AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
No-Majs
avatar
Messages : 216
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Dim 26 Nov - 17:10


Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
L

angdon ne saurait plus redire exactement quels étaient les derniers mots que lui et son frère avaient échangé. Ce qu'il savait en revanche, c'est que ces derniers n'avaient rien eu de flatteurs ou d'agréables. C'était juste avant le gala de charité, ils avaient échangé quelques mots... Il ne lui avait pas souhaité bonne chance, il lui avait bien fait comprendre qu'il devrait sans doute le succès de l'événement à la fortune de leur père et rien d'autre. Les mots avaient respectivement dépassé leurs pensées. Ce n'est pas que Langdon détestait réellement son frère. Et réciproquement, d'ailleurs, bien sûr. C'était seulement qu'il y avait longtemps qu'ils n'arrivaient plus à communiquer tous les deux. La jalousie qu'il avait dès l'enfance ressentie à l'égard de son aîné était allée augmentant, avait éclaté au pire moment. Aujourd'hui, il savait qu'il n'aurait plus l'occasion de dire à son frère qu'il l'aimait malgré tout, qu'il l'admirait, que s'il le jalousait, ce n'était pas parce qu'il pensait qu'il avait eu droit à tout et lui à rien ais parce qu'il n'avait jamais su se hisser à sa hauteur. Ces mots étaient restés bloqués au creux de sa gorge, au point qu'il ne sut même prononcer ce discours sous l'oeil de son père lors de l'enterrement de Henry Jr. Il l'avait vraiment voulu, pourtant, mais une fois de plus, il avait été incapable. Maintenant, il ne voyait qu'une chose à faire pour se faire pardonner auprès de son frère, pour se faire apprécier de son père, pour faire amende honorable.

Il est vrai que l'entretien qu'il avait promis aux Barebone avec son père (et qui avait précipité la mort de son frère sans qu'il s'en rende compte) ne s'était pas déroulé comme il l'aurait voulu (ni comme les Barebone l'auraient voulu non plus, c'est l'évidence, mais ce n'était pas pour autant qu'il oubliait ce dont on l'avait convaincu et dont il avait confirmation. Il avait vu, de ses propres yeux, son frère être attaqué et assassiné par une force maléfique. Seuls des sorciers pouvaient être à l'origine de cela, et ceux qui osaient encore affirmer le contraire après avoir assisté à la scène étaient soit fous soit aveugles (soit les deux). C'était pour apporter son soutien une nouvelle fois aux fidèles de Salem, et pour essayer de comprendre ce qu'il avait vu exactement ce soir-là. Quand il arriva sur place, néanmoins, il ne vit Mary Lou Barebone et ses filles nulle part. Seul Credence, qu'il considérait comme étant le moins accessible des Barebone, était là.

-Bonjour Credence
, le salua tout de même Langdon très poliment. Langdon n'avait jamais eu aucun mal à se montrer avenant, même quand il ne le pensait pas vraiment, d'ailleurs. Ta mère est là ? Je voudrais lui parler.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
avatar
Messages : 347
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Mar 28 Nov - 15:00

Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
Credence était tout seul dans l’église qui servait de siège pour la Ligue des Fidèles de Salem et accessoirement, qui servait de demeure aux Barebone. Sa mère et ses sœurs étaient sortie faire quelques courses, Credence n’avait pas été invité à les suivre, ce lui qui convenait parfaitement. Quand bien même, il ne pouvait pas juste rester à se tourner les pousses chez lui non plus. Sa mère lui avait bien fait comprendre qu’il devait s’occuper du ménage, parce qu’il fallait que tout soit rangé et lavé avant son retour. Soit, Credence s’afférait donc à la tache en tentant d’être le plus efficace possible. Il n’avait aucune envie que sa mère se mette en colère en rentrant, parce qu’elle ne trouvait pas qu’il ait bien fait son travail. Quoi qu’en même temps, Credence ne se faisait pas beaucoup d’illusion, sa mère ne serait jamais satisfaite.

Il était donc tranquille et le jeune homme en profitait pleinement. Alors qu’il était en train de balayer le sol, le jeune homme pensait une nouvelle fois à cet enfant qu’il devait trouver pour Monsieur Graves. Il n’avait aucune idée de la manière dont il allait pouvoir le trouver, parce qu’il n’avait quand même pas beaucoup d’information. Des enfants d’une dizaine d’année maximum, il en voyait quand même beaucoup. Surtout que sa mère ne manquait pas une occasion pour exploiter les orphelins du quartier afin de répandre ses « belles » paroles. Il n’avait vraiment aucune idée de comment il allait trouver cet enfant, même s’il tenait réellement à le faire. Pour la simple et bonne raison qu’il n’avait pas envie de décevoir Monsieur Graves, qu’il espérait l’aider afin que ce dernier puisse l’aider ensuite. Il espérait tant trouver cet enfant pour que l’homme puisse enfin le faire entrer dans le monde magique, comme lui, pour qu’il l’aide à avoir des pouvoirs (ne se rendant pas compte que des pouvoirs, il en avait déjà). Il était complètement perdu dans ses pensées quand quelqu’un arrive. Credence leva doucement son regard vers l’homme, baissant tout de même la tête, surtout en reconnaissant cette personne. C’était l’homme qui avait promis à sa mère de publier son histoire… ce qu’ils n’avaient pas pu faire, parce que le rédacteur et père de cet homme n’avait pas eu envie d’entendre leur histoire. Et s’il n’y avait eu que cela. En voyant Langdon Shaw, Credence ne put que repenser à son frère, cet homme qui l’avait insulté et pour qui il avait ressenti une grande colère. Cert homme qui était mort maintenant… une histoire qui ne manquait pas de perturber grandement le jeune homme.

« Elle est sortie. » Dit-il d’une voix faible quand l’homme lui demanda si sa mère était présente, parce qu’il avait envie de lui parler. Il n’avait rien d’autre à dire en dehors du fait qu’elle n’était pas là, parce qu’elle n’était bel et bien pas là. « Je peux prendre un message ? »

Demanda-t-il tout de même, histoire de, quand bien même ce n’était pas forcément pour lui plaire.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
No-Majs
avatar
Messages : 216
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Mer 29 Nov - 17:52


Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
L

a mère de Credence était donc absente. Bon, Langdon s'en était douté dès l'instant où il n'avait croisé que le regard du jeune homme en pénétrant dans les lieux, mais il devait bien admettre que ça ne l'arrangeait pas. Ce quartier de New York n'était pas de ceux où le jeune étudiant avait l'habitude de mettre les pieds, et il aurait préféré ne pas s'éterniser, à choisir. Et par ailleurs, il avait vraiment besoin de parler à Mary Lou Barebones des récents événements, de ce qui était arrivé à son frère. Il était convaincu qu'elle saurait lui répondre, qu'elle aurait au moins ne serait-ce qu'un semblant d'explication à lui fournir quant à ce qui était arrivé à son frère, et qui de toute évidence n'avait rien de naturel, loin de là. Mais elle n'était pas là, et lui ne voulait pas avoir fait tout ce chemin pour rien. Bien sûr, il pourrait effectivement laisser un message et attendre de la revoir une nouvelle fois, mais il avait besoin de réponses, urgemment, et à ce titre, il préfèrerait pouvoir avoir cette conversation dès aujourd'hui, et ne pas avoir à attendre trop longtemps. Il prit donc le parti de demander à rester, même s'il n'était pas certain que la compagnie du jeune Credence doive vraiment aider son humeur. Il n'était pas, disons... la présence qu'il privilégierait pour passer le temps si on lui laissait le choix. Le jeune homme n'était pas spécialement loquace, et le mettrait presque mal à l'aise par ailleurs. Mais aux grands maux les grands remèdes.

-Je préfèrerais l'attendre ici, si ça ne te dérange pas, j'ai des choses importantes à lui dire.

Ou à lui demander, plutôt. Bon, cela voulait peut-être dire qu'il aurait à attendre très longtemps, puisqu'il ne savait pas pourquoi Mrs Barebone était partie ni pour combien de temps (mais le fait que ses filles soient également absentes l'encourageait à penser que ça ne durerait pas trop longtemps), mais peu importe, il n'avait rien de mieux à faire de toute façon. Sa vie, dernièrement, ne tournait qu'autour de ses nouvelles convictions, de la manière de les révéler au monde, de la façon de rendre justice à Henry. D'ailleurs à ce sujet... Il hésita mais reprit tout de même la parole. Peut-être que les Barebone avaient discuté entre eux de ce qui s'était passé, qui sait ?

-Tu as dû apprendre ce qui est arrivé à mon frère.

Evoquer le sujet, ce qu'il était contraint de faire chaque fois qu'il croisait qui que ce soit, qui se sentait la nécessité de lui présenter ses condoléances. Cette fois, c'était lui qui en parlait directement. Pas pour se faire plaindre, juste pour comprendre, et pour cela, pour faire éclater la vérité, il était prêt à tout. Credence n'aurait peut-être aucune opinion sur la question, mais qu'importe, il pourrait ainsi articuler à voix haute des pensées qui ne le dominaient que trop.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
avatar
Messages : 347
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Mar 16 Jan - 14:22

Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
Quand Credence demanda à l’homme qui venait d’arriver dans l’église où il vivait avec sa mère et ses sœurs s’il pouvait prendre un message – puisqu’il avait besoin de voir sa mère apparemment –, il espérait qu’il allait lui donner un message et s’en aller. Parce que Credence n’avait aucune envie de se retrouver en compagnie de l’homme pendant trop longtemps. Ce dernier le mettait mal à l’aise et ce n’était pas que parce qu’il était le frère de l’homme qui était mort, que cet homme qui l’avait traité de dégénéré. En même temps, le jeune homme n’appréciait pas la présence de grand monde. Et au vu de la situation, il avait juste envie que l’homme s’en aille pour pouvoir profiter un peu de sa solitude que lui offrait l’absence de sa mère et de ses sœurs, quand bien même il devait se concentrer sur le ménage pour ne pas craindre que sa mère soit en colère en rentrant. Sauf que visiblement, Langdon Shaw n’avait pas l’intention de s’en aller, puisqu’il demanda à attendre sa mère si cela ne dérangeait pas, parce qu’il avait des choses importantes à lui dire. Credence se retint de pousser un soupir. Si cela ne tenait qu’à lui, le jeune homme aurait affirmé qu’il n’avait aucune envie de le voir rester, que cela le dérangeait qu’il soit là… sauf qu’il se doutait que sa mère n’apprécierait pas d’apprendre que Langdon Shaw avait eu des choses importantes à lui dire, mais qu’il n’était plus là. Surtout qu’elle comptait quand même sur ce dernier pour répandre son histoire… pour que tout le monde sache que la magie existait et était néfaste. Du moins, comme elle le pensait elle.

Credence se contenta donc d’un haussement d’épaule, décidant de ne pas trop se préoccuper de l’homme et de continuer de balayer. Parce qu’il se doutait que même si l’homme se trouvait là, sa mère n’apprécierait pas que le ménage ne soit pas fait (en même temps, c’était à se demander si elle appréciait quelque chose). Il espérait donc pouvoir continuer sans se préoccuper de l’invité, pendant que ce dernier allait simplement attendre en silence… mais il reprit la parole. Credence sentit un frisson parcourir son échine quand l’homme mentionna son frère et ce qui lui était arrivé. Forcément, il était au courant, il n’y avait sans doute personne dans cette ville qui n’était pas au courant de la mort du sénateur Shaw. Sauf que Credence ne savait pas vraiment quoi en penser. La mort de cet homme ne lui faisait pas de peine du tout, bien au contraire. Et il s’était senti si en colère contre lui. Credence hésita une seconde avant de reprendre la parole.

« Oui. » Ce fut la seule chose qu’il dit, pour répondre à la question de son interlocuteur. En cet instant précis, Credence se demandait si finalement il n’aimerait pas voir sa mère revenir rapidement. Il ne se sentait vraiment pas à l’aise, surtout qu’il avait conscience qu’il ne pouvait pas se contenter de ce « oui ». Alors il reprit, tant bien que mal. « Toutes mes condoléances. » C’était ça qu’on devait dire non ?
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
No-Majs
avatar
Messages : 216
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Mer 17 Jan - 23:14


Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
L

a réponse de Credence fut affirmative, et cela n'avait rien pour surprendre en soi Langdon (ce qui était le plus surprenant, si quelque chose devait vraiment l'être, c'était que le jeune homme se soit exprimé en mots bien plus qu'autre chose)... Si lui n'était personne (en tout cas aux yeux de son père c'est une certitude), son frère était un personnage public, et qui avait su trouver sa place au sein de la politique actuelle à New York, donc sa mort avait fait les gros titres des journaux, et même quelqu'un comme Credence qui semblait - comment le dire sans avoir l'air trop hautain - ... un peu différent, va-t-on dire avait dû le constater, être mis au courant. Donc oui, il savait, et Langdon n'aurait pas été vraiment surpris que son interlocuteur se contente de cela, de ce simple oui qui pouvait vouloir dire tout et rien à la fois, qu'il savait et qu'il s'en moquait, qu'il savait et qu'il en était désolé, qu'il savait et qu'il s'en réjouissait... qu'importe. Mais il précisa finalement sa réponse, sembla vouloir lui donner le sens de la seconde proposition. En tout cas, il lui présenta ses condoléances. Des mot qu'il entendait beaucoup trop souvent dernièrement. En certaines occasions, cela pouvait parvenir à le toucher, là, pas vraiment. Puisque, après tout, une seule chose les liait potentiellement, et c'était Mary-Lou Barebone, pour le reste, il n'en était rien.

-Merci
, daigna-t-il répondre tout de même, très mécaniquement au passage. Et pour cause, c'était le terme d'usage, et il le formulait comme on répond "honneur aux vôtres" à quelqu'un qui vous dirait "à tes souhaits" (des gens très bien font ça, oui oui).

Cela aurait clairement pu s'arrêter là, car après tout, les interrogations qu'il avait, les questions qu'il souhaitait poser, ce n'était pas à Credence qu'elles devaient s'adresser. Mais Mary-Lou Barebone ne revenait de toute évidence pas, et qui sait combien de temps elle serait absente. Langdon n'avait pas envie de laisser à un silence plombant l'occasion de les envelopper. Alors il reprit la parole et choisit de formuler verbalement les pensées qui le hantaient.

-Ce qui lui est arrivé, ça n'avait rien d'humain. C'était forcément de la sorcellerie.

C'était de l'ordre de la plus pure évidence pour lui, mais c'était la première fois qu'il s'exprimait vraiment à ce sujet. L'occasion n'aurait pas manqué de le faire avec d'autres, mais il n'avait pas la moindre envie d'être taxé de fou à l'heure où il se contenterait juste d'être diablement honnête. Oui, la sorcellerie avait tout à voir là-dedans. Mais pour cela, encore fallait-il y croire. Il avait tenté d'ouvrir les yeux à son père, ce dernier l'avait fermement rembarré, il ne voulait plus donner à quiconque d'autre l'occasion de remettre sa parole en question, et pour cela, il comptait bien affirmer les faits avec des preuves plus que concrètes et incontestables. Mais pour cela, il lui fallait l'appui de la mère adoptive de Credence.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
avatar
Messages : 347
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Mar 13 Mar - 16:23

Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
Ce n’était que des mots mécaniques qui ne voulaient pas réellement dire grand-chose, mais que Credence prononçait quand même parce que… c’était ce qu’il devait faire. Quand on parlait de la mort d’un proche, on devait dire ça, toutes mes condoléances… quand bien même on ne le pensait pas. Le jeune homme ne le pensait pas, il n’en avait rien à faire de la mort de cet homme, ou presque. Si elle l’intéressait, si elle l’intriguait, ce n’était pas parce qu’il était mort, mais parce qu’il était mort de cette façon, ce soir-là. À choisir, le jeune homme ne pouvait pas nier qu’il apprécierait que l’homme en sa compagnie ne parle pas trop de son frère, mais il semblait lancé sur le sujet. Il aurait bien aimé qu’il ne parle pas du tout, le silence ne l’aurait clairement pas dérangé. Mais il reprit la parole, le mettant clairement mal à l’aise.

Langdon Shaw semblait considérer que la mort de son frère n’avait rien de naturelle, qu’elle était l’œuvre de la sorcellerie. Oui… Credence ne pouvait pas réellement lui donner tort. Et en un sens, au fond de lui, le jeune homme se disait que c’était bien fait pour cet homme d’être mort de cette façon. Alors qu’il l’avait traité de tarer, quand ils étaient venus avec sa famille, il était mort de la main de ce qu’il ne pensait pas réel. Son frère avait eu envie de le mettre en garde, mais il ne l’avait pas cru. C’était bien fait pour lui. Credence savait bien qu’il ne pouvait pas réellement se permettre de penser de cette manière, mais il n’y pouvait rien. Il se disait que c’était bien fait et que cet homme méritait ce qui était arrivé, qu’il n’avait pas qu’à agir de cette manière. Même si en un sens, ça ne pouvait que le perturber parce que justement… il avait eu envie que ça lui arrive.

« C’est pour ça que vous voulez voir ma mère ? »
Demanda-t-il alors, ne sachant pas s’il c’était une bonne chose qu’il décide de continuer la conversation. Sans doute qu’il ferait bien mieux de juste se contenter de lever les épaules, d’entendre les propos de son interlocuteur sans réagir, tout en continuant son ménage pour que sa mère n’ait rien à lui dire justement. Ça serait bien en effet, mais il ne put s’empêcher de reprendre la parole. « Parce que vous pensez que c’est des sorciers qui ont fait ça ? »

Il n’y avait pas réellement d’autre raison qui pourrait pousser l’homme à venir voir sa mère. Bon, ce dernier avait cru en leurs histoires et il avait eu envie de convaincre son père que les sorciers existaient, afin qu’ils puissent en parler dans les journaux. Mais quelque chose disait à Credence qu’il prenait les choses plus à cœur depuis que son frère était mort.

« Vous voulez faire quoi ? »

Est-ce que ça l’intéressait réellement ? En un sens oui, parce qu’il se disait qu’il faudrait peut-être qu’il en sache beaucoup pour pouvoir éventuellement protéger des sorciers.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
No-Majs
avatar
Messages : 216
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Mar 13 Mar - 18:57


Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
L

angdon hocha la tête en réponse à la question de Credence, il n'avait aucune raison de lui mentir, après tout. Chaque fois qu'ils se rendaient ici, c'était toujours pour discuter de ces histoires de sorcellerie, qui le travaillaient beaucoup, et à présent, il avait plus de raisons encore de vouloir en apprendre plus et d'aider la cause des fidèles de Salem. Oui, il était convaincu que les sorciers étaient derrière le meurtre de son frère, et il avait bien l'intention d'obtenir l'aide de Mary Lou afin de pouvoir cerner au mieux le problème et, qui sait, le résoudre. De manière radicale ? Pourquoi pas. C'était sans doute la seule façon, de toute manière. Et il ne trouvait aucun tort à en parler à Credence. Après tout, il corroborait à sa manière à la cause de sa mère adoptive. Et lui, même s'il ne se trouvait pas en présence de l'interlocuteur qu'il aurait souhaité, avait besoin de se décharger, de vider son sac et de parler de ce qui le tourmentait. Pour quel résultat ? Il n'en avait pas la moindre idée. Parce que pour le moments, ses idées et pensées étaient pour le moins embrouillées. Mais justement, c'était pour cette exacte raison qu'il se trouvait là, ici et maintenant, parce qu'il avait besoin d'y voir plus clair. C'était important. C'était nécessaire.

Langdon fut assez surpris que la curiosité de Credence le pousse à demander ce qu'il comptait faire à présent. Le fait est qu'il n'en savait rien... ou pas grand-chose, tout du moins, il savait qu'il voulait venger la mort de son frère (sans se rendre compte du fait que l'assassin de Henry se trouvait pile sous ses yeux, justement), et qu'il voulait empêcher qu'un événement du genre ne se reproduise. Mais comment faire pour parvenir à ses fins, ça il n'en avait pas la moindre idée. Tout ça, c'était des points d'ombre qu'il espérait pouvoir éclaircir grâce à la présence et au soutien de Mary Lou, qui semblait bien devoir être la seule à ne pas le prendre pour un cinglé quand il lui venait à discuter sorcellerie.

-Bonne question, répondit-il dans un haussement d'épaules. J'ai besoin d'en savoir plus, et je pense que ta mère peut m'aider. Il jaugea un instant son interlocuteur. A moins que tu aies une opinion sur la question ?

Ce qui n'était pas exclu, après tout. Il ne savait pas combien de temps celle qu'il attendait mettrait à rentrer, et en attendant, son interlocuteur avait tout de même le don de l'intriguer. Il ne saurait réellement dire pourquoi, mais il avait le sentiment d'avoir réussi à susciter son intérêt, pour une fois. C'est bien simple, il n'avait pas souvenir de l'avoir entendu jusqu'alors prononcer autant de mots à son adresse. Le jeune homme avait plutôt l'habitude de rester enfermé dans son mutisme. En tout cas en sa compagnie.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
avatar
Messages : 347
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Mar 8 Mai - 18:59

Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
Credence avait l’habitude de se faire petit, tout petit, dans le but d’attirer le moins possible l’attention sur lui. Et quand il était seul en compagnie d’une autre personne, c’était un exercice vraiment difficile. En cet instant précis, l’attention de Langdon était forcément entièrement tournée vers lui et il n’appréciait pas ça. Mais en même temps, le jeune homme ne pouvait pas nier que cette conversation le rendait curieux. Le sujet de Henry Shaw, Jr était quand même particulier pour lui. Credence avait détesté cet homme du plus profond de son être après sa rencontre avec lui et sa mort ne l’attristait en aucun cas. Bien au contraire, en un sens, le jeune homme se disait qu’il avait juste mérité ce qu’il avait eu. Sauf qu’il ne pouvait évidemment pas l’exprimer comme ça, surtout s’il s’avérait que l’homme était mort à cause d’un sorcier. Credence savait que si Langdon devait parler de sa théorie à sa mère, celle ci allait forcément s’intéresser de prêt à cet incident. Et le jeune homme n’avait pas envie qu’elle le fasse. Il ne s’en rendait pas encore compte, mais ce n’était pas pour autant qu’il ne ressentait pas quelque chose d’étrange. Il ne saurait pas l’expliquer, mais cette morte était une certaine évidence pour lui. Comme si c’était bien mérité. Non, ça l’était, concrètement. Cet homme n’était pas quelqu’un de bien et la manière dont il lui avait parlé... ça l’avait clairement chamboulé.

Langdon Shaw ne semblait pas encore savoir exactement ce qu’il allait faire, concernant cet événement, mais il voulait justement en savoir plus en parlant avec sa mère, afin de pouvoir se décider. Credence savait parfaitement que sa mère apprécierait de l’aider, Credence n’avait aucune envie qu’elle le fasse. Mais entre ce qu’il avait envie et ce que sa mère faisait, il y avait quand même un sacré monde. Le jeune homme baissa son regard vers le sol quand Langdon le questionna, lui demanda s’il avait une opinion sur la question. Credence n’aimait pas quand on lui posait des question, quand on lui demandait d’avoir un avis. Non, il n’en avait pas, il n’en avait jamais. Il ne devait pas en avoir.

« Non. » Se contenta-t-il de dire donc. « Mais ma mère sera d’accord avec vous. » Tout ce qui lui donnait la possibilité de taper sur les sorciers, elle le prenait. La seule chose qu’il savait de son côté, la seule opinion qu’il avait, c’était que le monde sorcier était beau et qu’il avait envie d’en faire parti, qu’il attendait le jour où il aurait enfin sa place. Et que la mort de cet homme n’était pas quelque chose d’horrible, que Henry Shaw avait mérité ce qu’il avait subi. Il aurait pu s’arrêter là, il devrait même le faire d’ailleurs, mais force était de constater qu’il était quand même de plus en plus curieux de savoir ce que Langdon pensait réellement de tout cela. « Pourquoi les sorciers auraient fait ça ? »

Pourquoi s'en prendre à cet homme ?
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
No-Majs
avatar
Messages : 216
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Mar 8 Mai - 19:23


Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
L

angdon aurait été assez curieux de connaître l'opinion de son interlocuteur sur la question mais n'était pas vraiment surpris d'entendre son interlocuteur affirmer (ou prétendre) qu'il n'en avait pas. Il ne savait pas grand-chose du jeune homme - et pour cause, on faisait difficilement plus discret et réservé que lui -, mais il avait bien compris que s'il défendait la cause de sa mère, il le faisait de façon plutôt silencieuse. Ce n'était pas pour autant que Langdon estimait qu'il le faisait à contrecoeur, non, mais cela semblait bien signifier qu'il préférait demeurer à l'écart de tout remous s'il le pouvait, et préférait en tout cas ne pas trop se mouiller. Tant pis, il attendrait donc de connaître l'avis de Mrs Barebone qui, elle, ne manquait jamais ni d'opinions ni d'arguments (et c'était tant mieux car lui-même en avait diablement besoin). Credence semblait convaincu du fait qu'il s'alignerait sur son opinion, et le jeune homme devait bien admettre que cette idée le confortait dans ses positions, dans son opinion. Il avait besoin de soutien, plus que jamais, et savoir d'office qu'il en obtiendrait (même s'il n'en avait pas réellement douté, ça le rassurait effectivement)... En même temps, les preuves étaient irréfutables. Langdon était une preuve irréfutable... après tout, il avait tout vu. Mais en même temps... il restait des questions sans réponses... Et Credence posa l'une d'entre elles. Pourquoi les sorciers s'en seraient pris à son frère ? Il n'en savait rien... lui-même se posait bel et bien la question également. Il avait des hypothèses, mais aucune n'était vérifiable.

-Je ne sais pas...,
admit-il, agacé de ne pas avoir d'opinion précise sur le sujet, de théorie en béton armé à servir à Credence et à sa mère, quelque chose qui pourrait faire progresser les fidèles de Salem, qui sait ? Non, il n'avait que des débuts d'hypothèse un peu bancales. Henry était en passe de devenir une figure politique importante, suggéra-t-il alors. Il en était déjà plus ou moins une en acquérant le statut de sénateur, mais Langdon savait que son aîné ne se serait pas arrêté là, il le connaissait par coeur, et leur père l'avait bien assez encouragé en ce sens. Peut-être qu'ils avaient peur de son influence. Ou qu'ils voulaient passer un message... mais dans ce cas, ils n'auraient pas fait passer la mort de Henry pour un accident. Ou bien ils savent que je suis proche de vous...

Il y pensait. Et ça le faisait culpabiliser, bien sûr. Il s'intéressait aux sorciers, et le lendemain du jour où il cherchait à répandre la nouvelle dans la presse, on tuait son frère ? Les deux ne seraient-ils pas liés ? Mais en même temps, pourquoi ne s'en serait-on pas pris à lui directement, alors ? Ou bien carrément aux fidèles de Salem ?




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
avatar
Messages : 347
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Jeu 19 Juil - 16:34

Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
Credence se demandait vraiment pourquoi les sorciers s’en serait pris à Henry Shaw. Langdon semblait sûr et certain que les sorciers étaient les responsables de la mort de son frère, mais Credence ne pouvait pas en être sûr. En grande partie parce qu’il ne voyait aucun mal au fond à cette mort, qu’il se disait que cet homme avait bien mérité de mourir justement. Et il ne voyait pas pourquoi les sorciers se serait préoccupé de lui. Même si en un sens, l’homme sous ses yeux ne manqua pas d’apporter quelques éléments. Il affirma dans un premier temps qu’il ne savait pas pourquoi les sorciers s’en étaient pris à son frère, avant de préciser qu’il avait quand même de l’influence dans la politique du pays et qu’il était sur le point d’en avoir encore plus. Credence, au fond, ne savait pas grand-chose du sénateur, à part qu’il ne l’appréciait pas parce qu’il l’avait traité comme il l’avait fait. Langdon précisa donc que les sorciers pouvaient avoir peur de l’influence de son frère, ou alors qu’ils cherchaient seulement à faire passer un message. Credence ne savait pas trop quoi pense de cette solution, ça ne lui semblait pas logique, mais en même temps il en savait si peu sur la situation. Et puis, son interlocuteur affirma que peut-être que les sorciers savaient qu’il était proche d’eux et qu’ils cherchaient donc à faire payer la situation.

Définitivement, Credence ne parvenait pas à avoir sa propre opinion, parce qu’il ne savait pas du tout ce qui se passait en réalité, la raison de la mort de Henry Shaw. Et puisqu’il n’avait aucune envie de pleurer sur le sort du frère de son interlocuteur, il ne parvenait pas à savoir ce qu’il devait penser de la situation. Sa mère aurait sans doute des réponses toutes faites. Mais lui, de son côté, il n’en avait pas une seule.

« Je ne pense pas que ça a un rapport avec vous. »
Dit-il alors, d’un ton faible comme à son habitude. Il n’avait pas habitude pour autant de donner ses pensées, c’était une assez grande première. Que ça soit avec sa mère, ses sœurs ou même Monsieur Graves, le jeune homme se gardait souvent de dire à quoi il pensait. Parce que ce n’était pas dans son habitude tout simplement. « Sinon ils s’en seraient pris à nous. »

Après tout, si les Sorciers voulaient faire quelque chose contre les fidèles de Salem – mais Credence ne pouvait pas le croire, il partait du principe que les sorciers ne se préoccupaient pas beaucoup de ce qu’il faisait, en dehors de Graves qui cherchait forcément l’enfant –, il se disait que les sorciers s’en seraient pris directement à eux et n’auraient pas pris la peine de s’en prendre au sénateur. À moins que ça soit pour le message donc, mais puisque tout le monde pensait que c’était un accident. À moins… à moins que ça n’ait finalement aucun rapport avec les sorciers. Que ce n’était pas eux les responsables…
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
No-Majs
avatar
Messages : 216
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Jeu 19 Juil - 19:40


Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
L

angdon devait bien reconnaître être assez surpris du comportement de Credence. Non qu'il se montre si différent de d'habitude non plus, il était toujours aussi mal à l'aise et renfermé, mais au moins, il parlait, et le jeune homme ne pensait pas avoir jamais entendu autant de son s'échapper de ses lèvres qu'en cet instant. Ils entretenaient une vraie conversation, contre toute attente, et ils débattaient bel et bien du sujet qui monopolisait très clairement toute l'attention de Langdon. C'était une bonne chose. Parce que s'il avait dû patienter dans le silence et simplement ronger son frein, Langdon serait sans doute devenu dingue (plus qu'il ne l'était déjà). Il avait besoin d'extérioriser ce qu'il pensait, il avait besoin de s'exprimer. C'était même indispensable pour lui. Et les observations de Credence, en plus d'être inattendues, étaient loin d'être idiotes. Il réfléchissait à la question au même titre que lui et les arguments qu'il avançait méritaient bien qu'on y prête toute l'attention nécessaire. Car en effet, Langdon ne pouvait bel et bien que donner raison à son interlocuteur. C'était vrai, effectivement, les fidèles de Salem ne devaient pas être la cible, sans quoi autant s'en prendre directement à cet endroit. Non, ça ne devait pas avoir de rapport avec lui. Il ne pouvait pas s'empêcher de culpabiliser pour ce qui était arrivé à Henry, parce qu'il s'était intéressé à la magie et aux sorciers avant que ces événements ne se produisent, mais il est vrai qu'objectivement, la cible avait eu l'air d'être Henry, lui et personne d'autre...

-Sans doute,
soupira Langdon. Au fond, tant mieux s'ils n'y étaient pour rien, cela voulait dire que leur organisation ne risquait rien et qu'ils pouvaient poursuivre sur leur lancée sans aucun risque. Mais cela posait donc des questions supplémentaires sans répondre à aucune. Il y avait sans doute quelque chose qui lui échappait dans toute cette affaire. Une variable qu'il n'avait pas su prendre en considération comme il l'aurait dû. Au fond, je ne savais plus grand-chose de mon frère, à la fin. On se parlait à peine, observa-t-il, songeur et un peu nostalgique.

C'est vrai que dans les derniers temps, leurs relations se limitaient au strict minimum. Ce n'est pas qu'ils étaient en guerre, mais la carrière politique de Henry accaparait tout son temps (en même temps que l'attention de leur père). Alors oui, il ne savait pas trop quoi en penser, il se pouvait qu'on l'ait attaqué pour des motifs dont il n'avait même pas connaissance. Peut-être même que Henry avait pactisé avec ces gens-là. Va savoir... Il espérait le découvrir, pour pouvoir comprendre vraiment cette histoire et agir en fonction.





code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
avatar
Messages : 347
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Jeu 20 Sep - 12:25

Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
Credence ne savait jamais trop quoi penser de Langdon Shaw. Ce qu’il savait de lui au final, c’était qu’il était bien trop proche de sa mère adoptive et qu’il avait trop envie d’arrêter les sorciers, et maintenant qu’il pensait que c’était eux les responsables de la mort de son frère. De principe, le jeune homme avait envie de considérer Langdon comme une mauvaise personne, parce qu’il était proche de Mary Lou. Mais en même temps, parler avec lui en cet instant précis, ce n’était pas si désagréable que cela. Quand il lui disait quelque chose, l’homme ne se contentait pas de le considérer comme un idiot ou quelqu’un d’incapable de réfléchir. Sa mère n’aurait même pas pris la peine de l’écouter. Elle aurait simplement noté qu’il n’était pas en train de faire le ménage comme elle le lui avait demandé et elle l’aurait frappé, sans aucun doute. Alors que Langdon… il écoutait ce qu’il disait et il semblait même considérer qu’il ne disait pas de bêtise. C’était surprenant et clairement… agréable. Credence considérait quand même toujours Langdon beaucoup trop proche de sa mère et il continuait de haïr l’homme qu’il était en train de pleurer, mais en même temps il devait bien reconnaître que ces quelques mots échangés avec lui étaient agréables.

Enfin, en partie, parce qu’ils parlaient quand même du sénateur Shaw et cet homme… Credence se sentait énervé dès qu’il pensait à cet homme et la manière dont il l’avait regardé, dont il l’avait traité. Ce dernier était mort maintenant et clairement, Credence ne pouvait que considérer qu’il méritait le sort qu’il avait reçu. Il ne savait pas si c’était les sorciers ou non, mais il avait bien envie de remercier les personnes qui avaient provoqué sa mort.

« Peut-être… qu’il avait des ennemis. » Dit-il en ne sachant pas réellement ce qui le poussait à dire ça.

Ses mains en tout cas s’étaient resserrées sur le manche à balai qu’il tenait. Clairement, Credence ne regrettait pas du tout la mort de cet homme, bien au contraire, il l’avait mérité. Et il regrettait presque de n’y être pour rien. Ou alors… plus il y pensait, plus il se posait des questions, mais c’était tout bonnement impossible. La seule chose qu’il savait c’était qu’il n’avait aucune idée de ce qu’il faisait quand l’homme était mort. Est-ce que ça avait un rapport ? Non, évidemment ça ne pouvait pas avoir de rapport, mais en même temps il avait eu tellement envie de voir cet homme souffrir après ce qu’il lui avait dit. Et il trouvait présentement que l’homme sous ses yeux n’avait aucune raison de pleurer son frère, parce que ce dernier ne méritait pas sa tristesse. Même si c’était son frère… c’était normal sans doute. Lui-même, quand bien même il ne partageait pas de sang avec Modesty et Chastity, il serait perturbé s’il devait les perdre. Mary Lou par contre… d’ailleurs, il ne put s’empêcher de sursauter en entendant un bruit venant de la porte, sans doute provoqué par le vent. Il avait cru que c’était le retour de sa mère, alors qu’il n’avait même pas fini ce qu’elle lui avait demandé.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
No-Majs
avatar
Messages : 216
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Jeu 20 Sep - 18:19


Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
O

n a souvent tendance à glorifier les personnes que l'on a aimées et perdues après leur décès. C'est quelque chose de naturel, et une façon de vouloir se préserver aussi, sans doute. On a envie de ne se souvenir que des bons moments, on veut se rappeler les qualités et oublier les défauts. Cela pouvait par conséquent mener parfois à un aveuglement certain et mal à propos... Mais dans le cas de Langdon, ce dernier n'avait pas le sentiment d'en souffrir réellement. Bien sûr, il aimait son frère, il lui manquait et il estimait qu'il ne méritait pas ce qu'il avait vécu (en même temps, personne ne méritait une chose pareille), mais il demeurait lucide malgré tout. Peut-être parce que ses rapports avec Henry avaient été bien trop... mauvais, avant le décès de ce dernier, pour qu'il ne soit vraiment capable de les occulter alors même qu'il avait fulminé intérieurement durant quasiment chacune de leurs dernières conversations (y compris durant l'ultime discours du sénateur, d'ailleurs). Cela ne l'empêchait pas de lui reconnaître les qualités qu'il lui avait d'ailleurs toujours enviées parce qu'elle lui avait permis de briller aux yeux de leur père... ce que Langdon n'avait jamais eu le privilège de vivre. Mais même outre-tombe, il ne lui pardonnait pas sa suffisance et son orgueil... Il lui était même arrivé de se dire qu'il l'avait cherché... En niant superbement ses arguments, en refusant d'admettre l'existence de la sorcellerie, il avait fini par en être la victime. Ok, il n'était pas pour autant au point d'avoir souhaité son sort... mais quand on lui suggérait que Henry n'avait peut-être pas été victime d'une attaque aléatoire, mais bien ciblée, parce qu'il pouvait avoir eu des ennemis, il ne pouvait pas rejeter totalement cette hypothèse. Magie ou pas, ça ne changeait pas grand-chose.

-Ce ne serait pas surprenant
, admit-il avec un sourire un peu amer en réponse à la suggestion du jeune Credence, définitivement plus bavard que ce que Langdon aurait soupçonné.

Oui, Henry avait certainement eu des ennemis. De toute façon, on ne pouvait sans doute pas s'engager dans une carrière politique, quelle qu'elle soit, sans se faire quelques ennemis. Et au-delà de cela, c'est vrai que Henry pouvait passer pour quelqu'un d'assez.... antipathique... Ce qui ne voulait pas dire qu'il l'était non plus. Pour tous les reproches qu'il pouvait lui faire, Langdon devait aussi reconnaître que son aîné avait toujours été un frère attentif et protecteur. Il eut un sursaut, davantage provoqué par celui du jeune homme quand un coup de vent le fit réagir, mais il se ressaisit bientôt.

-Pour ce que ça change, maintenant...,
ajouta-t-il.

Mais ça changeait tout de même beaucoup de choses. Si Henry était encore vivant, Langdon serait peut-être un peu moins... obsessionnel.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fidèles de Salem
avatar
Messages : 347
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Sam 1 Déc - 22:24

Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
Credence ne savait même pas comment il en arrivait à parler autant à son interlocuteur, surtout au vu de la situation. Parce que clairement, le jeune homme ne se sentait pas du tout à l’aise à l’idée de parler du frère de Langdon Shaw, pas alors qu’il n’avait clairement aucun sentiment positif envers l’homme en question. Mais bon... en même temps, il ne pouvait pas juste se contenter d’ignorer la présence de son interlocuteur. Il aimerait bien, mais il ne pouvait pas. Et au fond, même s’il n’appréciait pas plus que cela Langdon (en grande partie parce qu’il s’entendait bien trop avec sa mère), il pouvait quand même voir sans difficulté à quel point l’homme était mal depuis la mort de son frère. En un sens, Credence avait envie de se dire qu’il n’avait aucune raison d’être mal pour une personne comme ça, mais en même temps... bah c’était son frère, alors ça semblait logique. Si Credence devait perdre sa mère, ils serait sans doute vraiment heureux. Mais le jeune homme tenait quand même à ses deux sœurs, même si en réalité, elles n’étaient pas vraiment ses sœurs.

Langdon affirma donc que ça ne serait pas bien étonnant que son frère ait des ennemis et Credence avait envie de dire que c’était même sûr. Pour la simple et bonne raison qu’il était loin d’être quelqu’un de bien. Mais en même temps, le jeune homme se faisait complètement surprendre par ses propres émotions et son propre ressenti vis à vis de l’homme. Enfin, dans tous les cas, ennemis ou non, magie ou non, Shaw était mort. Credence avait bien envie d’entendre l’homme sous ses yeux affirmer qu’il n’avait plus besoin de travailler avec sa mère, puisque ça ne ramènerait pas son frère, mais quelque chose lui disait que ce n’était pas quelque chose qu’il allait faire. Malheureusement. Il avait envie que sa mère perde ses soutiens, même si quelque chose lui disait que ça ne risquait pas d’arriver. Surtout que justement, les personnes qui l’entouraient étaient de plus en plus nombreuses.

Credence baissa son regard, ne sachant pas bien ce qu’il pouvait dire de plus. Concrètement, il avait déjà dit beaucoup plus de chose qu’il ne le faisait en temps normal. Il sursauta cependant en entendant un bruit venant de sa porte, croyant sur le coup que sa mère était de retour. Il tourna son regard vers le balai qu’il tenait toujours dans sa main.

« Je... Je dois... je dois finir. »

Il valait mieux qu’il termine ce que sa mère lui avait demandé de faire avant qu’elle ne rentre, sinon il savait parfaitement ce que ça allait signifier pour lui. Il allait encore en manger plein la figure, parce qu’elle allait se faire un malin plaisir à le battre et lui dire qu’il était un fils indigne.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
No-Majs
avatar
Messages : 216
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   Sam 1 Déc - 22:42


Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit
C

redence n'ajouta rien de plus et se contenta de baisser les yeux. Langdon ne pouvait pas prétendre être vraiment surpris de le voir réagir de la sorte. S'il avait vraiment besoin de discuter de tout cela, il savait, sans penser se méprendre, que son interlocuteur ne serait certainement pas le plus ouvert à la conversation. Il était déjà surprenant qu'ils aient su échanger tant de mots différents en si peu de temps, alors qu'en règle générale, le jeune homme peinait à seulement lui extirper ne serait-ce qu'un "bonjour". Il avait été agréablement surpris de le voir... intéressé et ouvert à la discussion, mais il n'allait pas non plus s'attendre à ce que tous deux s'engagent dans de longs débats des heures durant. Par ailleurs, même quelqu'un de plus loquace n'aurait peut-être pas grand-chose à ajouter à ce qu'il venait de dire.

Après tout, ça semblait assez clair en soi : son frère avait disparu dans des circonstances suspectes, il y avait de quoi s'interroger sur la mort du jeune homme, mais quoi qu'il puisse en être, et peu importe ce que serait l'issue de la situation, son frère ne lui serait pas rendu pour autant, et il le savait très bien... ce même s'il le voudrait. Alors non, Credence n'ajouta rien, et Langdon de son côté aurait sans doute trouvé un moyen d'embrayer s'il n'avait pas sursauté lui aussi, autant pris au dépourvu par l'attitude de Credence que par le bruit qu'il avait lui-même entendu, mais qui semble-t-il ne signifiait malgré tout pas grand-chose. Le jeune homme avait-il craint la venue de quelqu'un en particulier ? Langdon était sans doute aveugle, mais Mary Lou lui apparaissait si... douce, en sa présence du moins, qu'il n'avait jamais supposé qu'elle puisse être capable de faire le moindre mal à ses enfants. C'est vrai, elle les mettait bien souvent à contribution, et elle ne les ménageait vraiment pas de ce point de vue, mais elle leur avait aussi offert un foyer alors qu'ils n'avaient plus rien, comment voir les choses différemment, pour la peine.

-Je peux peut-être t'aider ?
suggéra Langdon, qui n'avait de toute façon rien de mieux à faire en attendant.

Il n'était pas forcément convaincu de pouvoir être utile à son jeune interlocuteur (d'autant que le ménage et lui faisaient deux, il suffisait de jeter un oeil à son intérieur pour en prendre pleinement conscience), mais en même temps, ce serait toujours mieux que de le regarder s'échiner à la tâche pendant que lui-même ne ferait rien en attendant. Et puis, il n'avait peut-être pas envie de lâcher l'affaire si facilement non plus, peu lui importait que Credence soit un bavard ou non, il avait besoin de parler, voilà tout.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il n'y a de sorcellerie que là où l'on y croit [pv Credence :3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Sorcellerie] Alexii (Procès accéléré)
» SDA et sorcellerie
» La Sorcellerie
» Bloquer la sorcellerie
» Procès et sorcellerie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where to find them :: Welcome to the wizarding world :: Le Queens :: Siège de la Ligue des fidèles de Salem-