AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'odeur du thé fait saliver les papilles. (Tina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sorciers
avatar
Messages : 363
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: L'odeur du thé fait saliver les papilles. (Tina)   Lun 13 Aoû - 15:01

L'odeur du thé fait saliver les papilles.
La situation n’avançait pas tellement, en réalité, mais Albus ne perdait pas espoir qu’ils allaient quand même parvenir à arranger tout ça. En tout cas, concernant Newt directement ainsi que la jeune Tina Goldstein qui se retrouvaient dans une situation bien compliqué. Il suffisait pour cela de prouver l’innocence du jeune magizoologiste et par la même occasion prouver que la jeune sorcière n’avait donc aucune raison d’être complice de quoi que ce soit. Et puisqu’ils étaient innocents, évidemment, il n’y avait aucune raison qu’ils n’y parviennent pas, même si pour cela le mieux était donc bel et bien de trouver la créature manquante de Newt. Albus osait croire quand même qu’ils allaient pouvoir y arriver. Et pour le reste… c’était encore d’autres histoires. Parce qu’évidemment, la mort du moldu était encore un mystère, quand bien même il était évident que cela venait d’un obscurial. Et la présence de Grindelwald ne manquait pas de rentre tout cela vraiment compliqué, mais encore une fois ce n’était pas quelque chose dont ils devaient se préoccuper pour le moment.

Chaque chose en son temps, c’était le meilleur moyen de parvenir à ses fins. Albus ne pouvait pas nier que l’histoire de cet obscurial l’intéressait énormément et la présence de son frère ne pouvait que prouver qu’elle ne l’intéressait pas que lui, mais ce n’était pas en se précipitant qu’ils allaient s’en sortir. Albus tenait quand même à sortir son ancien élève du pétrin pour commencer, se doutant qu’il aurait son rôle à jouer dans tout cela ensuite. Quoi que ça puisse être évidemment. Newt était sorti chercher sa créature justement, en compagnie de Jacob. Et la plus jeune des sœurs Goldstein se trouvait de toute évidence au MACUSA. Albus se trouvait dans l’endroit où ils se cachaient, comme très souvent mine de rien, seulement en compagnie de l’aînée des sœurs.

« Une tasse de thé vous tenterez Miss Goldstein ? »
Lui demanda-t-il après qu’il ait pris la peine de préparer effectivement une tasse de thé, comme les anglais savaient si bien le faire. Non parce qu’il n’allait pas le nier, il n’y avait pas meilleur thé que celui préparé par les britanniques. Et il se disait que la jeune Tina allait peut-être en avoir envie. Ce qui pourrait leur permettre… de discuter un peu.

Mine de rien, si Albus connaissait très bien Newt par la force des choses, il n’en était pas de même encore pour ses camarades. Il avait déjà eu l’occasion de parler longuement avec Queenie Goldstein, découvrant au passage sa faculté incroyable d’entrer dans l’esprit des autres, ainsi qu’avec ce moldu Jacob qu’il trouvait fort sympathique. Il aimerait bien pouvoir faire de même avec Porpentina Goldstein. Ce n’était pas obligatoire, bien entendu, mais mine de rien, il avait quand même sacrément envie de connaître beaucoup plus les protagonistes de cette histoire. Alors une petite conversation avec la jeune femme lui plairait bien, même s’il ne pouvait évidemment pas la forcer. Mais il osait croire qu’elle n’avait rien de mieux à faire.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 76
Date d'inscription : 12/08/2018
Age du joueur : 21

Message#Sujet: Re: L'odeur du thé fait saliver les papilles. (Tina)   Jeu 6 Sep - 11:40

L'odeur du thé fait saliver les papilles
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Un bien étrange personnage que cet Albus Dumbledore. Oh bien sûr, on lui avait souvent parlé de lui. Un professeur à l’école de magie britannique, Poudlard. Professeur de métamorphoses si elle se souvenait bien. Newt lui en avait parlé, lui aussi, surtout depuis qu’il ait fait irruption ici, aux Etats Unis. De ce qu’elle avait compris, il souhaitait aider Newt, et donc elle aussi, par extension. Mais elle se demandait bien comment il pouvait détenir autant d’informations, mais cela faisait parti des mystères qui l’entouraient. Et il n’y en avait pas qu’un, cela se dessinait comme une aura tout autour de lui. Mais ce n’est pas pour autant qu’il semblât être un homme dont il faille se méfier, bien au contraire, quelque chose de bienveillant et amical se dégageait de lui, poussant les autres à se confier et se sentir rassurés par sa simple présence. C’était à la fois dérangeant et agréable, et autant dire que Tina ne savait pas trop comment elle était censée se comporter. Surtout qu’au final, elle ne le connaissait pas très bien, cet homme-là. Le plus souvent, il passait du temps avec Newt, pas avec elle.

Ce qui était normal, puisqu’il était son ancien élève et qu’il était à New York en parti pour l’aider. Mais du coup, quand elle se retrouvait seule avec lui, eh bien, elle ne savait pas trop comment elle devait agir, ni ce qu’elle devait lui dire. Comme maintenant en fait. Queenie travaillait, comme à son habitude, et Newt était sorti avec Jacob, pour tenter une fois de plus de mettre la main sur Dougal. Ah ce Dougal, elle venait presque à croire qu’il s’agissait d’un mythe, et que la demiguise n’existait en fait pas. Parce qu’ils en parlaient souvent mais ne le voyait jamais. Normal, puisqu’il était invisible… Enfin bref, elle espérait que cette fois-ci ce soit la bonne pour lui mettre la main dessus, mais elle y croyait moyennement à dire vrai.

« Une tasse de thé vous tenterez Miss Goldstein ? »

Elle fut sortie de sa rêverie lorsque le professeur Dumbledore s’adressa à elle, et il lui fallut quelques secondes pour se souvenir de ce qu’il lui avait dit. Le thé… c’était vraiment une habitude typiquement anglaise. Cette idée la fit sourire, elle n’en prenait pas souvent, il faut dire qu’aux Etats-Unis, ce n’était pas leur habitude alimentaire la plus criarde, mais elle n’était pas contre non plus. Surtout qu’elle ne doutait pas qu’il serait probablement excellent.

« Oh euh, oui volontiers merci. »

Bon, il avait engagé la conversation, c’était à elle de renvoyer la balle non ? L’ennui c’est qu’elle ne savait pas trop quel sujet abordé avec lui. Elle n’était pas la meilleure pour cela, Queenie se débrouillait bien mieux qu’elle pour papoter. Mais Queenie n’était pas là, alors il fallait qu’elle se débrouille toute seule comme une grande. Dans tous les cas, il n’y avait pas sa vie en jeu, pour une fois, dans cette simple conversation, et elle savait pertinemment qu’elle pouvait avoir confiance en lui.

« Alors ? Vous vous plaisez à New York ? Je me doute que ça doit être bien différent de Londres où des côtes britanniques plus largement. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 363
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: Re: L'odeur du thé fait saliver les papilles. (Tina)   Mar 13 Nov - 17:17

L'odeur du thé fait saliver les papilles.
Les tasses de thé étaient une habitude pour les anglais, une tradition à laquelle ils ne dérogeaient pas du tout. Albus avait bien conscience que ce n’était pas forcément dans l’habitude de la jeune Porpentina devant lui de boire du thé, mais elle accepta tout de même d’en partager une en sa compagnie. Ce qui n’était pas une mauvaise chose, c’était une manière pour eux d’engager une conversation qu’ils pouvaient avoir. Qu’ils devaient même peut-être avoir. Albus était curieux, il avait envie de discuter avec cette jeune Auror – qui n’était peut-être pas une Auror maintenant, mais qui l’avait été quand même –, il avait envie d’apprendre un peu plus à la connaître. Tout comme il avait déjà eu l’occasion de discuter avec sa sœur, ou encore ce moldu.

Et ce fut Tina qui lança la conversation, en lui demandant s’il se plaisait à New-York, que c’était forcément un peu différent de Londres et des côtes britanniques. Pour le coup, le professeur de métamorphose ne pouvait vraiment pas dire le contraire à la jeune femme, c’était bien différent.

« Je me plaît bien, je suis ravi de découvrir cette ville. »
Même si forcément les circonstances n’étaient pas les meilleurs, bien au contraire. Il aurait été bien mieux de se rendre dans cette ville avec pour raison une simple visite. « C’est évident que New-York n’a rien à voir avec l’Angleterre. Même les deux mondes sorciers sont bien différents. »

Et il ne pensait pas nécessaire de préciser qu’il mentionnait le fait que les sorciers et les moldus n’avaient pas le droit d’avoir la moindre relation, même amicale. Et tout un tas d’autres détails qui rendaient ces deux mondes magiques bien différents. Autant dire que le professeur avait donc beaucoup de chose à apprendre, beaucoup de chose à découvrir dans ce monde. Ce qui ne manquait pas d’être intéressant. Albus avait toujours aimé apprendre un tas de chose.

« Je sais que ce n’est pas une situation évidente pour vous tout cela. »
Parce que ça ne pouvait pas être évident non, parce que Porpentina était quand même une fugitive et que ce n’était pas facile pour elle de subir tout cela. Il était évident que Newt et Tina allaient vite avoir besoin que les créatures de Newt soient toutes retrouvées, ainsi ils pourraient prouver que les deux sorciers n’avaient rien à voir avec la mort de ce moldu. Même si pour le moment, si le gouvernement magique ne cherchait pas un obscurial, ça l’aidait un peu. « Mais, comment allez-vous ? » Demanda-t-il donc.

Albus lui posait sincèrement la question, parce qu’il se demandait vraiment comment la femme sous ses yeux se sentait au vu de la situation. Ça ne devait pas être évident, il avait conscience que ça ne l’était pas non.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: L'odeur du thé fait saliver les papilles. (Tina)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'odeur du thé fait saliver les papilles. (Tina)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUE FAIT L'ETAT?
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» La chanson qui fait kiffer les geeks
» Elections:INITE et L'odeur des dollars de Petrocaribe
» Un fait surprenant ( suite )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where to find them :: Welcome to the wizarding world :: Le Bronx-