il ne le croirait pas, Albus avait dû l'endoctriner, comme il en avait endoctriné tant d'autres avant lui. Aberforth voudrait bien ranger son interlocuteur de son côté, mais définitivement, ça n'allait pas être une mince affaire.

-Si c'était mon intention, croyez-vous que je commettrais la bêtise de vous en parler directement ?
demanda-t-il alors en tentant de rester aussi posé que ne le permettait son sale caractère, ce qui par conséquent ne voulait pas forcément dire grand-chose.

Pas sûr que cet argument suffise, ceci dit. Aberforth, pour avoir un peu côtoyé Gellert Grindelwald, contre sa volonté cela s'entend, savait que ce dernier se croyait si sûr de lui qu'il était bien capable de dévoiler ses plans à l'avance en étant convaincu que cela ne changeait absolument rien. Mais il n'avait jamais considéré Grindelwald d'une grande intelligence, contrairement à beaucoup d'autres, il se croyait plus intelligent que tout le monde mais au bout du compte, il perdrait tout. Et il espérait bien être de ceux qui lui feraient tout perdre. Mais il en était encore loin, surtout s'il se coltinait une capacité de persuasion proche du zéro absolu comme c'était présentement le cas.

-Me donner votre version des faits ne vous engage à rien, vous savez. A moins que vous ne connaissiez déjà l'identité de l'obscurial, bien sûr.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 296
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Lun 30 Juil - 16:29



-Si c'était mon intention, croyez-vous que je commettrais la bêtise de vous en parler directement ?

Ce semblait idiot, dit comme ça, mais pourquoi pas, après tout. Tout bien considéré, ce pouvait justement parce qu'il en parlait si librement que personne n'estimerait nécessaire d'émettre le moindre doute ou la moindre réserve à ce sujet.

Il était peut-être trop méfiant, mais il était sur des charbons ardents, il serait idiot d'en rajouter encore davantage en accordant sa confiance au premier venu. Tant qu'il n'aurait pas parlé à son ancien professeur de métamorphose de tout ça, il ne s'imaginait pas changer son fusil d'épaule. Les enjeux étaient trop nombreux et surtout beaucoup trop importants, c'était évidemment beaucoup trop risqué.

Il ne répondit rien à cette question, il se contenta d'éviter le regard de son interlocuteur autant qu'il le pouvait.


-Me donner votre version des faits ne vous engage à rien, vous savez. A moins que vous ne connaissiez déjà l'identité de l'obscurial, bien sûr.

Voilà, c'était suspect. Qu'il lui parle à ce point de l'obscurial, il ne trouvait vraiment pas ça engageant, mais il voyait bien que son interlocuteur ne cherchait pas à l'être de toute façon. Manifestement, il avait quelque chose en tête, de précis, et sans rien lui en dire, il s'attendait à ce que le magizoologiste, lui, passe à table sans discuter davantage.

Il fit non de la tête. Non, il ne connaissait pas l'identité de l'obscurial, et même si c'était le cas, il est évident qu'il ne l'apprendrait pas au premier vite. N'empêche, s'ils pouvaient trouver cet enfant au plus vite, ils pourraient peut-être résoudre la situation. Sauver l'enfant, c'était sans doute une lubie que de croire cela possible. Mais après tout, pourquoi ne pas le tenter, ou rendre ses derniers jours plus supportables.


"Si vous vous contentez de vouloir apprendre ce que tout le monde sait déjà, je ne vois pas en quoi ma version des faits vous sera de la moindre utilité."
Il poussa un soupir. Il savait comment ça se passait, il allait encore insister. "Mes créatures se sont échappées, et l'une d'elles aurait agressé le sénateur Shaw, ce qui est faux."

Voilà, rien d'autre, il n'y avait rien à ajouter, les allégations contre lui faisaient perdre du temps à tout le monde, ce qui arrangeait sûrement certains. Voilà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 158
Date d'inscription : 04/06/2018

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Lun 30 Juil - 20:10


Une ressemblance troublante
A

berforth ne prit même pas la peine de répliquer quoi que ce soit quand son interlocuteur lui répondit que puisqu'il ne demandait que la version des faits qu'il avait communiquée au MACUSA, il n'avait rien à lui apprendre de plus. C'était peut-être vrai, puisque déjà, Aberforth était parfaitement renseigné sur l'affaire, et avait glané toutes les informations qu'il pouvait sur la question, en plus de celles qu'il reconnaissait d'instinct (à commencer par le fait qu'un obscurus avait assassiné le sénateur Shaw, ce que beaucoup démentaient). Mais Newt était le premier concerné par l'affaire, s'il voulait obtenir des informations de première main, c'était à lui qu'il devait s'adresser, en priorité.

Mais encore fallait-il que le jeune homme se montre un peu plus conciliant. Et il ne semblait pas décidé à le faire. De toute évidence, il faudrait qu'il le confronte en présence de son frère. Et il navait vraiment pas de temps à perdre avec ces bêtises, surtout qu'il se doutait qu'Albus retournerait le cerveau de son interlocuteur comme il était habitué à le faire avec tout le monde. Il ne connaissait personne qui ne soit tombé sous son emprise. Si ce n'est lui-même, évidemment, et Grindelwald, dans une certaine mesure, puisque c'était plutôt Albus qui avait été sous son emprise à lui, à choisir. Il lui concéda quand même un résumé de la situation. Un résumé ce qu'il y a de plus concis, il est vrai, mais faute de mieux, Aberforth s'en contenterait.

-En effet, je le savais déjà, tout ça,
soupira-t-il. Autant intervenir avec ses propres connaissance. Au moins le jeune homme avait commencé à bien vouloir parler, et c'était un début. En insistant encore davantage, il réussirait peut-être à obtenir gain de cause, une bonne fois pour toutes. Ou pas, mais il essaierait tout de même. Et comment avez-vous si rapidement déduit que le décès du sénateur Shaw était l'oeuvre d'un obscurial ? demanda-t-il en le sondant du regard.

Car c'était bien cela, qui l'intéressait, en fin de compte, ça et rien d'autre. La mort du sénateur ou même les dégâts causés dans New York étaient loin d'être sa priorité. Son seul souci était la sécurité de l'obscurial, s'assurer que personne ne profiterait de lui à mauvais escient.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 296
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Ven 3 Aoû - 15:03

-En effet, je le savais déjà, tout ça.

Newt serra les dents. Cet homme ne faisait définitivement rien pour lui être agréable. Bien au contraire, même, c'était plutôt l'exact inverse. Le magizoologiste ne saurait trop dire s'il s'agissait là d'arrogance ou bien d'un mépris général qui touchait absolument n'importe qui, et indifféremment, mais il était très difficile de s'imaginer que le professeur Dumbledore et lui puissent être frères si l'on ne se fiait qu'à leur caractère. Leur apparence, seulement, ne laissait qu'une place limitée au doute, ce qui ne rendait pas Newt plus disposé à entendre les propos d'Aberforth quoi qu'il en soit.

Il lui disait des choses qu'il savait déjà, et alors ? Est-ce qu'il s'attendait vraiment à autre chose ? Il l'avait prévenu, il avait été complètement honnête quand il s'était adressé au MACUSA. Alors oui, il n'avait pas répété mot pour mot les propos qu'il avait prononcés devant le Congrés magique des Etats-Unis, mais l'idée était présente, et il n'estimait pas qu'il y ait besoin de savoir grand chose au-delà du résumé concis qu'il venait de faire.

Alors il ne comptait pas se perdre en détails superflus pour satisfaire à la curiosité de son interlocuteur. Ce dernier n'avait e cesse de lui répéter qu'il avait mieux à faire ? Eh bien, lui tout autant qu'importe sa pensée là-dessus.


Et comment avez-vous si rapidement déduit que le décès du sénateur Shaw était l'oeuvre d'un obscurial ?


Voilà en revanche une question qui se révélait plus ciblée. Newt aurait pu l'attendre, mais ça n'avait pas été le cas, et elle la prit presque au dépourvu, mais pas trop longtemps tout de même. Il fut tenté une fois de plus de ne pas répondre... Mais si sa réponse pouvait calmer la curiosité de son interlocuteur... ça n'avait rien de confidentiel en soi...

"Parce que j'en ai déjà rencontré une... au Soudan."

Et il n'avait pas envie de reparler de cette enfant qu'il n'était pas parvenu à sauver, des efforts qu'il avait déployés dans l'espoir de l'aider, et qui n'avaient mené à rien. Il avait vu cette enfant mourir sous ses yeux, et de préférence, il voudrait que la situation ne se reproduise pas une fois de plus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 158
Date d'inscription : 04/06/2018

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Dim 5 Aoû - 0:17


Une ressemblance troublante
A

berforth s'était imaginé devoir lutter pour extorquer ces nouvelles informations à son interlocuteur, mais il n'en fut rien, en fin de compte. Bien au contraire, même, on peut même dire que le jeune homme s'était montré particulièrement conciliant, au vu des circonstances. Loin de se montrer réticent à lui répondre ou de décider d'agir en lui adressant une convenable pirouette, il lui avait exprimé la vérité nue. Certes, une fois de plus, le propos était concis et peu développé, mais il n'y avait sûrement rien de plus à dire que les quelques mots que son interlocuteur venait de prononcer. Certes, que cette obscuriale soit originaire du Soudan ne signifiait pas grand-chose, mais le reste oui. Sans tout savoir de son interlocuteur et aisément sujet à l'erreur, par conséquent, l'homme pensait avoir cerné néanmoins la situation. Le jeune homme s'était rendu au Soudan, avait fait la rencontre de cette enfant, avait cherché à la sauver, y avait échoué, et culpabilisait depuis. C'est pour cette raison qu'il avait conservé l'obscurus qui lui était affilié dans l'optique de l'étudier : pour qu'une telle situation ne se reproduise plus. Etait-ce vraiment le hasard qui avait poussé le jeune Scamander à se rendre à New York ou cherchait-il justement à sauver cet enfant, tout comme lui... Difficile à dire, mais leur intérêt, dans tous les cas, se présentait comme commun, raison pour laquelle ils feraient bien de collaborer au lieu de s'envoyer sur les roses.

-Ecoutez,
répondit Aberforth, qui s'efforçait de mettre de l'eau dans son vin, ce qui lui demandait clairement un effort considérable (en même temps, de l'eau dans du vin... qui trouverait ça bon, honnêtement ?). On veut la même chose. Je suis sûr que vous voulez pas que ce qui est arrivé à cette petite fille arrive à quelqu'un d'autre, et moi... pareil. Alors je vais avoir besoin de votre aide.

Lui non plus ne voulait plus voir qui que ce soit de jeune et surtout d'innocent souffrir d'un pouvoir indomptable qui devait le ou la dévorer. Ils ne pouvaient pas ramener à la vie ceux qui étaient déjà partis et qu'ils n'avaient pas été capables de sauver, mais ils pouvaient peut-être en revanche honorer leur mémoire en s'arrogeant la mission que plus jamais cela ne se reproduise. Et donc, ils devaient se serrer les coudes.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 296
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Lun 20 Aoû - 13:27


-Ecoutez. On veut la même chose. Je suis sûr que vous voulez pas que ce qui est arrivé à cette petite fille arrive à quelqu'un d'autre, et moi... pareil. Alors je vais avoir besoin de votre aide.

Si Newt se retrouvait toujours dans l'incapacité totale de cerner son interlocuteur (en même temps, il avait toutes les peines du monde à cerner qui que ce soit, il n'y arrivait tout simplement pas, même s'il le souhaitait réellement), il pensait vraiment cerner de la sincérité et de la compassion quant à ce qu'il avait vécu au Soudan, comme si lui-même avait vécu une situation similaire.

Le magizoologiste fronça les sourcils, étonné et quelque part un peu rassuré en même temps. Il en était quasiment certain dorénavant, son interlocuteur avait dû vivre une situation similaire à la sienne, et c'était à ce titre qu'il se sentait à ce point concerné par l'obscurial, pas parce qu'il voulait l'exploiter à son propre profit, mais parce qu'il voulait empêcher un autre drame de se produire.

Pouvait-il, malgré tout, avoir à cent pour cent confiance en son interlocuteur ? Toujours pas. Il pouvait très bien se tromper, et dans ce cas, il fallait à tout prix qu'il soit sur ses gardes. En même temps, garder un oeil sur le frère du professeur Dumbledore semblait plus simple et plus avisé que de se tenir à distance de lui en espérant que cela ait le moindre impact.


"Je ne vois pas en quoi je peux vous aider"
, se contenta-t-il de répondre, ne se mouillant toujours pas.

Cela étant dit, c'était quand même ce qu'il pensait. Il était le protagoniste involontaire de cette histoire, mais ce n'est pas pour autant qu'il avait toutes les clés en mains, loin de là, et il ne voyait vraiment pas lesquelles il pourrait potentiellement communiquer à son interlocuteur.

Il était tout de même curieux de savoir pourquoi cette situation concernait tant son interlocuteur mais il sentait que s'il posait la question, il n'obtiendrait aucune réponse satisfaisante, c'était même totalement évident.

Alors il attendait seulement de savoir quel rôle il s'attendait à ce qu'il joue... ce qui ne signifiait pas qu'il avait l'intention de le jouer, mais dans tous les cas, le frère du professeur de métamorphose n'obtiendrait sans doute pas gain de cause.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 158
Date d'inscription : 04/06/2018

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Lun 20 Aoû - 21:23


Une ressemblance troublante
A

berforth avait le sentiment qu'il avait su toucher une corde sensible en parlant de l'enfant, de l'obscurial. Et tant mieux, car cela lui confirmait au moins que le jeune homme était bel et bien e son côté, que ses intentions étaient pures et que ses motivations étaient semblables aux siennes. Au-delà du reste, l'important, c'était de protéger l'obscurial. Le sauver était sans doute peine perdue, il ne fallait pas se leurrer non plus à ce sujet, mais essayer ne coûtait rien, après tout... Et dans tous les cas, c'est en mettant un terme à la panique qui régnait sur New York qu'ils aideraient à innocenter Newt et Porpentina. Malgré tout, s'ils reconnaissaient avoir des intérêts communs, Newt insistait sur le fait qu'il ne pensait pas pouvoir l'aider en quoi que ce soit. Il est vrai que la réciproque semblait plus évidente. Mais Aberforth voyait plus loin, et il était convaincu que garder le jeune magizoologiste dans son giron lui serait d'une aide précieuse pour la suite. Tout convergeait autour de lui à l'heure actuelle, et la moindre information qu'il pouvait obtenir saurait lui être précieuse. Il y croyait dur comme fer, en tous les cas. Il devait se rattacher à ce qu'l avat quo qu'il en soit.

-En me tenant au courant de vos recherches et de vos progrès, c'est tout ce que je demande
, répondit-il de son ton habituellement bougon. Vous me rendez service, je vous rends service, c'est aussi simple que ça.

Oui, Newt cherchait à être innocenté, et il voulait retrouver sa créature manquante, et c'était ce qui comptait avant tout... mais dans tous les cas, il restait évident que le sort de l'obscurial le préoccupait également, il allait vouloir intervenir, et Aberforth voulait être présent quand cela arriverait... et surtout éviter de laisser à son frère l'occasion de saisir l'opportunité avant lui. Il pourrait mettre Newt en garde une fois de plus contre Albus, mais puisqu'il semblait être parvenu, même un minimum, à gagner la confiance de son interlocuteur, il n'avait pas envie de perdre sa confiance une bonne fois pour toutes. Il verrait bien. Dans tous les cas, il pensait avoir fait un grand pas en avant, et il ne regrettait pas d'avoir provoqué cette rencontre, même si elle ne laisserait pas forcément le meilleur des souvenirs au jeune homme.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 296
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   Lun 27 Aoû - 14:52

-En me tenant au courant de vos recherches et de vos progrès, c'est tout ce que je demande.

Est-ce que c'était vraiment tout ce qu'il attendait de lui ? Le magizoologiste était incapable de ne pas en douter. Il y avait quelque chose, chez cet homme, qui ne lui inspirait qu'une confiance relative, et même si quelque part, il avait envie de croire en ses dires, il n'avait aucune intention de se laisser avoir si facilement.

Pouvait-il se permettre de le tenir au courant de ses recherches et de ses progrès sans craindre que les fruits de ces recherches tombent entre de mauvaises mains ? Puisque rien ne lui permettait d'être réellement sûr de la situation, c'était bien difficile à dire.

Alors oui, il ressentait comme une forme de pure honnêteté quand il était question de l'enfant qu'il leur fallait sauver, mais avait-il besoin de l'avis de cet homme, pour cela. Il avait déjà l'appui d'Albus Dumbledore, qui à ses yeux était le sorcier le plus talentueux ayant jamais existé. Sorcier que son frère semblait ne pas porter dans son coeur. Comment ne pas manifester sa défiance, par conséquent ?

Le plus simple serait d'en discuter avec le principal concerné et, dans l'attente, de rester sur le qui-vive... ce qui était un peu un état constant pour lui depuis qu'il était en cavale, pas le choix.


Vous me rendez service, je vous rends service, c'est aussi simple que ça.

En soi, ça avait tout l'air d'un simple échange de bons procédés, mais ça n'empêchait pas le magizoologiste de douter encore.

"Nous verrons bien...", répondit Newt, ce qui était une manière comme une autre de se dérober.

Il ne dirait ni n'apprendrait rien à son interlocuteur tant qu'il n'aurait pas discuté avec le frère de ce dernier. De ce point de vue, son choix était fait et il était tout ce qu'il y a de plus irrévocable.


"Maintenant, si vous le voulez bien... j'ai à faire."


Il était toujours à la recherche de Dougall... Mais il ne comptait pas le dire tel quel, il ne tenait pas forcément à ce que son interlocuteur ne vienne directement commenter cela, ou mieux, choisir de lui prêter main forte.


"A bientôt, je présume."

Et il n'avait pas franchement hâte d'être à ce "bientôt", loin de là.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Une ressemblance troublante (Aberforth)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une ressemblance troublante (Aberforth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [PV Kana Suu] Des nouvelles de Tequila Wolf.
» Tu es... une curiosité troublante.
» Une arrivée troublante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where to find them :: Welcome to the wizarding world :: Brooklyn-