AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie | Mary Lou & Henry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
No-Majs
Henry Shaw
Messages : 31
Date d'inscription : 15/12/2018
Age du joueur : 21

Message#Sujet: Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie | Mary Lou & Henry   Dim 30 Déc - 16:37

Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Il était plus difficile pour Henry de se plonger corps et âme dans son travail, comme il l’avait toujours fait. Et non pas parce qu’il était arrivé au sommet, parce qu’il savait bien qu’il n’était pas à l’abri d’un concurrent sérieux, même si Henry était doué pour les réduire tous à néant. Non, son souci était personnel, et pour cause, son fils aîné était à peine enterré. Henry n’arrivait pas à s’y faire, en même temps, aucun parent ne devrait avoir à enterrer un enfant. Il avait enterré ses parents, sa femme, son fils… que lui restait-il ? Langdon, son fils cadet, mais les choses étaient tellement compliquées entre eux… Henry ne comprenait pas son fils, encore moins depuis qu’il fréquentait cette famille bizarre qui lui avait mis des sottises dans la tête.

Langdon était un garçon influençable, mais pas par les bonnes personnes. Malheureusement, et il ne savait pas comment le lui faire comprendre sans qu’une dispute éclate entre eux. Peut-être aussi que Henry ne s’y prenait pas de la bonne façon c’était même certain. Aucun des deux ne savait vraiment comment faire avec l’autre au final. Et cela contrariait Henry, les choses seraient peut-être plus simples si père et fils se soutenaient mutuellement pour faire leur deuil, mais les choses n’étaient pas si simples. Mais quoiqu’il en soit, Henry était toujours très déterminé à comprendre ce qui avait tué son fils, et à obtenir justice en plus de cela.

Mais ce n’était pas chose aisée, loin de là. Henry ne savait pas comment s’y prendre, malgré tous ses contacts et son influence certaine à New York. Parce que même les experts n’y comprenaient pas grand-chose, et on lui donnait divers résultats, diverses hypothèses. Henry était agacé, parce qu’il voulait des réponses, il voulait savoir qui avait tué son fils et pourquoi. Et ensuite, il voulait lui faire payer, c’était ce à quoi il aspirait maintenant, et il ne comptait pas abandonner, pas tant qu’il lui resterait un souffle de vie. Henry Jr avait toujours été sa fierté, sa réussite, on lui avait enlevé injustement, et il ne laisserait pas cela passer.

Henry rentrait chez lui, il avait quitté le bureau plus tôt, pour une fois. Il avait besoin de rentrer, de mener son enquête de son côté, d’être au calme, sans risque qu’on vienne le déranger. Pourtant, il se retrouva à une figure connue, et qu’il n’avait pas tellement envie de voir en cet instant. Encore heureux, qu’elle n’était accompagnée de ses gamins cette fois-ci.

« Miss Barebone. Quelle surprise de vous retrouver dans ces environs. Vous vous êtes égarée ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Mary Lou Barebone
Messages : 110
Date d'inscription : 21/02/2018

Message#Sujet: Re: Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie | Mary Lou & Henry   Mar 1 Jan - 19:40


Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie
D

epuis le saccage de l'église (qui n'était qu'un avant-goût de ce qui l'attendrait bientôt, mais cela - et c'était heureux, Mary Lou n'en avait pas encore conscience), la chef de file de la ligue des fidèles de Salem était encore plus déterminée (si cela pouvait réellement être possible) à imposer ses idées et à faire valoir ses opinions. A l'heure où on tentait de la faire taire, la jeune femme estimait qu'elle n'avait que davantage d'intérêt à lever la voix haut et clair, n'en déplaise à ses détracteurs. Elle le savait, elle prenait des risques, mais si elle ne le faisait pas, qui le ferait ? Aveugle et fanatique, convaincue de faire ce qui était non seulement juste et nécessaire, elle ne reconnaitrait certainement jamais que sa hargne, sa rage de vaincre, faisait d'avantage de mal que de bien autour d'elle, y compris au sein de son propre foyer, et elle n'avait guère l'intention de s'arrêter, doonc, raison pour laquelle elle arpentait à l'heure actuelle les rues de Manhattan.

Son intention n'avait pas été de rencontrer Mr Shaw, pas tout de suite, du moins. Son premier contact avec lui avait été un échec, et quand bien même elle savait qu'il serait nécessaire de réitérer (ce en quoi elle avait supposé tout d'abord que sa proximité avec Langdon serait une bonne chose, mais elle considérait dorénavant que c'était davantage un frein, quand bien même elle ne comptait pas flouer le jeune homme pour autant - les partisans à sa cause étaient trop rares pour se passer des services des plus fervents d'entre eux), elle ne comptait pas appliquer de suite les judicieux conseils qui lui étaient prodigués, notamment par Ethan, envers qui elle commettait l'erreur de nourrir une confiance sincère.

Oui, elle ne pouvait pas s'épargner les services (et surtout le soutien financier) d'un mécène, elle en avait bien conscience, mais pour l'heure, le patron de presse ne saurait plaider en sa faveur en dépit de sa bonne foi. Alors soit, Manhattan était un centre d'affaires réputé, et elle avait forcé la main de quelque assistants de direction pour obtenir l'un ou l'autre rendez-vous, et elle revenait présentement de l'un d'entre eux, qui s'était soldé par un échec. C'était le hasard qui voulait que Mary Lou croise Henry Shaw dans ces rues. Mais pour la peine, elle comptait bien évidemment en tirer le meilleur parti.

-Je crains fort ne pas être la plus perdue d'entre nous,
répondit-elle avec une amabilité feinte en réponse au propos de son interlocuteur. Vous ne les accepterez sans doute pas, mais sachez que toutes mes condoléances vous accompagnent, je n'ose imaginer combien il doit être douloureux de perdre un fils.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
No-Majs
Henry Shaw
Messages : 31
Date d'inscription : 15/12/2018
Age du joueur : 21

Message#Sujet: Re: Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie | Mary Lou & Henry   Lun 7 Jan - 0:37

Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Henry n’avait jamais été un homme doté d’une très grande patience. Et il ne s’en cachait pas, mais cela était encore pire depuis que son fils avait perdu la vie. Henry avait d’autant plus de mal à supporter certaines choses, certaines personnes. Mais d’une manière générale, Henry supportait très mal les situations qu’il n’avait pas choisi et qu’il n’avait pas envie de vivre. Des choses les plus anodines aux plus importantes. C’était ainsi, il était d’autant plus irritable et irascible. La vie lui avait pris son fils aîné sans aucune raison, alors il ne comptait pas faire de cadeau à qui que ce soit, à quoi bon de toute manière ? Cela ne rimait à rien. Le PDG restait en colère contre tous, parce que la situation était d’une injustice sans nom. Henry Jr avait toute la vie devant lui, une belle carrière, une fiancée… Il n’avait pas mérité son sort, et Henry était totalement impuissant face à cela, bien malheureusement. Il n’avait même pas de nom, de cause, contre qui défouler toute sa colère, parce qu’on ne lui avait fourni aucun coupable, et c’était encore plus intolérable et insupportable.

Alors évidemment, se retrouver en face de Mary Lou Barebone, ça ne l’enchantait pas. Il avait émis l’hypothèse qu’elle s’était peut-être perdue, étant donné le quartier dans lequel ils étaient, mais après réflexion, elle devait sans doute chercher des aides, des sponsors pour ses sornettes. Sornettes que lui avaient servi Langdon… Henry ne savait toujours pas ce qu’il clochait avec ce gamin, et c’était aussi un souci pour lui, même s’il ne le montrait pas, et en parlait encore loin. Il aurait aimé pouvoir compter sur Langdon pour surmonter la mort d’Henry Jr. Mais cette femme lui avait mis des idées totalement saugrenues dans la tête.

Cette femme, ainsi que toute sa petite famille ne lui avaient pas vraiment fait bonne impression quand il les avait vu. Il les avait trouvés… étranges, et décalés. En tout cas, ils ne lui avaient inspiré rien de bon. Et puis leurs idées sur les sorciers… non mais vraiment, qu’est-ce qu’il ne fallait pas entendre. Il les avait vite congédiés, parce qu’il n’avait pas de temps à perdre dans ces foutaises, et puis… et puis son fils était mort quelques temps après. Henry ne se doutait pas une seule seconde, que c’était le garçon de la famille qui en était la cause. Comment le pourrait-il ?

-Je crains fort ne pas être la plus perdue d'entre nous. Vous ne les accepterez sans doute pas, mais sachez que toutes mes condoléances vous accompagnent, je n'ose imaginer combien il doit être douloureux de perdre un fils.

Des condoléances, il en avait reçu de toute part depuis le décès d’Henry Jr. Des plus sincères, aux plus hypocrites, il avait vu de tout. Il ne savait pas dans quelle catégorie Mary Lou se rangeait, mais il gardait tout de même une certaine méfiance à son égard. C’était ainsi, un ressenti.

« J’accepte vos condoléances, merci. En effet, il n’existe pas chose plus cruelle et difficile. Ce n’est pas dans la logique des choses d’enterrer son enfant. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Mary Lou Barebone
Messages : 110
Date d'inscription : 21/02/2018

Message#Sujet: Re: Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie | Mary Lou & Henry   Lun 7 Jan - 19:36


Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie
A

u moins le patron de presse ne l'envoyait-il pas directement sur les roses et acceptait d'entendre ses condoléances. Cela ne signifiait pas que la suite serait plus simple, et elle savait pertinemment qu'elle marchait sur des oeufs, d'autant plus que blesser un coeur en deuil était le pire qu'elle puisse faire. Là, elle serait sûre et certaine de ne rien obtenir du tout de sa part. Mais faire preuve du minimum de considération requis était tout de même de mise, et elle hocha la tête avec gravité. Au fond, elle ne pouvait sans doute pas se mettre à la place de son interlocuteur. Oui, elle ne voudrait pas perdre Chastity ou Modesty... et même Credence, dans une certaine mesure, évidemment... mais elle éprouverait, surtout dans le dernier cas, plus de contrariété que de douleur, sans doute.

A dire vrai, elle ne savait pas réellement de quelle manière elle réagirait à la mort de l'un de ses enfants, mais il était tout de même certain que c'était une épreuve qu'aucun parent ne devrait jamais être contraint d'endurer. Ce qui était arrivé à Henry Shaw Jr était une injustice, une infamie. Et c'était justement parce que c'en étaient que Mary Lou estimait que Henry Shaw pourrait finir par accepter de se rallier à sa cause. Parce que justement, c'était une pure injustice, ce qui n'était tout simplement pas tolérable. Maintenant, il fallait trouver un angle d'approche convenable, et Mary Lou avait fait son choix. Peut-être que cela allait déplaire, mais peu importe, il fallait qu'elle tente le tout pour le coup. Quand une opportunité se présentait, il ne fallait pas passer à côté, un point c'est tout.

-Est-ce que vous savez si... les personnes responsables ont été arrêtées ?


Ce n'était pas la manière la plus subtile de s'y prendre, mais c'était une façon comme une autre d'engager le sujet quant à ce qu'il s'était réellement passé le soir où Henry Shaw Jr. avait été assassinée (parce qu'en ce qui la concernait, la thèse de l'assassinat n'était pas juste une hypothèse, c'était une pure certitude). Reconnaître qu'il y avait bel et bien un coupable à incriminer, c'était déjà faire une partie du chemin. Et en attendant, elle pouvait prétendre à un quelconque souci de justice sans plus de présupposé.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
No-Majs
Henry Shaw
Messages : 31
Date d'inscription : 15/12/2018
Age du joueur : 21

Message#Sujet: Re: Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie | Mary Lou & Henry   Lun 14 Jan - 13:01

Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Henry n’était pas totalement sauvage, il était capable d’accepter des condoléances, après, étaient-elles sincères, ça, c’était une autre paire de manches. Mais bon, venant de cette femme qui semblait tellement austère, c’était toujours ça de pris. Il ne savait pas vraiment ce qu’elle lui voulait, quoique, après tout, c’était lui qui lui avait adressé la parole en premier, il pouvait donc faire un petit effort, n’est-ce pas ? La durée de cet effort, dépendrait d’elle. Si elle commençait à lui parler de ses sorciers et ses sorcières, il n’avait pas être patient très longtemps. Il ne voulait plus entendre parler de ces histoires, surtout depuis que Langdon y croyait lui aussi, le PDG n’en revenait toujours pas. Il espérait que son fils se réveille, peut-être avait-il besoin d’être secoué, mais cela ne semblait pas vraiment fonctionner sur lui, et cela inquiétait vraiment Henry.

Il apprécierait que son fils cesse de fréquenter cette femme, et leur secte étrange, mais pour lui faire entendre raison, c’était presque mission impossible. Ce n’était pas faute d’avoir essayer, mais Langdon ne voulait rien entendre et se braquait tout de suite. Un comportement que Henry n’appréciait pas, mais cela ne semblait pas atteindre Langdon dans tous les cas. Quoiqu’il en soit, s’il acceptait de rester aussi courtois et poli que possible en présence de cette femme, il continuait de s’en méfier. Elle était étrange, avançait un message étrange et il n’avait aucune envie d’être mêlé à ça, ou qu’on le rattache à elle. Langdon en faisait déjà assez comme ça en traînant avec eux. Et ce, contre son avis. Mais le jeune homme semblait n’en avoir que faire de toute façon.

-Est-ce que vous savez si... les personnes responsables ont été arrêtées ?

Non, malheureusement. Et peut-être que cela améliorerait son humeur de savoir que la mort de son fils était vengée de manière juste et simple. Mais ce n’était pas le cas, il n’avait pas les réponses qu’il voulait. Et cela le frustrait énormément. Il tentait pourtant, par tous les moyens de mettre un nom sur ces responsables, ou ce responsable, il n’en savait rien. Il tentait de demander l’aide, de trouver du soutien. De trouver des personnes qui seraient capables de l’aider, mais ce n’était pas le cas, loin de là. Il était toujours au point de départ.

« Non, à mon plus grand regret. Je n’ai pas de réponse qui me satisfasse sur la mort de mon fils. Ni le nom du responsable. Pourtant, ce n’est pas faute de chercher. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Mary Lou Barebone
Messages : 110
Date d'inscription : 21/02/2018

Message#Sujet: Re: Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie | Mary Lou & Henry   Lun 14 Jan - 18:08


Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie
A

entendre la réponse de son interlocuteur, Mary Lou songea qu'elle avait très certainement adopté le meilleur angle d'approche possible en la circonstance, et c'était une excellente chose. Elle savait pertinemment, en cet instant, qu'elle marchait sur des oeufs. Elle ne devait surtout pas braquer son interlocuteur, et pour ce faire, elle avait tout intérêt à ne pas mettre trop précipitamment sur le tapis le sujet qui l'intéressait réellement. Ceci dit, si elle pouvait amener son interlocuteur à l'amener de lui-même sur le terrain qui l'intéressait, elle pourrait bien parvenir à ouvrir les yeux de cet homme.

Certes, jouer sur la corde sensible en profitant de la douleur d'un père qui venait de perdre son fils, ce n'était pas très fair play, mais après tout, accepter de voir la vérité en face ne pourrait que faire du bien à cet homme, sur le long terme en tout cas... S'il pouvait réussir à comprendre qu'en s'associant à sa cause, il pourrait également s'en prendre aux hommes qui avaient fomenté l'assassinat de son fils et obtenir la justice qu'il devait tant désirer, alors il comprendrait que dans cette affaire, il n'y aurait aucun perdant. Ceci dit, ce n'était pas encore gagné, loin s'en faut.

Ce ne fut pas une surprise pour Mary Lou que d'entendre que les criminels responsables du décès de Henry Shaw Jr. n'avaient pas été interpellés. Ils ne pouvaient pas l'être tant que les faits bruts n'auraient pas été reconnus comme tels. Et Mary Lou, dans tous les cas, se tenait bien assez au courant, ne serait-ce que par l'intermédiaire de Langdon, pour savoir que personne n'avait été incriminé dans cette affaire, pas même un homme de paille que les sorciers auraient placé avantageusement là pour s'épargner la révélation de leur existence... et de leurs nombreux crimes (car pour Mary Lou, il ne faisait aucun doute que le cas du jeune sénateur n'était pas isolé, loin de là).

-Je regrette,
répondit-elle d'un ton sincère... et pour cause, elle ne prononçait pas ces mots dans le (seul) but de le manipuler, elle pensait réellement ce qu'elle disait. Elle regrettait honnêtement la situation présente. Je souhaiterais vous aider dans vos recherches, ajouta-t-elle très sincèrement. Une main tendue qu'il lui refuserait très probablement, mais elle ne voyait pas de mal à tenter le coup malgré tout.

Qui ne tente rien n'a rien, elle n'avait eu que de trop nombreuses occasions de voir se confirmer cette maxime.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
No-Majs
Henry Shaw
Messages : 31
Date d'inscription : 15/12/2018
Age du joueur : 21

Message#Sujet: Re: Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie | Mary Lou & Henry   Lun 21 Jan - 9:07

Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Si Henry acceptait de répondre aux questions de Mary Lou et à lui parler comme s’ils partageaient une entente cordiale, il restait tout de même méfiant, et n’oubliait pas quelles idées saugrenues elle partageait, les mêmes idées qu’elle avait réussi à mettre dans la tête de Langdon. Non, il n’oubliait pas. Mais bon, pour le moment, il n’avait pas envie de lui cracher à la figure. Déjà, ce ne serait pas distingué, et puis, cela ne servirait absolument à rien. Il allait pourtant devoir trouver un moment pour sortir Langdon de là… comme s’il n’avait que cela à faire.

Mais bon, pour le moment, il tentait surtout de trouver des réponses concernant la mort de son autre fils. Et il n’y parvenait pas, ce qui le frustrait, en plus de le mettre en colère, parce que le sentiment d’injustice ne s’apaisait pas. Et cela ne serait pas le cas, tant qu’on ne lui donnerait pas le coupable du meurtre d’Henry Jr. Ce n’était pas faute de chercher, mais ce dernier restait encore introuvable, et Henry ne l’acceptait tout simplement pas. Ce qui était plus que compréhensible, il s’agissait de son fils aîné après tout, son enfant, n’importe quel parent sensé réagirait de la même façon.

Enfin, quoiqu’il en soit, il acceptait de parler avec Mary Lou Barebone, tant qu’elle ne lui ramenait pas ses histoires de sorcières sur le tapis. Henry était un homme très cartésien, et ne croyait pas du tout à toutes ces choses-là. Pour lui, il y avait toujours une explication scientifique derrière chaque évènement, chaque chose. Et ce n’était pas l’œuvre d’une quelconque force spirituelle, ou de sorciers, de vaudous, de fantômes ou tout ce que les gens pouvaient avancer comme bêtises. Il n’avait pas de temps à perdre avec tout ça, et ne comptait pas le faire. Mais pour le moment, la femme n’avait rien évoqué se rapportant à tout cela, donc tant mieux.

-Je regrette. Je souhaiterais vous aider dans vos recherches.

Tiens donc, il se demandait bien comment elle comptait l’aider. Elle n’avait pas d’argent, pas d’influence, et la plupart de la population newyorkaise la prenait pour une folle, alors il voyait bien mal comment elle pourrait lui venir en aide. Même si, c’était aimable de sa part, si cela partait d’un bon sentiment, malheureusement, il ne voyait pas du tout comment elle pourrait l’aider.

« Votre considération est louable, malheureusement, je ne vois pas comment vous pourriez aider. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Mary Lou Barebone
Messages : 110
Date d'inscription : 21/02/2018

Message#Sujet: Re: Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie | Mary Lou & Henry   Lun 21 Jan - 19:12


Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie
M

ary Lou se doutait bien du fait que sa proposition ne serait pas prise au sérieux par son interlocuteur, tout comme il peinait manifestement à prendre au sérieux quoi que ce soit venant d'elle. Mais elle décidait de ne pas en prendre ombrage. C'est ce que l'on apprend à force d'expérience : elle pouvait forcer le destin, mais elle ne pouvait pas inscrire directement les pensées qui l'arrangeaient dans l'esprit d'autrui, quand bien même elles étaient le reflet de la plus pure réalité. Il est certain qu'elle ne devait pas donner le sentiment de savoir ce qu'elle faisait.

Aux yeux d'Henry Shaw, elle était une parvenue et une cinglée, alors il n'allait certainement pas lui accorder le crédit qu'elle méritait. Quoi qu'il en soit, cela ne changeait rien à ses intentions. Oui, elle pensait pouvoir déterminer l'identité de celui, celle ou ceux qui avai(en)t assassiné le fils du patron de presse. Elle en avait l'intime conviction, et était d'autant plus certaine d'être à même de tenir ce rôle que tous les autres regardaient, certes, mais pas dans la bonne direction, c'était à craindre. A part sans doute Langdon... Mais si on la qualifiait, elle, de folle, elle estimait que Langdon, de son côté, était bien davantage un cas désespéré, ce même s'il ne le devait qu'au fait d'avoir pu voir la vérité en face... et de n'avoir pas détourné les yeux malgré tout.

-Vous seriez surpris, je crois, de savoir quelles ressources sont à ma disposition.
Elle marqua une légère pause. Je n'attends rien de votre part, précisa-t-elle ensuite. Ce qui n'était pas tout à fait vrai. Au contraire, si elle insistait et avait cherché à le revoir, c'est qu'elle continuait de penser qu'il était la clé à ses problèmes. De sa part, elle attendait qu'il accepte la vérité et la répande à grande échelle. Et de sa part, aussi, à ce jour, elle escomptait des ressources financières dont les fidèles de Salem avaient plus que cruellement besoin. Mais elle ne pouvait pas se permettre de l'exprimer en ces termes... ou pas encore, tout du moins. Sachez seulement que je vous apporterai mon soutien et mon aide, que vous les acceptiez ou non.

Puisqu'un jour ou l'autre, il la remercierait forcément. Il admettrait qu'elle avait eu raison.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie | Mary Lou & Henry   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie | Mary Lou & Henry
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il existe deux carnet, celui du coeur et celui de l'âme, ici c'est l'âme
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» La cité de Thelxépia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where to find them :: Welcome to the wizarding world :: Manhattan-