AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fidèles de Salem
Langdon Shaw
Messages : 307
Date d'inscription : 25/11/2017

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeMar 1 Jan - 21:32


Parler de ses peines, c’est déjà se consoler.
I

l devenait de plus en plus évident que Langdon passait plus de temps auprès des fidèles de Salem qu'au sein de son propre appartement. En même temps, ce n'était pas sans raison. La seule perspective de passer du temps seul chez lui l'angoissait. C'était plus simple de venir ici, et de se donner le sentiment de pouvoir être utile... Même si au bout du compte, la moindre de ses initiatives paraissait ne portait que des fruits très relatifs.

Langdon avait le nom, la réputation qui allait avec, et pourtant, il ne savait rien faire d'autre à part brasser du vent, encore et encore. C'était usant... Mais il ne voulait pas lâcher prise... ni admettre que c'était peut-être ce dont il avait besoin, justement, lâcher prise, admettre sa faiblesse... Non, il s'accrochait, et il essayait vraiment de faire une différence. Ce n'était pas notable, ça ne menait à rien, mais s'il devait avoir hérité une chose, ne serait-ce qu'une seule, de son père, c'était sans aucun doute la persévérance... Et puisqu'il n'avait qu'elle.

Une fois sur place, il balaya l'espace du regard. S'il prenait au début la peine de s'annoncer à chaque fois qu'il avait l'intention de rendre visite aux Barebone, cela faisait longtemps qu'il ne faisait plus cet effort. Il était trop souvent là pour que ce soit stratégique, et en temps normal, on ne s'étonnait plus de ses allées et venues. Parfois, ils rencontraient Mary Lou, et il écoutait longuement ses discours convaincus, et il avait le sentiment de retrouver une ferveur qui avait bien souvent tendance à flancher, surtout à mesure que les progrès ne se laissaient pas même entrevoir en dépit de toute l'énergie que la ligue des fidèles de Salem déployait pour ce faire.

Mais cette fois, elle n'était pas là... En fait, il n'y avait quasiment personne. Aucune trace non plus de Credence et de Modesty. Mais Chastity était là, elle, et cela pouvait aisément suffir à Langdon. Des enfants Barebone, Chastity était sans l'ombre d'un doute sa préférée, et il appréciait leurs conversations. Elle était patiente, attentive, intelligente, elle lui donnait le sentiment de réussir à la comprendre, et il est certain qu'il appréciait.

-Bonjour, Chastity,
dit-il, toujours ce même léger sourire posé sur son visage. Comment vas-tu ?
code by Mandy




Dernière édition par Langdon Shaw le Mar 8 Jan - 10:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Chastity Barebone
Messages : 61
Date d'inscription : 30/12/2018
Age du joueur : 21

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeMar 8 Jan - 10:09

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
La ligue des Fidèles de Salem connaissaient pas mal de rebondissements ces derniers temps, et les enfants Barebone s’activaient avec véhémence sous les directives de Mary Lou pour que tout se passe du mieux possible. La ligue faisait pas mal parler d’elle en ce moment, et elle recrutait aussi pas mal d’intéressés ou de sceptiques face à ces thèses de magie et de sorciers. La ligue n’existait pas depuis peu de temps, cela faisait des années que Mary Lou se battait, Chastity avait toujours été embarquée là dedans, depuis son adoption.

Mais il est vrai qu’avec les récents évènements qui dynamisaient New York, les gens se posaient de plus en plus de question. Malgré les semblants de réponse que donnaient le gouvernement qui pourrait expliquer tous ces phénomènes, les gens se laissaient davantage séduire par le discours de Mary Lou. Ce qui n’était pas plus mal, cette dernière se montrait un peu plus agréable. Ce n’était aps flagrant, mais pour Chastity, c’était toujours mieux que rien, ou pire, que l’inverse.

Il y avait encore du chemin à faire, et du travail à accomplir, c’était certain. Mais la ligue progressait doucement, ce qui n’était pas toujours le cas. Trouver des ressources économiques serait vraiment d’une grande aide, mais pour le moment, aucun ne voulait la leur accorder. Mais bon, il ne fallait pas baisser les bras pour autant. Ils finiraient bien par atteindre leurs objectifs. Chastity trouvait tout de même malheureux qu’il y ait besoin de morts, de drames, pour que les gens ouvrent les yeux… S’ils étaient plus réceptifs dès le début, peut-être que certaines choses pourraient être évitées, c’était une possibilité, mais rien n’était sûre. Mary Lou lui avait toujours présenté les sorciers comme maléfiques et haineux des humains, depuis qu’elle était toute petite, alors elle ne pouvait qu’adhérer à ses paroles.

Mais pour l’heure, ils faisaient ce qu’ils pouvaient pour rameuter le plus de monde possible et les intégrer à la ligue. Mary Lou était sortie avec Modesty, et Credence était supposée distribuer des tracts. Cela laissait Chastity seule dans l’église, mais cela ne la dérangeait pas. Elle appréciait le calme et la sérénité des lieux quand ils étaient presque vides. Elle ne fut cependant pas déçue quand Landgon Shaw pénétra en ces lieux. Elle appréciait beaucoup ce garçon, il faut dire qu’en dehors de sa famille adoptive, Chastity n’avait jamais eu l’occasion d’avoir d’amis, de relations, alors elle était vraiment ravie de pouvoir partager quelque chose avec Langdon.

-Bonjour, Chastity. Comment vas-tu ?

Des nouveaux adeptes des Fidèles de Salem, Langdon était probablement celui qu’ils voyaient le plus, mais c’était compréhensible, il avait perdu son grand frère dans des circonstances étranges, qui étaient probablement orchestrées par un sorcier, et il était normal qu’il veuille comprendre et punir cet acte qui le privait d’un membre de sa famille. Elle lui rendit son sourire.

« Bonjour Langdon. Je vais bien merci. Et toi ? Tu te sens un peu mieux ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Langdon Shaw
Messages : 307
Date d'inscription : 25/11/2017

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeMar 8 Jan - 19:12


Parler de ses peines, c’est déjà se consoler.
S

i quelqu'un savait qu'il fallait à coup sûr se méfier d'un "je vais bien" et ne pas le prendre pour argent comptant, c'était bien Langdon. Pas qu'il fasse forcément l'effort de prétendre bien se porter depuis la mort de son frère, ceci dit, mais cela n'ôtait rien au fait qu'il avait gravité depuis sa plus tendre enfance dans des milieux relativement hypocrites, comme l'on peut s'y attendre quand l'argent entre en ligne de compte. Pour autant, il avait envie de croire Chastity quand elle lui disait aller bien, elle avait toujours été très honnête avec lui après tout (de ce qu'il avait pu en constater, en tout cas), et il était loin de voir au-delà des apparences. Il avait beau fréquenter les Barebone de manière plus qu'assidue ces derniers temps, il avait été tout à fait incapable de cerner le malaise qui régnait au sein de cette famille (sans doute trop accaparé par ses propres préoccupations - c'est que Langdon pouvait être assez égoïste parfois, mais sans jamais s'en rendre compte).

Certes, Credence était un garçon... particulier, mais justement, il mettait cela sur le compte d'une timidité maladive, sans plus, et Modesty était une gamine alors... elle faisait des trucs de gamines, sans doute (les enfants et Langdon, ça faisait deux). Il tenait Mary Lou Barebone pour une femme digne et très agréable, alors à aucun moment il n'imaginerait qu'elle puisse se montrer cruelle et abusive envers ses enfants adoptifs. Au contraire, il lui trouvait une bonté d'âme à toute épreuve, d'autant plus qu'elle devait s'occuper de ces enfants tout seuls et qu'à travers son association, elle était toujours prête à aider son prochain - oui, il gardait clairement ses oeillères. Donc en effet, il se disait que Chastity devait aller bien. Quant à lui... eh bien, il comptait se montrer sincère, même si ce ne serait pas le discours le moins déprimant que son interlocutrice aurait entendu aujourd'hui, c'est sûr.

-Pas vraiment...
, répondit-il alors, parce que non, il n'y avait pas réellement de mieux. C'était toujours un peu la même chose, au bout du compte, et c'était de plus en plus difficile à supporter. Je suis allé voir mon père, récemment...

Et forcément, ça n'avait pas été la grande joie, comme s'il avait vraiment besoin de ça pour se sentir au trente-sixième dessous.

code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Chastity Barebone
Messages : 61
Date d'inscription : 30/12/2018
Age du joueur : 21

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeMar 15 Jan - 22:38

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Chastity était toujours relativement contente de recevoir quelqu’un à la ligue, déjà parce qu’elle n’était pas contre un peu de compagnie autre que celle de sa famille, mais aussi parce que Mary Lou était plus modérée avec ses enfants devant les autres, et donc… ils avaient un peu de répit. Ce n’était pas grand-chose, mais c’était toujours ça de pris non ? En tout cas, outre cela, Chastity était ravie que Langdon soit là. Le jeune homme était son ami, et il était normal d’apprécier passer du temps avec ses amis non ? Chastity n’était pas habituée à en avoir, c’était même… le premier, mais elle essayait de faire les choses bien. Il ne devait pas se douter une seule seconde de la façon dont Mary Lou traitait ses enfants adoptifs, mais ce n’était pas Chastity qui allait le lui dire. Déjà, parce qu’elle n’avait pas envie qu’il les prenne en pitié, et ensuite… si jamais il savait, peut-être qu’il ne voudrait plus jamais revenir, et Chastity serait triste de ne plus le revoir.

Mais ils n’en étaient pas là, heureusement. Et c’était surtout Langdon qui était à plaindre en ce moment. Lui qui avait assisté au décès de son frère aîné… Chastity ne savait pas ce que cela faisait de perdre un proche, et surtout, d’assister à son décès, mais elle se doutait que cela devait être vraiment douloureux et traumatisant. Quand bien même, la relation entre les deux hommes n’était pas parfaite. Elle voudrait savoir quoi dire, quoi faire pour réconforter Langdon, et le faire se sentir mieux, mais elle n’était pas certaine qu’elle soit très efficace pour autant. En tout cas, elle faisait de son mieux, elle voulait lui montrer qu’il était soutenu, et surtout, qu’il était cru ici. L’attaque contre Henry Shaw Jr n’avait rien de naturel, Chastity était d’accord sur ce point, malgré ce qu’il se disait dans les différents médias…

-Pas vraiment...

Cela n’étonnait pas vraiment la jeune femme, et ça n’avait rien d’anormal. Les évènements étaient encore frais, et ils devaient probablement tourner dans sa tête constamment. Il ne vivait pas un moment facile, pas du tout. Mais elle espérait qu’il saurait surmonter cela, à un moment ou un autre.

-Je suis allé voir mon père, récemment...

Chastity se mordilla la lèvre, elle savait que les relations entre Langdon et son père étaient on ne peut plus houleuses, malheureusement. Et elle trouvait cela vraiment dommage. Ils devraient plutôt profiter l’un de l’autre pendant qu’ils le pouvaient… Mais évidemment, elle n’était pas apte à comprendre toute l’histoire entre eux, et n’avait qu’un avis extérieur. Elle serra la main du jeune homme dans un geste purement amical. Elle tentait de le soutenir. Elle n’avait jamais eu personne qui la rassurait, la consolait, avec tendresse et douceur, comme elle l’aurait voulu. Mais Chastity avait tendance à être comme ça avec les autres, surtout les personnes auxquelles elle tenait.

« Comment cela s’est passé ? Il a accepté de t’écouter cette fois ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Langdon Shaw
Messages : 307
Date d'inscription : 25/11/2017

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeMer 16 Jan - 17:55


Parler de ses peines, c’est déjà se consoler.
L

angdon savait qu'il n'était pas forcément de bon ton de se plaindre de sa situation, et surtout de ses relations houleuses à son père avec Chastity. Après tout, la jeune femme était orpheline, peut-être qu'à sa place, elle aurait été trop heureuse d'avoir au moins un père pour gâcher cette relation à force de querelle et de dialogue de sourds. Lui-même d'ailleurs pouvait concevoir que c'était sans doute la pire des choses à faire. Sans être orphelin, il avait perdu sa mère, il savait la douleur que c'était, et si cet événement tragique n'avait pas suffi à lui faire comprendre combien la vie était courte et précieuse, la mort de son frère aurait achevé de le convaincre. Malgré tout, il parlait. Il parlait parce que le faire en présence de Chastity était d'une simplicité étonnante.

A force de côtoyer les Barebone, il avait fini par s'attacher à elle, et elle était peut-être (c'était même sûre) la seule amie qu'il avait. Avec Debrah, évidemment, mais Debrah était comme de sa famille, c'était autre chose... et il pourrait bien ajouter Elsa à l'équation, mais il ne réussissait pas à la cerner et avait trop souvent le sentiment qu'elle se payait sa tête. Ce n'était pas le cas, avec Chastity, elle était attentive, toujours prête à recueillir ses confidences, et c'était une chose dont Langdon avait terriblement besoin à l'heure actuelle... et il savait bien qu'il le rendait très mal à la jeune femme. Combien de fois avait-elle pris le temps de l'écouter s'épancher sur ses problèmes ? Et pourtant, même s'ils parlaient beaucoup, Langdon ne savait pas grand-chose d'elle. Pire encore, il n'avait pas conscience de l'essentiel, il n'avait pas idée de ce qui se trâmait réellement sous le toit de cette église. Oui, il devrait sans doute faire l'effort de l'écouter, aussi, il le savait. Mais pour le moment, il avait surtout besoin de parler, et il s'y sentait encouragé par le geste amical, qui parvenait à l'apaiser un peu, ce qui n'était pas un moindre luxe au vue des circonstances.

-Plus ou moins,
répondit-il. Au moins, il ne m'a pas tout de suite envoyé balader, il a accepté de m'écouter... c'est un progrès, j'imagine... D'ici à ce que je cesse d'être une déception pour lui, par contre, il y a encore du chemin.
code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Chastity Barebone
Messages : 61
Date d'inscription : 30/12/2018
Age du joueur : 21

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeJeu 24 Jan - 21:09

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Chastity ne se sentait pas contrariée, ou agacée que Langdon lui parle de ses soucis avec son père. Au contraire, cela témoignait qu’il avait assez confiance en elle pour se confier. Elle pourrait se sentir gênée, étant donné qu’elle n’avait aucun souvenir de son père, ou triste. Mais… même si c’était un peu le cas, elle n’en montrait rien, et ne disait rien. Elle était devenue maîtresse dans l’art de cacher ses sentiments, Mary Lou lui avait au moins appris quelque chose. Ce n’était pas si mal, mais si ça ne la laissait pas indifférente, elle appréciait que Langdon se confie à elle. Ça renforçait leur lien d’amitié, ou du moins, c’est ce qu’elle supposait, car elle ne pouvait être sûre de rien. Mais c’était ainsi qu’elle voyait les choses, étant donné qu’elle n’avait jamais eu d’ami avant.

En tout cas, elle ne pouvait pas vraiment comparer la relation de Langdon avec Henry, avec celle qu’elle avait avec son père, parce qu’elle ne se souvenait pas de son père. Elle avait juste une photo, mais cela ne lui évoquait aucun souvenir, elle était trop jeune pour cela. Mais au moins, elle comprenait un peu plus le manque de sa mère. Certes, elle avait Mary Lou, mais elle était sa mère adoptive, et puis, elle lui insufflait plus de peur que d’amour, alors c’était compliqué. Quoiqu’il en soit, et même si ses conseils n’étaient pas les plus avisés, surtout qu’elle n’avait vu Henry Shaw en vrai qu’une seule fois, elle tentait tout de même d’aider son ami au mieux. C’était le mieux qu’elle puisse faire après tout. Même si de son côté, elle ne se confiait pas beaucoup, et Langdon ne posait pas beaucoup de questions non plus, mais elle n’était pas froissée. Et puis… il regardait Mary Lou avec tant d’admiration qu’elle ne voulait pas lui dire ce qu’elle faisait subir à ses enfants. Quoique si… elle voudrait pouvoir se confier, mais, elle avait bien trop peur que Mary Lou apprenne qu’elle ait parlé. Elle se prendrait sûrement la punition de sa vie, et cela ne l’enchantait pas du tout. Alors elle se taisait, et elle écoutait.

-Plus ou moins. Au moins, il ne m'a pas tout de suite envoyé balader, il a accepté de m'écouter... c'est un progrès, j'imagine... D'ici à ce que je cesse d'être une déception pour lui, par contre, il y a encore du chemin.

Elle se mordilla la lèvre, tout en réfléchissant. Elle ne saurait dire si Langdon était une déception pour son père, parce qu’elle ne le connaissait pas. Mais il n’appréciait pas l’idée des sorciers et semblait être un homme sévère, mais pas aussi sévère que Mary Lou, c’était une évidence.

« C’est déjà un bon début c’est sûr. Il ne te voit pas comme une déception je pense… vos idées diverges, mais avec le temps, il comprendra que tu es sur la bonne voie, et détenteur de la vérité et il reviendra vers toi de lui-même. Il a sans doute besoin de temps. Certains esprits sont plus réfractaires que d’autres, surtout pour ceux qui ont déjà vécu beaucoup de choses. »

black pumpkin


Dernière édition par Chastity Barebone le Dim 3 Fév - 21:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Langdon Shaw
Messages : 307
Date d'inscription : 25/11/2017

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeJeu 24 Jan - 22:57


Parler de ses peines, c’est déjà se consoler.
O

ui, c'était un bon début... ou en tout cas, mieux valait le voir comme cela, en effet, plutôt qu'autrement... même si, s'il devait s'agir d'un début... Langdon avait un peu du mal à voir à quoi cela finirait par aboutir au bout du compte. Il voudrait être confiant, mais ce n'était pas vraiment le cas. Quoi qu'il advienne et peu importe la manière dont son père finirait par appréhender la situation, il ne savait pas si cela aurait un quelconque impact sur leur relation, au bout du compte. Il ne pensait pas que son père le regarderait un jour comme il regardait Henry autrefois, avec fierté et admiration, et ce quoi qu'il décide de faire. Il appréciait les efforts de Chastity pour le rassurer, et il est certain que çça lui faisait réellement le plus grand bien, mais ce n'était pas assez, et au bout du compte, il faudrait certainement qu'il se résigne : quoi qu'il fasse, rien ne serait jamais assez, absolument rien.

En tout cas, il espérait qu'elle disait vrai quand elle lui assirait que, un jour ou l'autre, il comprendrait qu'il avait eu raison depuis le début. Quelque part, il avait du mal à ne pas être d'accord avec elle. Il le pensait aussi de son côté. La vérité finirait forcément par lui sauter au visage, ce serait forcé, comme tout le monde finirait par comprendre, mais son appréhension résidait avant tout et surtout dans la perspective que cela arrive trop tard, trop tard pour le sauver des conséquences d'une telle révélation, trop tard pour réparer ce qui avait été brisé... ou n'avait peut-être jamais existé, en fin de compte. Langdon savait, au fond, qu'il s'inventait une complicité passée avec son père qui n'avait jamais véritablement existé.

-Sans doute,
admit-il en réponse. Tu as sûrement raison, oui, reconnut-il doucement. C'étaient des mots qu'il avait besoin d'entendre quoi qu'il en soit, ça, c'était une véritable certitude. Mais tu sais... je crois que c'est maintenant que j'aurais besoin de lui, pas plus tard.

Enfin, il aurait aussi besoin de lui plus tard, mais ici et maintenant, c'est clair que ça lui aurait fait du bien... parce que son frère était mort, et que son père était la seule famille qu'il lui restait. Il avait besoin de lui. Mais il ne savait tout simplement pas l'exprimer.
code by Mandy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Chastity Barebone
Messages : 61
Date d'inscription : 30/12/2018
Age du joueur : 21

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeDim 3 Fév - 21:20

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Chastity se rendait bien compte que la situation familiale de Langdon était compliquée, et douloureuse. Il avait perdu sa mère, son frère, et avait une relation conflictuelle avec son père. Il était donc facile de se rendre compte qu’il avait de quoi se plaindre. Et Chastity trouvait vraiment cela triste. Elle n’était pas mieux lotie, c’est vrai. Elle aussi, avait un contexte familial particulier, et ne souhaitait cela à personne. Grandir dans un orphelinat puis grandir sous la coupe et le joug de Mary Lou Barebone, ce n’était pas le rêve, ni la famille idéale, mais c’était comme ça, elle n’y pouvait rien. Mais ce n’était pas le cas de Langdon. Il lui restait son père, et il était encore possible que les deux hommes se rabibochent et reviennent l’un vers l’autre. C’était en tout cas ce qu’elle lui souhaitait, vraiment. Langdon était son ami, son seul ami, et elle avait vraiment envie qu’il lui arrive de bonnes choses, dans tout ce malheur qu’il vivait en ce moment.

Chastity y était sensible, et elle voulait vraiment l’aider à aller mieux, et à lui apporter du réconfort. C’était ce qu’on faisait avec ceux que l’on appréciait non ? On les soutenait, on se montrait présent. On les écoutait, on tentait de les rassurer… ce genre de choses. Chastity n’avait pas connu cette situation, personne n’avait jamais cherché à la consoler ou lui apporter du réconfort, elle avait toujours été seule avec son chagrin. Même avec Credence et Modesty, Chastity ne parlait pas de ce qui la faisait souffrir. Pourtant, leur souffrance était commune à tous les trois, du moins en partie, mais elle restait seule. Et elle ne voulait pas que Langdon soit seul, sans personne à qui parler, à qui confier sa douleur. Elle ne voulait pas qu’il soit dans sa situation.

-Sans doute. Tu as sûrement raison, oui. Mais tu sais... je crois que c'est maintenant que j'aurais besoin de lui, pas plus tard.

Elle comprenait, il avait besoin du soutient de son père, parce qu’il était en deuil et avait besoin de se rapprocher de la famille qui lui restait. Même si c’était plus facile à dire qu’à faire, en tout cas, elle avait vraiment envie que les choses s’arrangent entre les deux Shaw, et qu’ils arrivent à parler, à se comprendre, et enfin à se rapprocher.

« Je suppose que c’est normal que tu aies besoin de lui dans cette épreuve. C’est ton père après tout, et j’espère vraiment que les choses pourront s’arranger entre vous deux, je le souhaite de tout cœur. En tout cas, si tu as besoin de quoique ce soit, je sais que c’est maigre mais, je suis là pour toi. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Langdon Shaw
Messages : 307
Date d'inscription : 25/11/2017

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeLun 4 Fév - 21:23


   
Parler de ses peines, c’est déjà se consoler.
   
P

   
arler avec Chastity, c'était simple, c'était agréable, et ça lui donnait définitivement le sentiment d'être compris, d'être soutenu. Cela ne lui arrivait pas si souvent. Bien sûr, quand il parlait avec Mary Lou, il se sentait stimulé, il savait qu'il pouvait parler des sorciers et qu'il n'était pas pris pour un fou... Mais ce n'était pas pareil, Mary Lou était une femme de poigne, et ce n'était clairement pas avec elle qu'il se serait imaginé avoir une conversation disons plus... humaine... parce que ses considérations allaient bien au-delà. Il ne le lui reprochait évidemment pas, il admirait même sa force de caractère... mais parfois, il avait juste besoin de s'épancher, de se confier, et dans ces cas-là, il savait qu'il pouvait compter sur Chastity.

   Il avait parfois peur de l'ennuyer avec ses histoires, mais elle écoutait toujours, se montrait toujours extrêmement attentive, et il sentait bien qu'elle ne faisait pas que prétendre, c'était quelque chose qui faisait partie de sa personnalité, et il n'était pas sûr de le lui rendre aussi bien. Si elle finissait par en savoir beaucoup sur sa vie, ou sur ce qui était important pour lui, il ne savait en définitive rien d'elle, en effet. Il se rendait bien compte que se plaindre d'un père alors qu'il était toujours en vie était peut-être indélicat, mais puisqu'elle l'écoutait sans le juger et sans lui faire de reproches, alors... Il en profitait. Il se reposait sur elle, peut-être même un peu trop, et le fait qu'elle le laisse agir de la sorte, et même l'encourage, à sa manière, ne l'aidait pas à faire les choses autrement.
   
   -Merci,
répondit-il en lui adressant un sourire comme il n'en affichait plus que très peu ces derniers temps, mais il voulait lui montrer que sa reconnaissance était bel et bien sincère, ce dont elle serait en droit de douter au regard de son comportement de manière générale, lui à qui cela demandait un sincère effort de sourire ou même de rire. Je sais que je peux compter sur toi. Et c'était sincère, et leur amitié providentielle revêtait une immense importance à ses yeux. Et... tu sais que si tu as besoin de me parler, toi aussi, tu peux, il ne faut pas que tu hésites.
   

   Il était clairement temps qu'il apprenne à être moins égoïste et à l'écouter lui aussi.
   
   
code by Mandy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Chastity Barebone
Messages : 61
Date d'inscription : 30/12/2018
Age du joueur : 21

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeMar 26 Fév - 15:20

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Au final, Chastity était plus proche de Langdon qu’elle ne l’était de Credence ou Modesty. Mais ses cadets n’étaient pas vraiment soucieux d’être proches d’elle de toute manière. Elle ne leur en voulait pas, elle comprenait qu’ils ne soient pas à l’aise parce que Mary Lou était peut-être moins sévère avec elle, ou plutôt, Chastity faisait tout pour ne pas décevoir leur mère et du coup, elle avait moins de punition. Mais elle en avait tout de même. Elle avait cependant renoncé à toute opposition face à sa mère adoptive. On pouvait dire que Mary Lou avait eu gain de cause de ce côté-là. Elle avait réussi à la briser suffisamment pour avoir une soumission totale, sans soupçon de rébellion cachée.

Mais avec Langdon au moins, elle avait l’impression que la vie était moins difficile, moins triste qu’elle ne le pensait. Elle échappait un peu à son quotidien déprimant, désespérant, quand elle passait du temps avec lui. Et s’il en était probablement inconscient, elle lui était tout de même reconnaissante d’être dans sa vie. Il est sûr que les choses ne seraient pas pareilles sans lui. Quand bien même Langdon vivait une période compliquée, entre la mort de son frère et sa querelle avec son père, elle l’appréciait grandement, et il lui était très précieux. Chastity trouvait cela tout à fait normal d’être là pour lui, et elle tenait l’aider et le réconforter du mieux qu’elle le pouvait. Il le méritait.

-Merci. Je sais que je peux compter sur toi.

Elle lui rendit son sourire, contente de ses paroles. Cela faisait du bien de le voir sourire, même si c’était un peu. Elle ne pouvait pas vraiment se rendre compte de ce qu’il vivait, parce qu’elle n’avait pas été dans sa situation, même si la sienne était loin très loin d’être enviable, mais il était tout de même important qu’il ne se laisse pas abattre, et elle savait que ce n’était pas le cas.

-Et... tu sais que si tu as besoin de me parler, toi aussi, tu peux, il ne faut pas que tu hésites.

C’était peut-être le moment de lui parler, de se confier sur ce qu’il se passait vraiment ici. De ce qu’elle vivait, elle et ses frère et sœur. Mais elle avait trop peur des répercussions, si jamais Mary Lou savait. Elle avait confiance en Langdon, mais elle avait peur qu’il ne la croit pas, ou qu’il aille le dire à Mary Lou. Il avait une telle foi en elle…

« Je… Oui… c’est gentil merci... »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Langdon Shaw
Messages : 307
Date d'inscription : 25/11/2017

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeMar 26 Fév - 19:08


   
Parler de ses peines, c’est déjà se consoler.
   
L

angdon se trompait peut-être, mais il avait le sentiment que ses paroles avaient mis Chastity mal à l’aise… Non, c’était peut-être simplement de la paranoïa de sa part, en réalité. Langdon avait tendance à l’être pour tout et n’importe quoi ces derniers temps. N’empêche, la réponse de son interlocutrice le vexerait presque. Ce n’était pas contre elle, non, c’était plutôt contre lui, parce que si elle se contentait de lui répondre que c’était gentil de sa part, c’était peut-être qu’elle estimait qu’il n’était pas digne de ses confidences… Là encore, il était très probable que Langdon se fasse de fausses idées. Si Chastity ne lui confiait rien, ce n’était pas forcément parce qu’elle n’avait pas envie de lui parler mais tout simplement parce qu’elle n’avait rien à lui dire…  

Il n’empêche, il ressentait d’autant plus d’inégalités au sein de leur amitié. Chastity était présente, elle l’écoutait, elle le rassurait, elle le conseillait. Sans elle, il était fort à parier que le jeune homme appréhenderait la situation avec beaucoup plus de difficultés. Lui, il ne faisait que se plaindre, et constamment des mêmes choses. Peut-être que ça lui était égal, peut-être que Chastity ne lui en voulait pas pour cela, mais Langdon ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il n’en faisait pas assez pour son interlocutrice… Sans savoir pour autant ce qu’il pourrait bien faire afin de compenser cet état de fait.

Il hésita, il avait envie de dire quelque chose, mais il n’avait pas non plus envie de se montrer intrusif ou insistant. Si Chastity n’avait rien à lui dire, alors ça ne servait à rien, et si elle ne voulait rien lui dire, c’était son droit aussi. Après tout, s’ils s’étaient beaucoup rapprochés, il restait tout un tas de choses qu’ils ne savaient pas l’un de l’autre. D’ailleurs, c’était peut-être par là qu’il faudrait commencer au bout du compte. Alors non, il n’avait pas envie de lui tirer les vers du nez, surtout s’il n’y avait en fait aucun vers à tirer (et cette image est en réalité particulièrement dégueulasse). Il chercha tout de même à orienter la conversation sous une perspective un peu moins égoïste, elle estimait que ce serait déjà un début, après tout.

-Je me rends compte que j’arrête pas de parler de moi et de mes histoires de famille, et y a plein de choses que je ne sais pas sur toi.

Alors que Chastity n’avait pas dû avoir eu une vie facile. Lui, il se plaignait de son père, il avait perdu sa mère et son frère, mais Chastity, c’était toute sa famille qu’elle avait perdue, et il ne savait même pas dans quelles circonstances.

   
   
code by Mandy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Chastity Barebone
Messages : 61
Date d'inscription : 30/12/2018
Age du joueur : 21

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeDim 17 Mar - 9:06

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Chastity ne savait pas si c’était une occasion perdue ou non de lui parler de ce qu’ils subissaient ici, de la part de Mary Lou, mais elle ne se sentait pas vraiment capable d’en parler de toute manière. Pas par honte, mais par crainte, d’affronter ensuite les remontrances de sa mère, qui seraient sans doute pires que tout. Pourtant, elle aurait voulu, être assez forte pour pouvoir en parler, mais elle ne l’était pas, et ce n’était pas une surprise pour elle. Elle ne s’était jamais sentie forte, loin de là. Depuis petite déjà, à l’orphelinat, Chastity ne faisait pas partie des forts, elle avait beaucoup pleuré, et elle avait aussi été martyrisée par les plus grands, sans qu’elle puisse se défendre. C’était un peu pitoyable dit comme ça, mais c’était sa vie qui était pitoyable, et elle en avait conscience.

Alors évidemment, elle n’avait pas tellement envie d’en faire part à Langdon. Déjà qu’il était rare qu’elle se fasse un ami, elle n’avait pas envie de lui faire regretter cette amitié. Et en plus de cela, elle n’avait pas du tout envie de se plaindre en plus de cela. Elle avait appris à ne pas se plaindre depuis qu’elle était élevée par Mary Lou, et c’était quelque chose qui était resté. Elle craignait aussi le jugement de Langdon, et elle savait l’admiration qu’il portait à sa mère adoptive, et elle craignait également qu’il ne la croit pas et défende Mary Lou.

Un mélange de peurs fondées et de peurs infondées, qui la faisaient grandement hésiter sur ce qu’elle pouvait et devait dire ou non. Pour le moment, elle pouvait ne rien dire, réfléchir et voir par la suite ce qu’elle pourrait faire. Peut-être qu’un jour elle saurait lui parler de tout cela, et au fond, elle l’espérait un peu. Elle ne savait pas si cela lui ferait du bien d’en parler à quelqu’un, mais en soit, elle se disait que ce serait peut-être un peu libérateur. En tout cas, ce n’était pas pour maintenant, c’était une chose dont elle était sûre. Mais elle appréciait tout de même grandement la considération de Langdon à son égard, et elle n’en avait pas l’habitude surtout, c’était assez nouveau pour elle.

-Je me rends compte que j’arrête pas de parler de moi et de mes histoires de famille, et y a plein de choses que je ne sais pas sur toi.

En même temps, Chastity estimait qu’il n’y avait pas grand-chose à savoir d’elle. Sa vie n’avait rien d’intéressante, et elle n’avait aucun évènement gai à raconter. C’était la triste vérité, mais encore une fois, elle ne s’en plaignait pas, cela ne servirait à rien. Elle lui adressa un léger sourire.

« Je ne sais pas quoi dire. Je ne me souviens pas de ma famille, j’ai été déposée à l’orphelinat quand j’étais bébé, j’ai juste une photo d’eux. J’ai grandi là-bas, puis j’ai été adoptée par Miss Barebone et… voilà. Ce n’est pas bien intéressant. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Langdon Shaw
Messages : 307
Date d'inscription : 25/11/2017

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeLun 18 Mar - 1:18


   
Parler de ses peines, c’est déjà se consoler.
   
L

angdon était convaincu du fait que, contrairement à ce qu'elle pouvait dire ou encore même penser, Chastity avait plus de choses à dire sur elle qu'elle ne savait l'exprimer. Ce n'était jamais simple de parler de soi, Langdon le savait parfaitement, mais il y avait toujours quelque chose à dire sur soi. Il était de ces individus convaincus que l'on était façonné par son passé, par ses expériences, que ce soit des traumatismes qui devaient bouleverser à tout jamais la vie d'une personne ou des anecdotes en apparence bien plus anodines, toutes avaient forcément un rôle à jouer dans la construction d'un individu... et donc, c'était ce qu'il avait envie de connaître de la part de son interlocutrice.

Même s'il se doutait que ce ne serait pas si simple et que, surtout, il ne pouvait certainement pas la forcer à parler et à s'exprimer si elle ne le voulait pas. Mais elle ne donnait pas l'air de ne pas vouloir parler, ceci dit, juste de ne pas savoir quoi dire. Mais si elle acceptait de se livrer, ne serait-ce qu'un peu, il trouverait peut-être quelles questions poser pour lui permettre d'en savoir plus sur son interlocutrice, qui méritait bien que l'on s'intéresse à elle plutôt que de devoir supporter constamment l'humeur maussade voire désagréable de Langdon et ses crises perpétuelles d'éternel insatisfait.

Donc, elle avait été déposée à l'orphelinat jeune, très jeune, trop jeune apparemment pour s'en souvenir, même si elle avait conservé une photo de ses parents malgré tout, ce qui était déjà un indice dont beaucoup ne disposaient pas de leur côté. Pourquoi ses parents avaient-ils décidé de se séparer d'elle ? C'était une question qu'il se posa aussitôt mais qu'il eut le bon sens de garder pour lui. Il ne servirait à rien non plus de braquer inutilement son interlocutrice alors qu'elle évoquait avec lui des sujets à ce point personnels. De là, ceci dit, du peu qu'elle lui donnait, Langdon voyait beaucoup de choses à exploiter, comme par exemple ce qu'avait été l'enfance de Chastity à l'orphelinat. Mais au bout du compte, il choisit plutôt une question différente, mais qui le taraudait également au regard de ce qu'il venait d'entendre et d'apprendre.

-Tu sais ce qui est arrivé à tes parents ?


Etaient-ils toujours en vie et l'avaient-ils abandonnée par nécessité ? Ou bien leur était-il arrivé malheur et avait-elle été menée à l'orphelinat après une quelconque tragédie ?

   
   
code by Mandy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Chastity Barebone
Messages : 61
Date d'inscription : 30/12/2018
Age du joueur : 21

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeMer 3 Avr - 16:37

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Chastity n’était pas une jeune femme très ouverte, comme tous les enfants Barebone. Sauf peut-être Modesty, mais cette dernière était encore jeune, alors elle avait encore l’insouciance de l’enfance qui la faisait s’ouvrir un peu plus au monde. Mais Chastity restait souvent dans son coin. Elle n’avait pas beaucoup de permission, ou de marge de manœuvre. Elle restait presque tout le temps à l’église, sauf quand Mary Lou la missionnait pour telle ou telle tâche, mais elle n’avait pas vraiment le droit de sortir quand elle en avait envie, et elle n’avait pas non plus de passe-temps, de loisirs. Ce genre de choses qu’avaient en général les jeune de son âge. Elle n’avait même pas d’avenir… Malgré le fait qu’elle ait atteint l’âge de vingt ans, elle était presque sûre qu’elle ne pourrait pas partir d’ici.

C’était presque si comme si elle était prisonnière, mais elle n’osait même pas formuler cette pensée. C’était probablement n’importe quoi, mais parfois, elle avait presque impression que sa mère pouvait lire dans les pensées. Et elle serait probablement punie de penser cela, elle serait qualifiée d’ingrate. Alors elle n’y pensait pas, ce serait inutile en plus de cela, et ne changerait rien à la situation. Même si elle avait accepté son sort, et qu’elle s’était résignée, cela n’était pas non plus simple tous les jours. Loin de là.

Quoiqu’il en soit, elle était un peu déboussolée de devoir parler d’elle à Langdon. Non pas qu’elle n’ne avait pas envie, mais elle craignait qu’après cela, il n’ait une bien piètre opinion d’elle. Et qu’il se détourne d’elle, ce qu’elle comprendrait, elle n’avait pas grand-chose à lui apporter après tout, alors que lui, il pouvait faire tout ce qu’il voulait. Elle n’était pas très exhaustive, mais en même temps, pour elle, cela ne méritait pas d’être longuement détaillé. Sa vie était minable, et personne ne pouvait l’envier. Elle ne savait pas ce qu’elle avait le plus détesté, la vie à l’orphelinat, ou sa vie ici. Les deux étaient invivables pour elle de toute manière. Et elle ne souhaitait cela à personne. Mais c’était sa vie, et elle se disait qu’il y avait toujours pire, parce que c’était la seule consolation qu’elle pouvait avoir.

-Tu sais ce qui est arrivé à tes parents ?

Elle secoua négativement la tête. Elle n’avait jamais eu aucune information sur sa famille, à part la photo qu’elle avait d’elle. Mais elle n’avait aucun nom, et ses parents n’avaient laissé aucune indication lorsqu’ils l’avaient laissée à l’orphelinat. Elle ignorait tout de ses racines, de sa famille, elle ne savait pas pourquoi on l’avait abandonnée, ni même si elle aurait été heureuse si jamais on l’avait gardée.

« Non, je n’en sais rien. Personne ne m’a jamais rien dit à l’orphelinat. Je ne pense pas qu’ils savaient, de toute manière, ils n’avaient pas vraiment le temps d’accorder beaucoup d’attention aux enfants. On était nombreux, et le personnel en sous nombre, comme souvent. La vie y était plutôt difficile. Surtout pour les petites filles, il y avait les grosses brutes qui martyrisaient les plus faibles, sans que personne ne fasse rien. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Langdon Shaw
Messages : 307
Date d'inscription : 25/11/2017

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeMer 3 Avr - 18:36


   
Parler de ses peines, c’est déjà se consoler.
   
L

angdon espérait ne pas commettre d'impair en posant des questions aussi personnelles à son interlocutrice. Il n'avait aucune intention de la mettre mal à l'aise ou de la plonger dans de trop mauvais souvenirs, il voulait simplement lui faire comprendre qu'elle pouvait se confier à lui sans crainte, que leur amitié n'allait pas dans un seul sens. Et puis, il était tout simplement curieux de mieux la connaître. Il avait un peu le sentiment que Chastity savait tout de lui (en même temps, il n'y avait peut-être pas tant de choses que cela à savoir au bout du compte), et il avait envie de pouvoir en dire autant d'elle. Sans l'obliger à se confier sur ce qu'elle n'aurait pas envie de lui concéder, mais c'était un déjà début.

Et elle acceptait en effet de lui répondre, une réponse qui serrait le coeur de Langdon. Oh, il s'était douté du fait que l'enfance de Chastity n'avait pas été très heureuse. Langdon avait beau se plaindre (souvent), il savait que par de nombreux aspects, il avait tout de même eu de la chance. Oui, il avait perdu sa mère beaucoup trop tôt, oui, il avait le sentiment d'avoir constamment déçu les attentes de son père et celui d'avoir grandi dans l'ombre de son frère. Mais il n'avait pas eu une enfance malheureuse non plus. Il avait peut-être manqué de temps à autre de la considération d'un père, de la présence d'une mère, mais il avait grandi dans l'opulence. D'un point de vue matériel, il n'avait jamais manqué de rien.

Chastity pouvait dire l'inverse, elle avait manqué de tout. Pas seulement de l'affection de parents qui avaient fait le choix de l'abandonner, mais de la considération de ses pairs. Apparemment, sa vie à l'orphelinat avait été un enfer miniature, et Langdon regrettait très sincèrement de l'apprendre.

-Je regrette que tu aies eu à vivre tout ça
, répondit Langdon avec la plus totale sincérité. Au moins, tout ceci est derrière toi, maintenant. C'est une chance que Mrs Barebone t'ait recueillie.

Il n'imaginait pas une seule seconde à quel point il se fourvoyait. Bien sûr, il savait que les Barebone ne roulaient pas sur l'or et que leur situation n'était pas totalement idéale non plus. Mais il s'obstinait à voir en Mary Lou Barebone une mère adoptive certes autoritaire mais néanmoins aimante... quelle idée.

   
   
code by Mandy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Chastity Barebone
Messages : 61
Date d'inscription : 30/12/2018
Age du joueur : 21

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeMer 1 Mai - 10:07

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Chastity n’était pas vraiment gênée que Langdon lui pose des questions sur elle, au contraire. Au moins, quelqu’un s’intéressait à elle, cela lui changeait de son quotidien. Elle ne parlait jamais de ce genre de choses avec qui que ce soit, elle ne parlait de rien avec qui que ce soit. Même avec Credence et Modesty, les conversations étaient limitées, parce que Mary Lou n’était jamais loin. En tout cas, même si Langdon ne demandait que par pure politesse, elle était tout de même heureuse qu’il s’intéresse à elle un minimum. C’était juste qu’elle se sentait pathétique par les réponses qu’elle lui donnait, c’était vraiment… oui pathétique. Elle n’avait pas eu une vie rêvée, et aujourd’hui, rien ne s’était arrangé, au contraire. Elle ne voulait pourtant pas donner l’impression de se plaindre.

Elle n’était pas la seule à avoir eu une vie difficile. Credence par exemple, n’avait connu qu’elle, Mary Lou, puisqu’il avait été adopté quand il n’était encore qu’un bébé. Chastity avait eu une autre vie, très courte, et pas beaucoup mieux que celle-ci. A choisir, elle ne savait pas ce qui avait été le moins pire. A l’orphelinat, il y avait plus de libertés, mais avec les Barebone, il y avait Credence et Modesty. De toute façon, le choix ne se présentait pas. Et Chastity savait qu’elle était coincée ici jusqu’à sa mort. Elle ne savait pas combien d’années il lui restait encore à vivre, mais malgré son âge, elle n’aurait jamais le courage de partir, même adulte, elle craindrait toujours Mary Lou. Ça ne changerait pas.

En tout cas, elle espérait ne pas trop faire pitié à Langdon, même si c’était inévitable vu ce qu’elle lui dévoilait, mais ce n’était pourtant pas le but. Sa vie avait été dure, et elle l’était toujours autant, même si cela, il l’ignorait encore, mais elle ne voulait pas non plus inspirer trop de compassion.

-Je regrette que tu aies eu à vivre tout ça. Au moins, tout ceci est derrière toi, maintenant. C'est une chance que Mrs Barebone t'ait recueillie.

Chastity baissa les yeux, incapable de lui mentir en le regardant droit dans les yeux. Une chance… oui c’est ce qu’elle avait cru au début, quand on lui avait dit qu’une femme allait l’adopter. Mais elle avait vite déchanté, dès que les premiers coups avaient commencé à pleuvoir, très rapidement donc.

« Oui… »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Langdon Shaw
Messages : 307
Date d'inscription : 25/11/2017

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeMer 1 Mai - 10:21


   
Parler de ses peines, c’est déjà se consoler.
   
L

angdon ne devinait rien du drame terrible et quotidien qui bouleversait la famille Barebone, et dont les enfants adoptifs de Mary Lou étaient les victimes. S'il avait le moindre doute à ce sujet, il est certain que son comportement serait bien différent. Il n'y pouvait rien, il avait tendance à idéaliser Mary Lou Barebone. Pour lui, elle était la femme qui lui avait ouvert les yeux sur le monde, permis de découvrir qu'il existait une autre forme d'humanité, dangeureuse et violente, qui pouvait anéantir la leur, qui avait déjà commencé. Qui s'en était pris à sa famille. Reconnaître que Mary Lou n'était pas juste la femme déterminée et volontaire qu'il appréciait de voir en elle, ce serait bouleverser une fois de plus ses convictions, et le jeune homme, à l'heure actuelle, n'en était tout simplement pas capable...

Alors oui, quand il avait évoqué Mary Lou, il avait espéré décocher un sourire à son interlocutrice, il avait espéré qu'en songeant à ce qu'elle avait trouvé contre ce qu'elle avait perdu, elle parviendrait tout de même à se sentir ne serait-ce qu'un peu heureuse. Mais les choses ne se passèrent pas ainsi. Non, à la place, Chastity détourna le regard, baissa les yeux... Elle avait beau répondre par l'affirmative, elle ne semblait pas réellement convaincue de ce qu'elle lui disait. Langdon lui adressa un regard soucieux... Il avait vraiment le sentiment qu'il se passait avec la jeune femme quelque chose qu'il n'avait pas vue... qu'il n'avait pas été capable de voir.

-Quelque chose ne va pas ?
demanda-t-il, inquiet.

Il ne savait pas d'où ça venait, mais il commençait à comprendre qu'il avait été aveugle à la vie de Chastity, à son quotidien. Se focaliser sur ses propres malheurs et se battre en leurs noms l'avaient empêché de regarder ce qui se passait autour de lui. C'était un comble tout de même que de prétendre se soucier du bien de l'humanité, de l'avenir de la communauté à laquelle il appartenait, quand il était incapable de constater la misère personnelle d'une personne qu'il fréquentait pourtaint presque tous les jours et qu'il considérait sincèrement comme une amie. Qu'elle veuille parler ou non, il prenait au moins conscience du fait que quelque chose n'allait pas, qu'il était passé à côté de quelque chose. Et maintenant, il avait envie de comprendre.

   
   
code by Mandy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Chastity Barebone
Messages : 61
Date d'inscription : 30/12/2018
Age du joueur : 21

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeLun 10 Juin - 17:48

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Chastity n’avait aucune envie de passer pour une ingrate ou pour une chouineuse, surtout auprès de Langdon. Il était… son seul ami, et il appréciait vraiment Mary Lou. Elle ne voyait pas comment elle pourrait lui dire qui était vraiment cette femme, ce qu’elle leur faisait subir. Surtout que si elle parlait, et que Mary Lou l’apprenait, elle se prendrait la correction de sa vie. Mary Lou ne tenait ses enfants que par la peur, il n’y en avait aucun parmi eux qui lui étaient reconnaissant de les avoir adoptés. Chastity l’avait été au début, le jour de son adoption, mais elle avait vite déchanté depuis. Et elle se disait que si elle était restée à l’orphelinat, elle serait libre à présent. Elle aurait pu avoir une véritable vie de jeune adulte, avoir un travail, une maison pour elle. Mais tout cela ne se ferait probablement jamais. Pas tant que Mary Lou serait en vie en tout cas.

Elle ne pouvait donc pas dire à Langdon toute la vérité. Mais elle était incapable de mentir effrontément sur ce sujet-là. Non, ce n’était pas une chance d’avoir été adoptée par Mary Lou, mais elle ne pouvait pas le lui dire clairement. Elle se sentait mal à l’aise, mais ce n’était pas de la faute de Langdon. Il n’y était pour rien, c’est juste la situation qui était compliqué, et elle ne voulait pas le mettre en danger en l’incluant là-dedans. Qui sait… peut-être que Mary Lou pourrait se montrer cruelle avec lui aussi. Elle en serait fort capable, même si Langdon était plus à même de se défendre qu’eux.

-Quelque chose ne va pas ?

La jeune femme se mordilla la lèvre. De toute évidence, elle n’avait pas été très convaincante. Elle leva les yeux vers lui, et crut lire de l’inquiétude dans son regard. Elle ne savait pas ce qu’elle était censée faire ou dire. Néanmoins, d’aussi loin qu’elle se souvienne, c’était la première fois que quelqu’un s’inquiétait pour elle. Elle avait encore la preuve que Langdon était un véritable ami pour elle. Elle se sentait affreusement tiraillée entre l’envie de tout lui dire et la peur de le faire. Intérieurement, elle était complètement paniquée, et elle n’arrivait pas à prendre une décision. Pourtant elle ne pouvait pas restée la bouche ouverte à le regarder.

« Je… je t’apprécie beaucoup Langdon. Mais… je ne peux rien te dire… tu pourrais être en danger… Et je ne veux pas qu’elle te fasse du mal. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
Langdon Shaw
Messages : 307
Date d'inscription : 25/11/2017

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitimeLun 10 Juin - 19:48


   
Parler de ses peines, c’est déjà se consoler.
   
D

e toute évidence, quelque chose n'allait définitivement pas, et Langdon se reprochait d'avance de ne rien avoir remarqué jusqu'alors. Sans parvenir à soupçonner Mary Lou un seul instant, il voyait Chastity presque tous les jours et ils se parlaient fréquemment, ne constater que maintenant que quelque chose n'allait pas le culpabilisait terriblement. Il tenait à la jeune femme, elle était une des rares amies qu'il lui restait encore, il ne voulait pas la savoir mal, du moins plus mal que sa condition, forcément compliquée, faisait qu'elle l'était en temps normal. Il sentait bien qu'elle hésitait, avant même qu'elle dise quoi que ce soit, et quand elle reprit la parole, ce devint complètement évident.

Elle l'appréciait beaucoup, commença-t-elle par dire, eh bien, c'était réciproque, et c'était bien pour cette raison qu'il se faisait du soucis pour elle. Même s'ils avaient fait connaissance il y a peu, il pensait bien la connaître. Elle n'était pas du genre à dramatiser ou à se plaindre sans raison, loin de là, alors forcément, si elle commençait à prendre des pincettes avec lui, c'est qu'il se passait quelque chose. Et il craignait définitivement que ce soit quelque chose de grave... Pire encore, de grave non seulement, mais qui aurait été là depuis le début, et qu'il n'aurait pas été capable de voir, aveuglé par ses propres problèmes, qui le rendaient imperméable à ce qu'il avait juste sous les yeux. Ce ne serait pas la première fois que ça arriverait.

Elle lui laissa bien vite comprendre qu'il s'agissait non seulement de quelque chose de grave, et de très sérieux. Elle parlait même d'aveux qui pourraient éventuellement le mettre en danger. A ce point-là ? Vraiment ? Il ne réussissait pas à douter de ses paroles quand il entendait le ton qu'elle employait. Et puis, de manière générale, il la savait honnête, il savait qu'il pouvait lui faire confiance, c'était cela qui l'angoissait à ce point.

-Elle ? Tu parles de Mary Lou ?
demanda-t-il, décontenancé.

Il avait le sentiment de lire de l'inquiétude pure dans la voix et le regard de Chastity... et l'idée qu'elle puisse s'exprimer de la sorte en parlant de Mary Lou, qui lui avait toujours semblé certes autoritaire, mais avant tout agréable... même douce, en fait, ça le dépassait totalement. Pourtant, il ne pouvait pas faire comme s'il n'avait pas entendu ce qu'il venait d'entendre.

   
   
code by Mandy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] Empty
Message#Sujet: Re: Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]   Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Parler de ses peines, c’est déjà se consoler. [pv Chastity]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Orthographe et parler jeun's
» Se parler à soi-même...?
» Peines Alternatives
» Peines Alternatives : Procédures et déroulement (Archives)
» T'écrire est souvent plus facile que te parler ♪ ♦ Lisabeth & Lilieth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where to find them :: Welcome to the wizarding world :: Le Queens :: Siège de la Ligue des fidèles de Salem-