AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Votre mission: sortir de la maison qui rend fou [Queenie Goldstein]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sorciers
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 10/08/2018

Message#Sujet: Votre mission: sortir de la maison qui rend fou [Queenie Goldstein]   Lun 13 Aoû - 18:43

    Dix longues années sur le territoire américains et il devait, de nouveau, procéder à l’enregistrement de sa baguette. Les voies de l’administration du MACUSA étaient véritablement impénétrables. Les joies de la bureaucratie. Et il devrait de nouveau fournir les mêmes formulaires, de couleur jaune, en triple exemplaire pour faire valider sa carte de résident. Après tout ce temps, Nicolas en aurait presque put être amené à croire que le MACUSA ne désirait pas le débarquement de nouveaux visiteurs ou résidents sur son territoire, malgré la force de travail qu’ils pourraient apporter. Et les récentes vagues d’attaques en Europe n’avait certainement pas aidée. Le calme semblait être revenu, cependant Nicolas se méfiait d’autant plus de cette absence apparente d’hostilité. Le calme avant la tempête. Voila ce que lui inspirait la situation.

    C’était pourtant avec un calme olympien, en dépit des tensions s’étant installés ces derniers jours au sein de l’institution, que Nicolas se dirigeait vers le service concernant ses besoins du moment. Le service du permis baguette, l’un des arrêts obligatoire pour tout nouveau visiteurs magique désirant faire usage de ses dons sur le territoire contrôlé par l’institution décrite. Pas le service le plus intéressant, mais l’un de ceux se trouvant au coeur même de l’immense machine de guerre qu’était le MACUSA. A moins qu’il ne s’agisse plutôt d’un Eruptif. Nicolas n’était jamais sur de la meilleure façon de décrire le ministère américain. Non pas que les ministères français et anglais soient plus efficace. La preuve en étant l’immense liberté dont semblait bénéficier Gellert Grindelwald.

    Les bureaux étant ouvert, car oui Nicolas ne se serait pas présenté avant d’être sur de pouvoir être reçu, il n’avait plus qu’à toquer légèrement à la porte pour indiquer sa présence. « Bonjour Mademoiselle Goldstein, belle journée n’est-ce pas ? » sur le ton habituel s’étant installé entre les deux êtres magiques. Il est vrai que le temps en lui-même était plutôt au soleil avec un peu de vent. Une météo idéale pour conclure quelques marchés privés. Ce qui rendait Nicolas d’autant plus heureux. Une journée productive et quelques dizaines de minutes en charmante et agréable compagnie, que demander de plus ? « Voici ma baguette Mademoiselle, aussi rutilante que vous êtes charmante ». La flatterie le mènerait loin dans ce monde, le français en restait persuadé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macusa
avatar
Messages : 517
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Votre mission: sortir de la maison qui rend fou [Queenie Goldstein]   Mer 15 Aoû - 12:38


Votre mission: sortir de la maison qui rend fou
C

omme tous les jours depuis l'évasion de Tina et Newt de cet endroit (évasion à laquelle elle avait largement contribué au demeurant), se rendre au travail tenait de l'épreuve. La jeune femme prenait sur elle, évitait les regards qui n'oubliaient jamais de la scruter, jouait son rôle de soeur inquiète et d'employée maladroite qui savait malgré tout être consciencieuse s'il le fallait (et qui se devait d'autant plus de l'être qu'en l'absence de Tina, elle remplissait ses fonctions... encore que le bureau des permis baguette n'avait jamais été son milieu où Tina était faite pour évoluer, elle était faite pour être Auror). Heureusement, ça ne se bousculait pas au portillon, et elle passait surtout ses journées à attendre qu'elles se finissent. Et le temps prenait un malin plaisir à s'écouler à une lenteur d'escargot. C'était un phénomène que la jeune sorcière connaissait depuis toujours, mais elle le constatait plus que jamais dernièrement. Quand elle était ici, le fil des secondes se déroulait à une lenteur folle, et quand elle retrouvait sa soeur et les autres, Jacob surtout, le temps s'accélérait et passait toujours beaucoup trop vite.

Pour l'heure, elle se trouvait donc à son bureau, et globalement, elle attendait que le temps passe, frustrée de se sentir ainsi inutile. Elle savait qu'avoir ses entrées au MACUSA pouvait être stratégique, mais jusqu'ici, cela ne l'avait menée nulle part, ne lui avait servi à rien, loin de là. Elle n'hésitait pas à sonder l'esprit de tout ceux qu'elle croisait, avec plus de minutie encore quand ils appartenaient au département de la justice magique (exception faite de Graves, à l'esprit duquel elle n'était jamais parvenue à accéder). Mais cela n'avait pas abouti à grand-chose, ne l'avait pas aidée outre mesure. Quoi qu'il en soit, à l'heure actuelle, elle se trouvait seule, patientait, jusqu'à ce que la porte s'ouvre... sur Nicolas Darieux, manifestement venu procéder au réengistrement de sa baguette. Soit, sa compagnie était loin d'être la déplaisante possible, elle aurait le mérite de lui faire passer agréablement le temps.

-Merci,
dit-elle en s'emparant de la baguette qu'il lui tendait, un fin sourire aux lèvres. Les compliments, elle y était habituée, et elle n'allait pas blâmer le tempérament charmeur de son interlocuteur, elle n'était pas la dernière non plus à charmer son monde quand cela pouvait lui rendre service. Je suppose que vous avez aussi pensé à remplir le formulaire adéquat, ajouta-t-elle, pour un minimum de professionnalisme. Elle examina la baguette en question, simple formalité, avant d'ajouter. Et en dehors de ces formalités d'usage, comment allez-vous ?


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 10/08/2018

Message#Sujet: Re: Votre mission: sortir de la maison qui rend fou [Queenie Goldstein]   Sam 18 Aoû - 19:32

Flirter avec Queenie était toujours un moment agréable de ses journées. La jeune femme était intelligente, pas désagréable à regarder et avait le don de savoir jouer, elle également, de ses charmes pour parvenir à ses fins. Leurs discussions étaient donc toujours intéressantes. Malgré tout, passer plusieurs heures dans les halls du MACUSA n’était pas le summum du plaisir aux yeux du businessman. Que de temps perdu, d’opportunité de renforcer son emprise sur l’économie New-Yorkaise. Les nouvelles lui parvenant du continent étaient bonnes, c’était toujours ça de prix. Mais le calme régnant ne lui inspirait pas confiance. Pour ces raisons, l’investisseur comptait bien en apprendre d’avantage sur les évènements qui avaient conduit le MACUSA à radier l’un de leurs aurors et le magizoologiste l’accompagnant. Une situation complexe dont il devait s’assurer de maitriser les éléments essentiels s’il désirait en tirer partie.

D’un geste lent et maitrisé, Nicolas pouvait donc présenter les documents à Miss Goldstein. Malheureusement, sans qu’il ne l’ai réalisé, un petit plaisantin dans les services lui avait confié des documents dépassés. Un petit plaisantin qui risquait de perdre sa place dans les jours à venir si Nicolas se décidait à exercer une quelconque vengeance sur lui. Une réflexion qu’il mènerait très certainement dans la soirée, une fois qu’il serait engoncé dans son fauteuil, un verre de brandy à la main. Ces moments étaient certainement parmi ceux chéris par Nicolas Darieux. Une fois sa baguette entre les mains de Miss Goldstein, la conversation pouvait commencer. Et, bien sur, l’ensemble de l’analyse des éléments constitutifs du dossier qui s’épaississait peu à peu.

« C’est un plaisir… Queenie » lui répliqua t-il avec un clin d’oeil. Et toujours à flirter. « J’espère que le dossier est en ordre, passer plusieurs heures à remplir les mêmes documents années après années me semble manquer d’efficience ». Heureusement, Nicolas disposait de l’aide de secrétaires plus avides les unes que les autres de lui apporter leur aide. Sarah avait sans doute oublié de vérifier les dates de validité du document, reçu plus tard que d’habitude. « Et je vais toujours parfaitement bien lorsque mes journées me permettent de passer quelques instants en présence d’une femme aussi merveilleuse que vous ». Une chose était sur, Nicolas ne se referait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macusa
avatar
Messages : 517
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Votre mission: sortir de la maison qui rend fou [Queenie Goldstein]   Dim 19 Aoû - 9:40


Votre mission: sortir de la maison qui rend fou
D

e plusieurs gestes de baguette magique, Queenie fit défiler les documents que son interlocuteur venait de lui transmettre, les parcourant en diagonale. Par la force de l'habitude, elle parvenait à distinguer les erreurs et les oublis en un coup d'oeil sans avoir à se pencher plus précisément sur chaque feuille. Certes, elle n'était pas à l'abri d'une bévue, mais dans ce cas, elle aurait tout le temps de demander à Nicolas de repasser dans ce bureau pour corriger ces quelques erreurs. Cela pouvait facilement arriver, et une bonne partie du travail de Queenie consistait aussi à traquer ces petites coquilles qui faisaient qu'un dossier qui semblait en béton armé n'était tout à coup plus valides. Elle devait reconnaître ne pas avoir la tête à ça tout de suite. Elle était trop préoccupée, et puisque son interlocuteur était là et ne semblait pas vraiment pressé, elle préférait profiter de sa compagnie plutôt que de s'embarrasser de tant de paperasse. Voilà qui lui ferait passer plus agréablement le temps que d'essayer de ce concentrer sur un travail tout sauf passionnant en attendant que le temps défile pour pouvoir retrouver discrètement sa soeur... et Jacob. Oui, tant pis si elle manquait de rigueur, ce n'était pas comme si qui que ce soit semblait vouloir en attendre tant de sa part... on la considérait bien davantage comme une potiche et elle ne prenait pas forcément la peine de le démentir. Et elle avait de bonnes raisons de ne pas avoir la tête au travail dans tous les cas, non ?

-Tout a l'air en ordre,
approuva Queenie dans un fin sourire avant de négliger l'air de rien le dossier qui venait de lui être transmis sur un coin de son bureau pour reporter son attention complètement sur son interlocuteur. Vous savez, à force de flatterie, je vais finir par croire que vous attendez quelque chose de moi, ajouta-t-elle d'un ton faussement candide.

Elle se doutait que son interlocuteur devait obtenir beaucoup de choses par la flatterie, mais elle savait aussi qu'il aimait séduire pour le simple plaisir de séduire, et en ce qui la concernait, elle ne considérait ce petit badinage que pour ce qu'il était, raison pour laquelle elle le laissait faire sans s'en offusquer. Elle savait que ses remarques et compliments étaient plus innocents que tendancieux.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 10/08/2018

Message#Sujet: Re: Votre mission: sortir de la maison qui rend fou [Queenie Goldstein]   Ven 24 Aoû - 13:40

    La force de l’habitude de la jeune femme était une qualité que Nicolas aurait apprécié pouvoir dérober au MACUSA. Beaucoup moins décérébrée que ce que son apparence pouvait laisser penser, d’une capacité surprenante à cerner son entourage, Queenie Goldstein était une de ces perles rares que l’entrepreneur cherchait toujours à faire venir à lui. La gestuelle précise et presque sensuelle de la jeune femme avait presque quelque chose d’hypnotique, mais Nicolas sentait bien que la demoiselle en question avait l’esprit ailleurs. Son entrain semblait presque forcé. Comme lui avait souvent répété ses camarades de classes, les vrais professionnels restaient sérieux y compris dans leurs mauvais jours. Une rigueur qui, donc, semblait n’être pas la priorité de la jeune femme lui faisant face. Soit. Il pourrait toujours revenir plus tard, sa secrétaire le lui ferait savoir le moment venu, ou Mlle Goldstein par le biais d’un de ces courriers ministériels dont le MACUSA avait le secret.

    Tout en observant la gestuelle à laquelle les années l’avaient habituer, Nicolas préférait réfléchir aux prochains investissements à réaliser pour consolider la présence du groupe sur le territoire américain. Aussi bien côté non-magique que côté sorcier. A la tête de plusieurs hôtels, tous répondant aux standards les plus strict, la possibilité d’ajouter du divertissement pour ses hôtes était une perspective sur laquelle il devait se pencher sérieusement. Boxe, lutte, spectacles magiques, chanson… les possibilités ne manquaient pas. Rester à déterminer lesquelles seraient considérées plus attentivement.

    «Merci Mademoiselle Goldstein, nous tentons de faire ce qu’il faut pour vous faciliter la tâche » lui répondit Nicolas, son sourire ne s’étant pas estompé une seconde depuis le début de cet entretien. L’une des choses qu’appréciait Nicolas était la capacité de Queenie à ne pas s’offusquer de ses manières et à voir qu’il cherchait plus à rendre leurs conversation agréable. Nicolas préférait toujours interagir avec des interlocuteurs heureux de le rencontrer plutôt qu’hostiles. Le jeu s’étant instauré entre lui et la jeune femme n’était que cela, un jeu. «Mademoiselle Goldstein, insinueriez-vous que je cherches à obtenir vos faveurs de cette façon ? Sur votre lieu de travail ? Voyons, cela serez fort inconvenant » rétorqua Nicolas, ne cachant pas que l’idée même le faisait rire.

    « Mais peut-être que oui, effectivement, j’attends le moment où vos ambitions vous feront réaliser que le MACUSA n’est pas l’environnement pour lequel vous devriez travailler. Ce jour là, je serais ravis de voir votre valeur s’ajouter à celle de mes équipes » ajouta Nicolas, redevenant un tantinet plus sérieux. Oh oui, s’il le pouvait, Nicolas s’attacherait les services de son interlocutrice préférée et savait qu’il y mettrait le prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macusa
avatar
Messages : 517
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Votre mission: sortir de la maison qui rend fou [Queenie Goldstein]   Ven 24 Aoû - 17:52


Votre mission: sortir de la maison qui rend fou
Q

ueenie ne se méprenait pas un seul instant sur les intentions de son charmeur d'interlocuteur, et elle ne pensait pas non plus qu'il se méprenne sur la manière dont elle interprétait ses flatteries et compliments à répétition, et c'est ce qui rendait la conversation agréable sans verser dans le dérangeant ou le graveleux. Aussi pouvait-elle se permettre de répliquer sans s'imaginer envoyer des signaux contradictoires. A la remarque faussement offusqué de Nicolas, la jeune femme choisit donc de ne rien répondre si ce n'est avec un fin sourire. Elle aurait voulu répliquer quoi que ce soit qu'elle n'en aurait guère eu le temps de toute manière, puisqu'il ne tarda pas à reprendre la parole, et l'air de rien, à moins qu'il ne la chambre une fois encore, elle se demandait s'il n'avait pas en effet quelque chose derrière la tête... rien d'offensant, bien sûr, une attention n'a pas besoin d'être offensante, pas forcément du moins. Sans pour autant devoir être innocente non plus.

Si Nicolas attendait après le moment où les ambitions de Queenie l'inviteraient à penser qu'elle méritait mieux que le poste qu'elle occupait au MACUSA, il risquait fort d'attendre longtemps. Pas parce que son métier lui plaisait vraiment (au contraire, elle savait bien qu'elle était affiliée à l'un des postes les moins palpitants de ces locaux et bien plus souvent aux tâches ingrates. Et avant que Newt et Jacob ne viennent faire leur apparition éclair dans sa vie, elle avait eu tendance à penser que sa vie manquait singulièrement de piment - mais pour le coup, elle était servie). Mais parce qu'elle n'était pas quelqu'un de très ambitieux. Elle travaillait avant tout parce qu'elle et Tina devant s'assumer seules, il fallait bien faire bouillir la marmite (et aussi, elle se serait ennuyée, sans ce genre d'occupations)... et d'ailleurs ce poste, c'était sa soeur qui le lui avait trouvé. Elle n'avait jamais envisagé de trouver un travail qui corresponde davantage à une quelconque vocation (si tant est qu'elle en ait une), elle n'était tout simplement pas une carriériste. Mais les propos de son interlocuteur avaient le don de l'intriguer, néanmoins (même si en cette situation de crise, elle ne pouvait se permettre de quitter le MACUSA).

-Vos équipes ?
répéta-t-elle simplement, toujours avec un fin sourire. Pour faire quoi exactement ? demanda-t-elle, jouant les intéressées.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 10/08/2018

Message#Sujet: Re: Votre mission: sortir de la maison qui rend fou [Queenie Goldstein]   Mer 5 Sep - 11:57

    L’une des choses qui rendait ses conversations avec Queenie si intéressantes, c’est le fait que rien ne venait vraiment gâcher ces joutes verbales. Bien qu’il trouve son interlocutrice fort charmante au demeurant, Nicolas n’était pas intéressé par ses charmes. Plus par son intelligence et sa façon de rendre les discussions les plus anodines en mini-joutes verbales amicales. Un véritable délice pour sa matière grise. L’absence de signaux contradictoires, ou de toute autre indication du grand professionnalisme dont faisait preuve la demoiselle en question. Il n’était donc pas étonnant que la conversation entre ces deux individus se fasse avec le sourire aux lèvres et le ton faussement moqueur que seuls deux personnes se considérant comme des relations amicales pouvaient entretenir.

    Ce qui n’empêchait nullement Nicolas de réfléchir furieusement à ce que Queenie pouvait offrir pour son entreprise. Plus qu’un joli minois en tout cas. La jeune femme savait manier la paperasse et les chiffres, de cela il en était sur. Son caractère avenant signifier qu’elle pouvait mettre ses interlocuteurs en confiance. Un don redoutable en affaire, pour peu que la jeune femme ne soit pas trop naïve et suffisamment ambitieuse pour vouloir dépasser les résultats attendus d’elle. La décision ne lui reviendrait pas cependant, Nicolas en était conscient. Et la crise actuelle traversée par le MACUSA ne rendrait pas la décision plus facile pour la jeune femme qui désirait peut-être s’assurer d’une certaine forme de sécurité professionnelle en ces temps troublés.

    «Nos équipes oui » lui rétorqua Nicolas « Je suis toujours à la recherche de talents pour nous rejoindre. A tous niveaux de responsabilités. Secrétariat, management des équipes ou même des postes plus orienté sur la création de valeur pour nos produits. Mais peut-être devrions nous discuter de tout cela à un moment plus propice qu’une simple vérification de ma baguette. » continua de répondre le businessman. Jouer sur le sens des mots était un de ses amusements favoris lors de ses discussions avec les parfois trop sérieux américains. Non pas que Queenie soit la plus puritaine des personnes de sa connaissance.

    Le sourire n’avait pas quitté le visage de Nicolas, qui aimait assez titiller la curiosité de Queenie. La demoiselle en question le savait très certainement. Et la réponse qu’il recevrait serait surement à la hauteur de ses attentes. Piquante à souhait. Rien ne lui plaisait plus que de s’entourer de personnes n’hésitant pas à lui répondre sur ce mode. Les béni-oui-oui incapable de développer une pensée critique par contre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macusa
avatar
Messages : 517
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Votre mission: sortir de la maison qui rend fou [Queenie Goldstein]   Mer 5 Sep - 18:57


Votre mission: sortir de la maison qui rend fou
C'

est que Nicolas s'avérait tout à fait sérieux quand il proposait de la débaucher à son compte (en tout bien tout honneur, prenons tout de même la peine de le spécifier). Si la jeune femme s'était doutée qu'il ne prononçait pas ces mots pour rien non plus, elle ne l'aurait pas imaginé lui suggérer si frontalement de venir travailler pour lui... Le ferait-elle ? Honnêtement, elle n'irait pas nier que la proposition était tentante. Queenie n'était pas de ces personnes qui vivent pour leur travail mais qui, bien davantage, travaillent pour vivre... mais cela était en partie dû au fait qu'elle n'avait jamais cherché à s'investir dans un travail qui l'épanouisse grandement. Elle s'en sortait très bien, au département des permis baguettes du MACUSA, mais on ne pouvait pas franchement affirmer que c'était le job de ses rêves ou qu'elle s'était lancée dans une telle carrière par pure conviction professionnelle... Elle l'avait fait pour apporter de l'eau au moulin, et pour rester auprès de sa soeur... Et c'était bien parce que la grande majorité de ses pensées ne pouvait que converger dans sa direction, dernièrement, qu'elle ne pouvait que s'enthousiasmer à moitié des propos de son interlocuteur.

-Peut-être bien, en effet,
répondit-elle un moment, légèrement songeuse, sans pour autant perdre le sourire qui l'accompagnait depuis le début de leur conversation. Quand vous aurez une offre concrète à me proposer, par exemple ? suggéra-t-elle avec amusement.

Car pour l'heure, elle n'entrevoyait rien de tel, même si les perspectives qu'il lui proposait en quelques mots avaient de quoi titiller malgré tout sa curiosité. Le fait est que ce n'était certainement pas le bon endroit, ni le bon moment, et pas seulement parce qu'elle procédait à la vérification de sa baguette (en tout bien tout honneur, une fois encore).

-Pour être tout à fait honnête,
répondit-elle en daignait adopter un ton légèrement plus sérieux pour la peine, c'est une période un peu... compliquée, pour moi, en ce moment.

Et ça, contrairement à tout ce qu'elle pouvait cacher d'autre, ce n'était pas un secret. Sa soeur était recherchée par les Aurors du MACUSA et techniquement portée disparu, ce n'était pas vraiment le moment propice à de longues négociations sur son éventuelle réorientation professionnelle. Le reste de sa vie demeurerait en suspens tant que Tina (et Newt par la force des choses) ne serait pas tirée d'affaires. Et elle le demeurerait peut-être si, à l'issue de cette affaire, Jacob revenait à son monde sans aucun souvenir d'elle.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Votre mission: sortir de la maison qui rend fou [Queenie Goldstein]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Votre mission: sortir de la maison qui rend fou [Queenie Goldstein]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Votre mission, si vous l'acceptez...[pv Lys et Sersei](rp histoire)
» Votre mission si vous l'acceptez (pv Damien Reyes/Jack Kenwood)
» Votre mission, si vous l'acceptez, est de vous y infiltrer [PV Haley]
» Votre mission, si vous l'acceptez
» {NNOITRA & NELLIEL} La Tercera et l’Espada 8 partenaires ? Votre mission si vous l’acceptez. [FLASHBLACK]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where to find them :: Welcome to the wizarding world :: Manhattan :: Siège du MACUSA-