AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sur quelque préférence une estime se fond (Dumbledore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sorciers
avatar
Messages : 236
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Sur quelque préférence une estime se fond (Dumbledore)   Lun 27 Nov - 0:42

Il n'y avait certainement pas plus imprudent à l'heure actuelle que d'accepter un rendez-vous adressé par l'intermédiaire d'une missive inconnue, et cela, Newt ne l'ignorait pas, il avait beau manquer en quelques occasion de sens commun, il avait tout de même pleinement conscience de la situation où il se trouvait, et des risques qu'il encourrait et pouvait éventuellement faire encourir à ses camarades de fortune qui avaient malgré eux été entraînés dans sillage. Mais il avait décidé tout de même de céder à son instinct.

Car l'écriture sur la lettre qui lui était parvenue, Newt la connaissait bien, il l'avait déjà déchiffrée à plus d'une reprise, d'abord lors de ses années d'études à Poudlard, puis au cours de ses quelques correspondances avec son professeur de métamorphose, Albus Dumbledore. Il reconnaissait le parchemin, l'encre, la manière d'écrire, la syntaxe, la signature... Bien sûr, quelqu'un pouvait avoir falsifié ce courrier - Graves lui-même, peut-être, qui sait ? Après tout, il l'avait interrogé au sujet de son ancien professeur, ce n'était peut-être pas sans raison -, mais il ne le pensait pas.

Il n'avait pas voulu alerter Tina, Jacob et Queenie, mais il se doutait que son attitude avait semblé des plus suspectes quand il avait accepté de laisser sa valise (et donc ses créatures) sur place pour quitter le lieu qu'ils investissaient pour le moment, à l'abri des regards. Ce n'était pas dans sa nature de le faire. D'ailleurs, même l'idée de passer ne serait-ce que quelques heures loin de ses créatures l'angoissait. Mais si se rendre à ce mystérieux rendez-vous était déjà une initiative qui tenait de la folie pure et dure, emmener ses créatures avec lui aurait tenu d'une inconscience qu'il n'aurait pu justifier en aucune manière.

Il avait donc décidé de transplaner jusqu'à Staten Island où devait l'attendre Dumbledore, du moins, s'il s'agissait bien de lui. Et il l'espérait... pas simplement parce qu'il appréhendait le piège dans lequel il était potentiellement en train de tomber, mais parce qu'il avait vraiment besoin de voir son ancien professeur, qu'il considérait comme un modèle, certainement la personne qu'il estimait le plus au monde. Il avait eu de la chance de tomber sur ses camarades d'infortune américains, mais à l'heure actuelle, il avait besoin de repères anciens et solides. Et s'il aurait quelques scrupules à découvrir que l'homme était bel et bien venu d'Angleterre dans le but de le protéger et de le soutenir, il espérait tout de même que c'était le cas. Car son aide serait bien loin de malvenue dans les circonstances actuelles.

Arrivé sur place, il fut soulagé de découvrir que c'était bel et bien Dumbledore, qui se trouvait là. Bien sûr, il faut toujours se méfier des apparences (et il l'apprendrait d'une autre manière par la suite), mais en le voyant, Newt n'avait aucun doute.


"Professeur"
, le salua-t-il, à la fois soulagé et mal à l'aise.

Ce n'était pas la première fois que l'intervention de Dumbledore devait l'aider à se sortir d'un pétrin remarquable, mais il aurait préféré ne pas en faire une habitude.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 304
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: Re: Sur quelque préférence une estime se fond (Dumbledore)   Dim 17 Déc - 12:59

Sur quelque préférence une estime se fond.
Il n’y avait pas meilleur moyen de rencontrer quelqu’un que de lui envoyer un message pour lui demander de rejoindre un point de rendez-vous, afin de le rencontrer donc. C’était ce qu’avait fait Albus Dumbledore, en envoyant une missive à son ancien élève. L’homme n’était pas idiot – en même temps, qui oserait croire que le professeur Dumbledore l’était ? – il savait bien que ça n’avait rien de prudent. Surtout que l’homme avait tout de même rencontré Percival Graves (si on pouvait dire ça comme ça, mais ce n’était pas le sujet du moment, ou encore de la conversation qu’il allait avoir avec Newt... ce n’était pas le moment d’aborder ce sujet si délicat) et il n’avait pas manqué de montrer à quel point il défendait son ancien élève. Le professeur savait que c’était donc risqué, mais dans tous les cas, il ne pouvait pas ne pas agir et donc ne pas rencontrer son ancien élève. Il avait envoyé ce courrier à Newt en prenant le plus de précaution possible.

Avant de se rendre au lieu de rendez-vous, l’homme avait pris également les précaution pour ne pas être suivit. Il en avait profité en même temps pour visiter un peu la ville de New-York. Cette ville était l’une des villes que Albus aurait aimé visiter à une époque, quand il avait des rêves de voyage, de tour du monde. Mais tout cela était derrière lui maintenant. Il en profitait donc, d’être venu ici afin d’aider Newt, pour visiter un peu cette ville qui était particulièrement belle en cette période de l’année. En même temps, Albus aimait croire que chaque endroit savait être beau quand noël approchait, même si la magie de noël ne résolvait pas toujours tous les soucis.

Une fois sur place, au point de rendez-vous, Albus attendit tranquillement son ancien élève. Il était bien en avance, cela ne le gênait pas d’attendre donc. Newt arriva alors, parfaitement à l’heure, ce qui eut le don de tirer un léger sourire sous la barbe du professeur de métamorphose. L’homme le salua, l’appelant par son titre, ce dont il s’attendait bien sûr. Le professeur ne put s’empêcher de sentir le trouble chez Newt, mais en même temps la situation ne devait pas être évident pour lui.

« Newt. » Se contenta-t-il de dire en plantant son regard dans celui de son interlocuteur, avant de lui tendre un petit sachet. « Tu veux goûter à ces friandises ? » Demanda-t-il alors avant de plonger lui-même sa main dans le sachet pour en ressortir un bonbon, qu’il mit en bouche. « Ils sont délicieux. Je les achetés dans une confiserie de Manhattan. »

La strict vérité, il avait fait du tourisme on vous dit.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 236
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Sur quelque préférence une estime se fond (Dumbledore)   Sam 23 Déc - 15:26


« Newt. »

Le regard du professeur Dumbledore avait le don de vous transpercer. Ou bien Newt était-il le seul à avoir cette impression ? Possible. Il faut dire qu'en sa présence, il avait le sentiment que ses pensées et ses émotions étaient passées au crible (et déjà qu'il avait maintenant cette même impression en présence de Queenie, on pouvait dire que ses pensées connaissaient rarement le moindre répit). Et comme il n'était pas complètement irréprochable, cette idée le rendait un peu inconfortable.

D'autant plus que, a contrario, Newt n'était pas capable de se faire un semblant de commencement d'idée concernant la manière dont son interlocuteur appréhendait la situation. S'il était convaincu du fait que Theseus le jugerait à moitié coupable dans tous les cas, il savait que Dumbledore, lui, ne se trompait pas. Seulement comme il semblait vouloir le faire mariner un peu, Newt pouvait avoir tout le temps de cogiter. Et il ne pensait pas si bien dire.


« Tu veux goûter à ces friandises ? Ils sont délicieux. Je les achetés dans une confiserie de Manhattan. »

Newt avait beau connaître son ancien professeur et savoir qu'il était quelque peu... excentrique, il se sentit quand même un peu désarmé par cette entrée en matière. Tant mieux si Dumbledore prenait le temps de visiter la ville et de faire ses emplettes dans les confiseries locales, ceci dit, mais en attendant... C'était loin de toutes les considérations qu'il pouvait avoir pour le moment.

Il fit non de la tête, un peu maladroitement comme à son habitude.


"Je n'ai pas vraiment faim...", répondit-il alors.

En d'autres circonstances, il n'aurait pas compté après son appétit, ne serait-ce que par politesse, mais là, il avait de toute façon l'estomac bien trop noué pour adresser n'importe quelle autre réponse à son interlocuteur.


"Qu'est-ce que vous faites ici ?"
demanda-t-il, articulant donc une question dont il connaissait plus ou moins la réponse en réalité.

Il venait pour lui, ça il l'avait bien compris, mais en un sens, il se demandait pourquoi. Bien sûr, sa présence était appréciée, et il ne voulait pas laisser imaginer le contraire à son interlocuteur, il avait sans doute bien plus besoin de son aide qu'il n'osait l'admettre d'ailleurs, mais cette situation l'embarrassait tout de même, et même s'il ne savait pas du tout si l'inverse vaudrait mieux, il n'avait pas la moindre envie de tourner autour du pot.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 304
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: Re: Sur quelque préférence une estime se fond (Dumbledore)   Jeu 15 Fév - 15:04

Sur quelque préférence une estime se fond.
Albus ne fut pas spécialement surpris d’entendre Newt affirmer qu’il n’avait pas très faim et donc refuser de manger l’une des friandises qu’il lui proposait. En même temps, le sorcier savait bien que son interlocuteur était quelque peu stressé, et c’était forcément normal au vu de la situation. Ce n’était pas tous les jours qu’on se retrouvait l’ennemi numéro 1 des États-Unis. Ce qui était arrivé à Newt, puisqu’on affirmait qu’il était l’assassin de ce pauvre moldu, attaqué par cet obscurus. Il ne devait donc pas être au meilleur de sa forme mais… une friandise ne faisait jamais de mal, surtout au moral.

« Comme tu veux, mais tu ne sais pas ce que tu perds. »

Dit-il alors, avant de plonger sa propre main dans le sachet pour en prendre l’un des bonbons afin de le manger. Il savait bien que la situation était grave, mais ce n’était pas pour autant une raison pour lui de se retenir de prendre des confiseries, bien au contraire. Et sans que le sorcier ne soit surpris, Newt lui demanda ce qu’il faisait là. Albus plongea son regard dans celui de son interlocuteur. Il savait parfaitement pourquoi il se trouvait là, Newt avait quand même bien compris qu’il venait là pour lui. Même si forcément, Albus parvenait à savoir qu’il était quelque peu troublé par sa visite. Heureusement qu’il n’attendait pas que Newt lui demande de l’aide pour l’aider.

« Pourquoi me poses-tu des questions dont tu connais parfaitement la réponse. »
Demanda-t-il alors, retournant la question du jeune sorcier. Il pourrait répondre clairement, mais ça ne servait à rien qu’il le fasse, surtout que le magizoologiste avait la réponse, autant qu’il se questionne lui-même. « Tu peux remercier ton frère, j’ai eu des nouvelles de toi par lui. »

S’il était venu jusqu’aux États-Unis dans le but d’aider Newt, c’était parce que Theseus lui en avait parlé. Oh, le professeur Dumbledore l’aurait forcément appris à un moment donné, parce qu’il se doutait que même en Angleterre, cette histoire devait faire le tour des journaux. Il aurait peut-être pu prendre la décision de venir, dans tous les cas, il aurait regretté de ne pas venir au vu de la situation (mais il y avait certain détail qui n’avaient pas la place dans ses pensées en cet instant précis. Albus avait conscience, cependant, que la situation était quand même particulière entre les frères Scamander. Surtout avec la présence de la jeune Lestrange, mais encore une fois ce n’était pas encore temps pour lui d’aborder ce sujet. Ce qu’ils allaient faire, sans nul doute, parce que Albus ne s’imaginait pas ne pas en parler pour autant. Mais il y avait quelque chose que le professeur voulait faire avant.

« Je ne savais pas que tu t’intéressais aux obscurus. »
Dit-il alors, l’air de rien, même si c’était quand même le cœur même du problème. S’il n’y avait pas eu cet obscurus dans la valise de Newt, Graves – si on voulait – n’aurait jamais pu s’en servir contre lui.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 236
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Sur quelque préférence une estime se fond (Dumbledore)   Sam 17 Fév - 11:21


« Comme tu veux, mais tu ne sais pas ce que tu perds. »

Newt ne releva pas ni ne considéra que ce soit nécessaire, d'ailleurs. Les éventuelles spécialités culinaires new-yorkaises étaient le cadet de ses soucis à l'heure actuelle, et pour le moment, il se trouvait surtout dans une position si inconfortable qu'il espérait bien que son ancien professeur, même si c'était l'une de ses spécialités, ne se perdrait pas trop longtemps non plus en conjectures diverses, de celles qui pouvaient aisément renforcer son mal-être.

Mais c'était peut-être lui aussi qui se perdait en conjectures, au fond, car la question qu'il posait à son interlocuteur était quelque part assez vaine, et Dumbledore n'oublia pas de le lui faire remarquer d'ailleurs.

« Pourquoi me poses-tu des questions dont tu connais parfaitement la réponse. »

Oui, c'est vrai, il savait ce qu'il faisait là, il était venu le tirer d'un mauvais pas... et d'ailleurs, ce n'était pas la première fois qu'il agissait ainsi vis-à-vis de lui. Cela avait déjà été le cas, il y a de nombreuses années maintenant, quand il était encore élève à Poudlard... et qu'il avait bien manqué de se faire renvoyer pour éviter que cela arrive à Leta. Sans lui, il ne serait pas venu à bout de sa scolarité.

Mais là, on ne parlait pas juste de menace d'expulsion d'une école, mais d'une condamnation à mort, ni plus ni moins. C'était d'un tout autre niveau. Et pour la peine, c'est vrai qu'il avait plus que jamais besoin de son aide, mais l'accepter une fois encore le mettait malgré tout très mal à l'aise.


« Tu peux remercier ton frère, j’ai eu des nouvelles de toi par lui. »

Newt préféra ne même pas réagir à cette remarque. Il savait que c'était Theseus qui avait convaincu le professeur de métamorphose de se rendre jusqu'en Amérique, mais cette idée l'embarrassait plus encore que si Dumbledore avait pris cette décision de son propre chef.

Il savait qu'il devrait juste être reconnaissant envers son frère, qui semblait se plier en quatre pour le sortir du pétrin... mais l'aide de son année était la plus compliquée à accepter, car il aurait préféré s'en sortir par ses propres moyens sans que son frère, incarnation de bravoure et de loyauté au regard du monde sorcier, n'ait besoin de venir à la rescousse du cas qu'était son petit frère. Et puis il y avait le reste.

Non, il préférait ne pas parler de Theseus pour le moment...


« Je ne savais pas que tu t’intéressais aux obscurus. »
Newt releva cette fois les yeux vers son interlocuteur, cette fois sincèrement surpris. Il était plus renseigné qu'il ne l'avait cru, mais ce n'était pas si surprenant qu'il le soit en vérité... Il lui avait toujours donné le sentiment de tout savoir. Et ça n'avait pas changé.

"Ce n'est pas vraiment que je m'y intéresse..."
, se défendit Newt, mal à l'aise. "J'étais en voyage au Soudan... Je l'ai rencontrée par hasard." L'obscurial, donc. "J'ai voulu l'aider, mais..." Elle était morte. Il n'avait rien pu faire pour cette petite fille. Elle n'avait que huit ans... Cet épisode restait l'un des plus éprouvants qu'il ait vécus. "Je sais, ce n'était pas très malin de garder cet obscurus..."

Mais en même temps, comment se douter de ce qu'allaient en être les circonstances. Lui, en l'étudiant, il s'était dit qu'il pourrait peut-être empêcher qu'un drame tel se produise à nouveau, même si ces cas étaient bien plus isolés à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 304
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: Re: Sur quelque préférence une estime se fond (Dumbledore)   Mer 25 Avr - 11:34

Sur quelque préférence une estime se fond.
Newt ne prit pas la peine de réagir à la remarque de Dumbledore concernant son frère, mais cela n’étonna pas spécialement le professeur de métamorphose. Albus savait combien il était difficile pour Newt de se sentir à la hauteur de son aîné, qui semblait bien plus réussir les choses que lui. Alors qu’il se trompait, Newt et Theseus étaient différents, ils avaient chacun leurs propres compétences et chacun valait autant que l’autre (même si Albus avait peut-être plus d’affection pour le jeune homme sous ses yeux, en tout bien toute honneur). Le professeur était même plutôt d’avis qu’ils formeraient une bonne équipe tous les deux, que chacun pourrait monter l’autre, qu’ils s’aideraient mutuellement, s’ils parvenaient à dépasser un peu les différents entre frères. Mais Albus était bien placé pour savoir que ça n’avait rien d’évident, que ce n’était pas du tout simple de parvenir à avoir une réelle relation fraternelle avec son propre frère.

Il n’était pas temps de revenir là-dessus ceci dit, les deux sorciers avaient d’autres choses à se dire avant. Newt sembla surpris – ce qui ne surprit pas Albus de son côté – quand il aborda l’obscurus. Albus écouta les explications de son ancien élève, qui lui affirma qu’il ne s’y intéressait pas vraiment, mais que lors de son voyage au Soudan... il avait rencontrer une obscurial. Albus voyait parfaitement ce qu’il voulait dire, ce qu’il avait même pu ressentir et ce n’était pas simplement parce qu’il avait une facilité déconcertante à entrer dans la tête des autres.

« Effectivement, ce n’était pas très malin. » Confirma le professeur, un fin sourire sur le visage, son regard planté dans celui de Newt. Ce n’était pas malin non, mais en même temps il s’agissait simplement d’une action de Scamander. Il était entier, il agissait selon ses convictions, ses sentiments aussi parfois. Pas toujours en bien, mais c’était une grande qualité. Le souci, c’était que ça avait tendance à le conduire toujours dans des situations complexe et ce n’était aujourd’hui pas qu’une histoire de renvoi d’école. « Tu n’as pas à t’en vouloir pour cette petite fille, tu as fait tout ce que tu pouvais. Malheureusement, on ne peut pas aider tout le monde. »

Ça serait bien, que ça soit possible, mais il fallait garder la tête sur ses épaules... ce n’était pas le cas. Même si, forcément, par moment, on avait envie de le faire. Ce que Newt avait tenté de faire avec cette jeune obscurial était courageux. Malheureusement, ce genre de chose n’était pas si facilement... traitable.

« Comme je sais parfaitement que tu n’as rien à voir avec la mort de ce moldu, il me semble que je peux t’aider de mon côté. » Il lui semblait, plutôt il en était sûr. Et que le jeune homme le souhaite ou non, Albus avait fait le voyage dans le but de lui venir en aide. Donc, il n’avait pas vraiment le choix. « As-tu... quelque chose à me dire ? » Demanda-t-il alors, toujours son regard plongé dans celui de son interlocuteur. Autant qu’ils jouent carte sur table pour régler cette histoire.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 236
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Sur quelque préférence une estime se fond (Dumbledore)   Jeu 10 Mai - 11:57



« Effectivement, ce n’était pas très malin. »


Quand ce n'était pas lui qui prononçait ces mots mais que c'était le professeur Dumbledore qui les approuvait, Newt les trouvait de suite un peu plus... vexants ? Enfin non, pas vraiment, disons plutôt que Dumbledore était un homme que le magizoologiste respectait énormément, plus que n'importe qui d'autre, et il n'aimait pas l'idée de le décevoir.

Mais ce n'était pas comme s'il était possible de revenir en arrière. Il avait créé cette situation, et il fallait à présent qu'il l'assume. Pas de retour en arrière possible pour lui, malheureusement, et il fallait réparer tout ça. Ce qui avait obligé son interlocuteur à venir jusqu'ici.


« Tu n’as pas à t’en vouloir pour cette petite fille, tu as fait tout ce que tu pouvais. Malheureusement, on ne peut pas aider tout le monde. »

Newt esquissa un léger sourire. Il n'était pas si surpris d'entendre son professeur de métamorphose chercher à le rassurer. Il le connaissait, il le connaissait bien assez pour savoir combien il culpabilisait, à quel point cette situation le rongeait, et ça ne s'améliorait pas à l'heure actuelle.

Il avait sans doute fait tout ce qu'il pouvait, oui, et c'est vrai qu'on ne pouvait pas aider tout le monde... mais là, il avait surtout le sentiment que tout le monde lui venait en aide et que lui n'aidait personne.

Et cet obscurial, celui qui avait vraiment tué le sénateur Shaw, où se trouvait-il ? Est-ce qu'il pouvait encore être possible de lui venir en aide ?


« Comme je sais parfaitement que tu n’as rien à voir avec la mort de ce moldu, il me semble que je peux t’aider de mon côté. »

Et son aide serait la plus précieuse entre toutes... Mais ça ne changeait rien à ce que cette situation avait de chaotique.

« As-tu... quelque chose à me dire ? »

Quand Dumbledore lui posait ce genre de questions, Newt se disait d'instinct que s'il lui posait la question c'est qu'il devait en effet avoir quelque chose à dire, mais il ne voyait pas, en l'occurrence, il n'avait rien à cacher, c'était bien le problème.

"Pas grand-chose de plus que ce que vous savez déjà, j'imagine... Une de mes créatures manque encore à l'appel, il faut que je la retrouve..."
Il marqua une légère pause. "Et j'aimerais retrouver cet obscurial avant le MACUSA."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 304
Date d'inscription : 26/11/2017
Age du joueur : 29

Message#Sujet: Re: Sur quelque préférence une estime se fond (Dumbledore)   Mer 25 Juil - 18:25

Sur quelque préférence une estime se fond.
Albus ne cherchait pas à mettre plus de poids encore sur les épaules de Newt, bien au contraire. S’il était là, à la base, c’était dans le but de l’aider et d’enlever, il l’espérait, un peu de ce poids. Et en même temps, au vu de la situation, le professeur ne pouvait pas ignorer le fait que son ancien élève s’était mis dans une situation vraiment compliquée et qui touchait plus de chose qu’il ne devait lui-même imaginer. Qui pourrait réellement imaginer ce qu’il y avait derrière tout cela au final ? Personne sans doute. Même Albus n’y avait pas songé avant de se retrouver dans les bureaux du MACUSA. Cependant, rien n’enlevait le fait que toute cette histoire allait bien au-delà d’une simple recherche de créature magique, d’une simple disparition de créature magique et de malheureux accidents. Newt n’avait rien à voir dans la mort de ce moldu, pas plus que dans la présence de cet Obscurial dans la ville, mais ça n’enlevait pas le fait qu’il se trouvait ici en cet instant précis, lors de ces événements. Coïncidence ? Oui. Destinée ? Peut-être. Albus était assez d’avis de croire que certaine chose n’arrivait pas juste par hasard.

Newt affirma qu’il manquait donc l’une de ces créatures et qu’il fallait qu’il la trouve. Effectivement, en retrouvant sa créature, le jeune homme allait pouvoir prouver qu’il n’était pas du tout impliqué dans la mort de cet homme. Ce qui était évident, il n’y avait aucune question à se poser du côté du professeur. Mais il ne se contenta pas de lui dire ça. Il lui affirma qu’il voulait trouver l’Obscurial avant que le MACUSA. Albus ne se retint pas d’afficher un fin sourire, il n’était évidemment pas surpris. En grande partie parce qu’il connaissait son ancien élève, incapable de ne pas simplement essayer de venir en aide aux autres. Malheureusement, il était plus facile de croire être capable d’aider un Obscurial que de l’aider réellement.

« Pourquoi ? » Demanda-t-il tout de même, quand bien même il se doutait de la raison. « Ne penses-tu pas que le MACUSA est à même de gérer la situation ? » Puisque visiblement, Newt avait l’intention de couper l’herbe sous le pied du gouvernement magique des États-Unis. Et tant mieux, quand on voyait les personnes qui se retrouvaient dans ce gouvernent. « Ce Monsieur Graves par exemple. »

D’accord, Albus jouait peut-être avec le feu en mentionnant l’homme en question, mais il tenait à ce que ce dernier entre dans leur conversation. Oh, il n’était pas si difficile pour Albus de connaître le ressentit de son ancien élève envers l’homme qu’il prenait pour un Auror du MACUSA. Mais il jugeait que c’était une bonne chose d’en parler verbalement, d’en parler directement. Sans pour autant qu’il n’envisage une seule seconde de lui révéler la vérité sur l’identité de l’homme en question. C’était beaucoup trop temps encore. Il y avait des choses qu’il valait mieux découvrir par sois même.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 236
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: Sur quelque préférence une estime se fond (Dumbledore)   Lun 30 Juil - 16:13


« Pourquoi ? Ne penses-tu pas que le MACUSA est à même de gérer la situation ? »


Les questions de Dumbledore semblaient totalement orientées. Il semblait faire preuve de plus de curiosité que de surprise, comme si il avait déjà une opinion arrêtée sur la question... ce qui serait bien loin d'étonner Newt, ce serait même dans la nature même de son ancien professeur de métamorphose.

Il fit doucement non de la tête. Non, il ne pensait pas que le MACUSA était à même de gérer la situation. Il n'avait pas envie de remettre en question la présidence de Mrs Picquery, il sentait qu'elle était une dirigeante digne et juste, qui tentait de prendre les meilleures décisions pour protéger la communauté magique... mais il avait comme l'intuition qu'il accordait sa confiance aux mauvaises personnes.

Ce n'était pas tout le MACUSA qu'il remettait en question (qui serait-il pour remettre en cause le travail de Tina et de Queenie, qui travaillaient là, par exemple ?), c'était une poignée d'individus, ou peut-être même un seul, armée d'intentions néfastes, et qui s'étaient servi de lui pour parvenir à leurs fins.


« Ce Monsieur Graves par exemple. »
C'est comme si le professeur de métamorphose avait lu dans ses pensées... peut-être parce que c'était le cas (dernièrement, il était de plus en plus difficile pour Newt de garder ses pensées pour lui, et ce n'était pas toujours agréable).

S'il y avait bien une personne dans tout le MACUSA dont Newt estimait devoir se méfier, c'était bien Percival Graves. Il l'avait condamné sans aucune forme de procès, et au-delà de cela, il y avait les mots qu'il avait prononcés quand il avait évoqué l'obscurus avec lui, le fait que ce dernier n'était d'aucune utilité sans son hôte. Cela ne voulait-il pas tout dire ?


"C'est la dernière personne à qui je ferais confiance..."
, répondit-il alors, préférant être sincère. Si Dumbledore abordait le sujet, de toute façon, ça ne devait pas être pour rien, il devait savoir quelque chose.

Il cachait quelque chose, il en était convaincu. Quoi et dans quel but, il n'en avait pas la moindre idée, en réalité, et peut-être que son interlocuteur réussirait à l'aiguiller sur la question. Il était prêt à parier qu'il avait sa propre opinion sur la question, déjà. Et il était curieux de l'entendre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Sur quelque préférence une estime se fond (Dumbledore)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur quelque préférence une estime se fond (Dumbledore)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nuage Noyé - Je crois que tu as perdu quelque-chose tout au fond de l'eau.
» L'écho de la claque !
» Je sens quelque chose grandir au fond de moi ▬ Lhym
» LE DIX COUPS DU PRESIDENT ?POLITIQUE PAS ! FOND ,FORME ,STYLE PAS!
» [Présentation d'un des decsandant d'albus dumbledore]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where to find them :: Welcome to the wizarding world :: Staten Island-