AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sorciers
avatar
Messages : 256
Date d'inscription : 29/11/2017

Message#Sujet: On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)   Jeu 30 Nov - 13:51





 

Theseus & Graves/Grindelwald

“ On peut négocier, quand même ? ”
J'
ai régulièrement correspondu avec Percival Graves, et ce avant même que des événements étranges bouleversent la vie à New York et que mon frère soit directement impliqué dans l'affaire (je me le serais bien épargné c'est un fait), c'est un confrère que je respecte beaucoup, et puisque nous sommes tous deux connus pour nos faits d'armes respectifs, il était logique que nous fassions connaissance même si cela devait être par courriers interposés. Nous avons donc régulièrement correspondu, plus encore récemment, étant donné les remous qu'aurait provoqués mon frère à New York, et je pensais avoir cerné sa personne, aussi dois-je dire avoir été surpris d'entendre que le directeur de la justice magique du MACUSA avait condamné mon frère à une mort certaine, sans réelle forme de procès. Cette manière de procéder me semble bien cavalière et inapproprié, et je compte bien taire cette sanction, ou au moins l'amoindrir faute de mieux. Il est la première personne que j'ai décidé de voir une fois sur place.

Je sais que Dumbledore a eu un entretien avec lui également, j'ignore quelle en a été l'issue, mais je préfère m'adresser à Graves à mon tour. Il aurait peut-être été préférable que je trouve Newt avant cela, mais pour l'instant, je n'ai aucune piste le concernant, j'ignore où il peut être, et le temps presse, je ne peux pas me permettre d'attendre d'avoir une info digne de ce nom pour le retrouver. Je m'apprête donc à rencontrer Percival Graves en chair et en os (et il n'y aurait que cette enveloppe qui correspondrait vraiment à Percival, mais je n'aurais pas la perspicacité d'en prendre conscience), et cette entrevue, même si je conserve à l'heure actuelle toute mon assurance, ne me met pas totalement à l'aise, j'appréhende les griefs qui pourraient être exposés à l'encontre de mon frère et mon incapacité totale à répondre de mes propres arguments. Après tout, je ne sais pas tout de la vie de mon frère, presque rien avec le temps, je ne peux que le défendre avec le coeur, bien plus qu'avec des assomptions plus raisonnables. Je le regrette. En tout cas, je suis là, et je suis bien décidé à arguer en faveur de la cause que j'ai choisi de défendre. Mon frère, donc. Je frappe à la porte de Percival, donc, et attend que l'on m'invite à entrer. Quand c'est fait, j'entre, avec toute l'assurance dont je suis capable.

-Bonjour.
Je m'avance jusqu'à son bureau et lui tend la main afin qu'il puisse la serrer. Theseus Scamander, ravi de vous rencontrer enfin en personne.

Ravi est bien une marque de déférence qui doit servir un échange un minimum poli. En vérité, j'aurais été plus enchanté de le rencontrer il y a quelques semaines, quand il n'avait pas encore condamné mon frère à mort.



         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macusa
avatar
Messages : 195
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)   Jeu 30 Nov - 19:14


On peut négocier, quand même ?
Q

uand il avait usurpé l'identité de Percival Graves, Grindelwald avait, dans le même temps, dut s'approprier son carnet d'adresse et ses correspondances. Parmi elles, celle qu'il avait poursuivi, donc, d'entretenir avec Theseus Scamander, brillant Auror s'il en est, qui s'avérait être le frère du magizoologiste qui lui avait glissé entre les doigts alors qu'il était son homme de paille idéal... Tant qu'ils discutaient à distance (notamment de Newt Scamander, sujet qui était revenu régulièrement sur le tapis dans leurs courriers), cette relation lui convenait très bien, mais il n'avait clairement pas eu l'envie ni l'intention de rencontrer Theseus en personne. Mais il n'avait pas le choix. Dumbledore n'était de toute évidence pas venu seul, et les deux venaient à présent lui demander des comptes. Il se serait bien épargné de telles contrariétés, il avait déjà beaucoup de choses à faire comme cela, de situations à gérer qui, s'il n'y prenait pas garde, pourraient bien lui échapper.

Dans tous les cas, ce n'était sans doute pas une mauvaise chose que Theseus vienne le rencontrer en personne, cela éviterait peut-être qu'il soit assommé de courriers, et puisque Percival Graves et Theseus Scamander étaient supposés être amis, ou en tout cas entretenir de bonnes relation, l'homme pourrait toujours en tirer avantage pour le ranger de son côté. Peut-être pourrait-il même se servir de lui dans l'espoir de retrouver le fugitif qui avait échappé à la vigilance du MACUSA. Comme bien souvent, il choisissait de tirer profit de situations qui pouvaient sembler en soi compromettantes, mais pour ce faire, il était important qu'il ne commette pas d'impairs, et c'était maintenant que les choses se jouaient. L'homme s'annonça à la porte de son bureau et le salua très poliment. Aucune trace d'agressivité apparente. Voilà qui était déjà, en soi, une très bonne chose.

-Tout le plaisir et pour moi,
prétendit-il en serrant la main du jeune Auror quand il prit la peine de se présenter - sans que cela ne soit vraiment nécessaire, avant d'affirmer être ravi de faire enfin sa connaissance en chair et en os. Sans doute ne le pensait-il pas. Dans tous les cas, ces politesses initiales n'étaient de toute façon pas ce qui importait le plus. La suite aurait bien davantage d'intérêt, et d'ailleurs, Grindelwald décida de ne pas tourner autour du pot. Je suppose que vous êtes là pour me parler de votre frère. Il marqua une légère pause. J'ai eu l'occasion de parler à Albus Dumbledore, un ami à vous, je présume... Il laissa à son interlocuteur le temps de peut-être acquiescer avant de reprendre. Cette situation est regrettable, aussi bien pour vous que pour moi, mais je doute fort de pouvoir faire quoi que ce soit pour vous.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 256
Date d'inscription : 29/11/2017

Message#Sujet: Re: On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)   Lun 4 Déc - 13:40





 

Theseus & Graves/Grindelwald

“ On peut négocier, quand même ? ”
D
epuis le temps que nous correspondons tous les deux, il est vrai que j'étais impatient de rencontrer Percival Graves en personne, mais je ne m'attendais pas du tout à ce que cette rencontre ait lieu dans de telles circonstances, car ces circonstances ont tendance à modifier l'opinion que j'ai de mon interlocuteur, et le plaisir que j'aurais pu éprouver à faire plus ample connaissance avec lui... Plaisir qu'il m'avoue être partagé, et maintenant, je me demande s'il est honnête ou pas... La situation n'est pas idéale pour moi, mais elle l'est encore moins pour Percival en réalité, lui aussi aurait sans doute voulu que nous procédions différemment. Maintenant, nous avons un point de discorde, et qui n'est pas des moindres. Mon frère passera toujours avant n'importe qui d'autre, quoi qu'il puisse advenir, alors l'amitié (ou le respect professionnel, plutôt) pourrait bien vite se changer en inimitié sans qu'aucun de nous ne le contrôle vraiment.

Percival avance le sujet de conversation que nous devons partager (et qui doit nous diviser) d'emblée. Je préfère que les choses se passent ainsi. Au moins, il ne se dérobe pas, et c'est tant mieux. C'est vraiment tant mieux. Même si le sujet n'est pas moins simple à aborder pour autant. Il me parle de sa rencontre avec Dumbledore. Pas de surprise à ce sujet. Je sais qu'il a aussi demandé une entrevue avec Graves, et je me suis dit qu'avoir deux avis sur la question ne serait pas du luxe, pas du tout, même. Nous n'avons pas encore dû débriefer d'ailleurs, mais c'est mieux de cette façon, comme cela, je pars sans a priori. Enfin, au-delà des a priori que je possède déjà, maintenant, et presque malgré moi. Je hoche donc juste la tête quand il présume que Dumbledore et moi sommes amis. Encore que c'est un bien grand mot, mais c'est en tout cas un homme que je respecte vraiment beaucoup, et je ne le remercierais jamais assez de m'avoir accompagné.

-Je n'en suis pas si certain,
je réponds, incapable d'admettre que la situation, figée, puisse condamner mon frère pour de bon. Je peux retrouver mon frère, lui faire entendre raison, j'affirme, tout en sachant que Newt n'apprécierait vraiment pas ce que je suis en train de faire, mais la peine qui lui a été infligée m'apparaît... beaucoup trop sévère.



         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macusa
avatar
Messages : 195
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)   Mar 5 Déc - 18:58


On peut négocier, quand même ?
B

ien sûr, Theseus, loin de se contenter de sa seule réponse, décida d'insister. Gellert n'en attendait pas moins de lui. Outre le fait que sa réaction était des plus logique (son frère était en danger de mort, il était parfaitement normal qu'il n'aborde pas très sereinement la situation - doux euphémisme), il attendait aussi de sa part qu'il insiste au sens où il était probablement le plus apte à savoir le mener sur cette voie royale qui lui permettrait de remettre la main sur ce gêneur qui avait échappé à sa vigilance. Il avait bien compris qu'obtenir la même chose de la part de Dumbledore était peine perdue (et il connaissait encore trop bien Albus pour penser autre chose) et absolument inenvisageable, mais le jeune Scamander lui paraissait être, pour sa part, un peu plus... malléable ? A ne pas sous-estimer tout de même, bien sûr, car le jeune homme n'avait sans doute pas été érigé au rang de héros de guerre en faisant des parties de bavboules, mais il était jeune, et la jeunesse a ses faiblesses (faiblesses qu'il avait lui-même connues, même s'il s'estimait tout de même supérieur en ce temps tout comme aujourd'hui). Il avait aussi, de toute évidence, un point faible qu'il lui exposait en cet instant précis et sur lequel il n'était vraiment pas difficile d'appuyer. Son sens de toute évidence aiguisé et imperturbable de la justice se heurtait manifestement à l'affection toute naturelle qu'il éprouvait pour son frère. Et c'était là-dessus que le mage noir avait la ferme intention de s'appuyer pour faire céder son interlocuteur et parvenir à ses fins (peu recommandables, évidemment). Quand il reprit la parole, Gellert se dit même que ce serait plus simple encore qu'il ne l'aurait soupçonné... car Theseus, manifestement, envisageait l'hypothèse de la culpabilité de son cadet (comme quoi, c'était vraiment l'homme de paille idéal, même son propre frère s'y laissait prendre), et était prêt à le livrer si sa peine était allégée.

-Vous comprenez bien, je l'espère,
répliqua très sérieusement Gellert à l'attention de son "collègue", que si vous avez la moindre idée de l'endroit où votre frère se cache en ce moment, nous dissimuler cette information sera considéré comme complicité de meurtre.

Remettre en cause jusqu'aux fondements des convictions de Theseus dans l'espoir de le faire flancher, telle était la manière dont le mage noir avait décidé de procéder. Même s'il prenait grand soin de faire passer ses propos aux accents de menace pour de la simple considération à l'égard d'un estimé collègue qui ne méritait pas d'être mêlé à des affaires qui pourraient bien compromettre une carrière pourtant brillante.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 256
Date d'inscription : 29/11/2017

Message#Sujet: Re: On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)   Mer 13 Déc - 21:19





 

Theseus & Graves/Grindelwald

“ On peut négocier, quand même ? ”
J
e savais qu'il ne serait pas facile d'inviter mon interlocuteur aux négociations, mais j'espérais tout de même, néanmoins, qu'il ferait preuve de plus d'empathie que cela. Nous avons longuement conversé par lettres, tous les deux, j'ose croire que je ne suis quand même pas un total inconnu à ses yeux. Je m'étais pris de sympathie en plus d'estime pour lui, j'aurais apprécié une certaine réciproque. Mais j'ai de toute évidence eu tort de le croire, tort de penser qu'il me suffirait de frapper à la porte du bureau de mon interlocuteur pour qu'il se montre plus engageant et accepte d'alléger la peine qu'il compte adresser à mon frère. Je déteste me tromper, tout comme je déteste entendre à présent mon interlocuteur me menacer indirectement d'une punition qui pourrait m'incomber à moi aussi si je devais porter assistance à mon frère sans en avertir la justice. Je hoche la tête malgré tout. Oui, je connais les risques, et je connais la loi sur le bout des ongles, cela fait partie de mon métier, et je considère par ailleurs que je le fais très bien.

-J'en ai bien conscience
, je lui confirme avec sérieux. Et je ne compte pas faire quoi que ce soit d'illégal.

Pour cette fois, je mens. Ou du moins non, je ne mens pas, je n'ai pas l'intention de faire uoi que ce soit d'illégal, mais je sens bien que je vais y être contraint. Il m'est déjà arrivé de me retrouver dans des situations où mon coeur entrait en conflit avec ma raison, et jusqu'ici, j'ai toujours choisi la voie de la raison, même quand cette voie était difficile. Impossible, pourtant, de m'y résoudre cette fois. Je n'ai pas fait ce long voyage pour rien, après tout, je ne peux tromper personne, au fond. Je sauverai mon frère, parce que c'est mon rôle au-delà de mon rôle d'Auror.

-J'ignore où se trouve Newt.
Ce qui est vrai pour le moment, mais je compte bien faire en sorte de le trouver. Mais je peux le retrouver. Et si vous promettez de rouvrir l'enquête le concernant et d'alléger sa peine, je vous promets de le mener à vous.

Je tente encore le marchandage, même si j'y crois de moins en moins.



         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macusa
avatar
Messages : 195
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)   Jeu 14 Déc - 18:02


On peut négocier, quand même ?
Q

ue Theseus Scamander soit parfaitement au courant de la loi et des risques qu'il pourrait bien encourir, c'était une chose dont Gellert n'avait pas douté. On ne pouvait pas atteindre son niveau de respectabilité parmi les Aurors sans une connaissance assidue des règles qui régissaient son métier. Mais bien connaître les règles, c'était aussi se donner les moyens de s'y soustraire, et cela, Gellert était plus que bien placé pour le savoir. Theseus était venu ici pour trouver son frère, et sans doute n'avait-il pas l'intention de quitter l'Amérique tant qu'il n'aurait pas la possibilité de repartir avec Newt. Il serait déçu dans les deux cas, mais Gellert était prêt malgré tout à entendre ses arguments, surtout parce qu'il savait que ces derniers, s'il faisait mine de rentrer dans son jeu, pourraient bien aller en sa faveur. S'il était sincère quand il affirmait savoir à quoi il pouvait bien s'exposer, Gellert l'estimait bien moins honnête, en revanche, quand il affirmait qu'il n'avait pas l'intention de faire quoi que ce soit d'illégal. La présence même du jeune homme ici, dans ce bureau, n'en disait que trop long sur ce qu'il pourrait effectivement penser.

En revanche, quand il affirma qu'il ne savait pas où était son frère, cette fois, Gellert sut immédiatement qu'il disait vrai. Il s'était rendu au MACUSA, à sa rencontre, avant que d'aller trouver son frère. Il avait voulu faire les choses dans l'ordre, dans les règles, et ça, ça correspondait bien à l'image que l'homme s'était faite de lui par l'intermédiaire des lettres qu'ils avaient échangées. Quand il affirma qu'il pouvait le retrouver, il attisa pour de bon l'intérêt de Gellert, qui ne demandait qu'à remettre la main sur le fugitif. Si son interlocuteur pouvait l'y aider, il n'allait certainement pas négliger cette opportunité.

-Nos conclusions judiciaires ont été établies avec tout le sérieux nécessaire,
précisa Gellert, qui n'autorisait pas son interlocuteur à penser le contraire, même si bien évidemment, les mesures et l'ordre avaient été expéditifs qu'on pourrait le croire. Qu'entendez-vous par "alléger sa peine" ? demanda-t-il ensuite avec de l'intérêt dans le regard.

Il ne comptait pas alléger sa peine, il ne comptait pas faire quoi que ce soit qui puisse contrecarrer ses plans, mais il envisageait bien, en revanche, que Theseus le découvre le plus tard possible et collabore aussi longtemps que cela pourrait leur servir.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 256
Date d'inscription : 29/11/2017

Message#Sujet: Re: On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)   Mer 27 Déc - 17:06





 

Theseus & Graves/Grindelwald

“ On peut négocier, quand même ? ”
J
e me rends compte que mon propos peut être vexant envres le travail effectué par les Aurors du MACUSA, je n'apprécierais pas non plus que l'on remette en cause certaines de mes enquêtes, que l'on ose me faire remarquer que j'aurais mal mené telle ou telle investigation, mais je ne peux me permettre de réagir différemment, pas alors que la vie de mon frère est en jeu. Je tiens à lui, sincèrement, et je ne peux pas laisser le pire arriver. Qu'il accepte que je lui vienne en aide ou non n'y changera rien, ma décision est prise et personne ne me fera changer d'avis, pas même mon interlocuteur, en dépit de tout le respect que je lui dois (et que d'ailleurs je lui accorde). Que ça lui plaise ou non, je resterai campé sur mes positions et j'espère bien qu'il ne restera pas pour sa part campé sur les siennes, sans quoi nous allons avoir un réel souci, qu'il nous sera bien difficile de régler. Une chance pour moi, s'il m'a semblé un peu vexé, il ne semble pas sourd à mes arguments et prêts à les écouter, au moins à en tenir compte. C'est en tout cas l'impression qu'il me donne quand il me demande ce que j'entends exactement par un allègement de la peine de Newt. C'est le moment de la jouer fine et de ne pas griller mes chances. Je le sais, l'occasion est belle, et pour la peine, elle ne se représentera peut-être pas. Je pense qu'il voit exactement où je veux en venir (en même temps, il n'a pas oublié d'être intelligent, nos échanges épistolaires me l'ont prouvé. Et encore, certains détails m'échappent), mais il veut connaître les termes des négociations que j'ai envie d'engager, ce qui signifie qu'il n'y est pas fermé. Je ne vais me faire prier pour lui en dire plus.

-Renoncer à la peine de mort,
dis-je pour commencer, d'un ton ferme.

Car il est évident que je ne saurais supporter une chose pareille, tout comme je refuserais fermement que l'on puisse, en Angleterre, condamner mon frère au baiser du détraqueur. Je tiens à garder sa vie et son âme intactes si je le peux. Et... Je pense que c'est ce qui risque de poser le plus de problème à mon interlocuteur, mais je m'y risque quand même, il est hors de question que je n'essaye pas de toute façon. Alors je me permets d'ajouter mes conditions suivantes, évidemment plus délicates.

-Et je voudrais que vous autorisiez la Justice anglaise à prendre l'affaire en charge.

Au MACUSA, je n'ai pas l'influence nécessaire, mais au ministère britannique, oui. Alors je tente le tout pour le tout.



         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macusa
avatar
Messages : 195
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)   Mer 27 Déc - 23:41


On peut négocier, quand même ?
L

a réponse de Theseus n'avait en soi absolument rien de surprenant. Si le jeune homme avait pris la peine de traverser l'Atlantique dans le but de retrouver son frère, de l'aider et de le sortir du pétrin, s'il prenait la peine d'entrer dans le champ des négociations, il était plus qu'évident que ce n'était pas pour autoriser que la peine capitale soit infligée au jeune Newt. Gellert avait vu le coup venir, et c'était un point sur lequel il avait été prêt à prétendre négocier, car rien ne l'obligeait à ne pas revenir sur sa parole par la suite dans tous les cas, l'essentiel étant d'apaiser le jeune Auror et de compter sur lui pour qu'il emmène son frère directement dans la gueule du loup. Il avait besoin de retrouver le jeune Newt Scamander, qui était bien trop dangereux en liberté, seulement pas pour les raisons qu'il pouvait invoquer auprès de ses "collègues" du MACUSA... enfin, des collègues de Graves, mais cela revenait au même pour le moment. Seulement, les conditions de Theseus Scamander ne s'arrêtaient pas là, et il était évident que Gellert ne pouvait pas se montrer à ce point conciliant, par contre. Laisser la justice anglaise s'occuper du cas du fugitif ? Cétait bien évidemment hors de question, et ce n'était pas une seule seconde négociable, au demeurant.

-Je crains fort de ne pouvoir accéder à cette requête,
répondit l'homme avec tout le sang-froid et toute la politesse possible face à ce qu'il considérait être un homme singulièrement culotté, comme sa proposition. Mais en même temps, on ne devient sans doute pas un héros de guerre réputé sans sortir par moments des clous. Cette affaire et d'ordre nationale. Les crimes dont votre frère est accusé se sont produits sur le sol américain, son jugement relève du MACUSA, je ne reviendrai pas là-dessus, ajouta-t-il d'un ton tranché et tranchant, tout en se redressant sur sa chaise. Pour ce qui est de sa sentence initiale... si vous me promettez une entière collaboration avec nous, alors... Il marqua une pause qui était en fin de compte plus dramatique que nécessaire. Je peux peut-être envisager d'arrondir les angles.

Mais dans un premier temps seulement. Il est évident que c'était un petit jeu auquel il ne consentirait pas à jouer bien longtemps. Il voulait simplement qu'on lui facilite la tâche.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 256
Date d'inscription : 29/11/2017

Message#Sujet: Re: On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)   Jeu 18 Jan - 13:17





 

Theseus & Graves/Grindelwald

“ On peut négocier, quand même ? ”
J'
ai tenté le tout pour le tout, mais je ne peux pas prétendre que la réponse de mon interlocuteur me surprend outre mesure, d'autant que ses arguments sont irréfutables, et je ne peux pas grand-chose contre. C'est vrai, Newt a beau être de nationalité britannique, les crimes dont il est accusé ont eu lieu sur le sol américain, c'est donc à la justice américaine de juger. Mais par conséquent, je n'ai aucune prise sur les événements, je ne peux rien y faire... En Angleterre, j'aurais pu tenter de faire jouer mon réseau. Ici... eh bien, il n'est malheureusement pas si tentaculaire que cela, mon réseau américain, c'est Percival Graves, et de toute évidence, il n'a pas la moindre intention de se montrer conciliant avec moi.

C'était couru d'avance. J'aimerais bien argumenter encore un peu, mais je vois bien que ça ne mènera nulle part. Je sais me battre jusqu'au bout pour les opinions que je défends et pour les personnes que j'aime, mais je sais aussi à quels moments il peut être bon de constater que les choses ne vont mener nulle part. Si je veux parvenir à mes fins, il va falloir que je choisisse un angle d'attaque différent, et au moins, je me satisfais du fait que mon interlocuteur semble un petit peu plus conciliant qu'il ne l'a été jusqu'ici. Ce qui m'inquiète le plus, c'est la sentence définitive qui pourrait incomber à mon frère, et mon interlocuteur paraît accepter d'y revenir un peu. Je reconnais que cela me rassure.

-Je n'ai jamais eu d'autre intention que de collaborer avec le MACUSA
, je réponds d'un ton ferme, sûr de moi.

Mais si je semble effectivement sûr, je ne le suis pas tant que cela. Je ne me vois prendre aucune décision sans avoir sérieusement parlé avec mon frère avant cela. J'ai beau croire en la justice et me battre pour elle, je n'enverrai pas aveuglément Newt au pugilat. Je ne le lui montre pas toujours bien et je crois que je l'exaspère, mais il reste mon frère dans tous les cas, jamais je ne renoncerai à lui. Pour l'instant, mon interlocuteur n'a besoin d'entendre que ce qui l'arrange, et c'est ce que je lui sers.

-Qu'entendez-vous précisément par "arrondir les angles" ?



         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macusa
avatar
Messages : 195
Date d'inscription : 25/11/2017

Message#Sujet: Re: On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)   Dim 21 Jan - 12:17


On peut négocier, quand même ?
T

heseus donnait à Gellert le sentiment d'être de ces Aurors ultra-attachés au règlement et aux sacrosaints voeux prononcés par les représentants de la justice lors de leur intronisation, le genre à ne jamais déroger aux règles qu'on lui a imposées. Quand il affirmait que son intention était de collaborer pleinement avec le MACUSA, il était convaincu qu'il le pensait. Seulement, quand la famille, donc l'affect, pesait dans la balance, tout pouvait être gâché. Il le savait pour l'avoir déjà vécu, pas par rapport avec sa propre famille. Mais il avait vu combien les liens du sang étaient capables de détourner les hommes les plus ambitieux de leurs projets. Il avait assisté à cela en direct quand Albus avait "viré de bord" après le décès de sa soeur. Il se pourrait bien que Theseus, lui aussi, en dépit de ses belles paroles et de son intention de départ, cède aux sirènes du sang et juge préférable de protéger son frère au mépris de tout le reste, y compris du bon sens. Même si le bon sens était logiquement d'éloigner le plus possible le jeune magizoologiste du mage noir sous couverture qu'il était. Mais pour cela, il faudrait que Theseus voit clair dans son jeu, et manifestement, ce n'était pas le cas, pas encore en tout cas. Quoi qu'il en soit, le compromis qu'il venait de lui proposer paraissait lui mettre la puce à l'oreille, attiser son attention, ce qui avait été exactement son intention. Il n'avait pas l'intention de mettre ses compromissions à exécution, bien sûr (mettre Newt Scamander à exécution lui paraissait bien plus envisageable).

-Je pourrais envisager d'alléger sa peine, mais dans tous les cas, il ne pourra échapper à la prison. Je peux ceci dit envisager de le transférer à la prison d'Azkaban.

Ce n'était sans doute pas une compromission suffisante pour Theseus Scamander. Mais en tout cas, c'était le mieux qu'il lui accorderait, sans pour autant le respecter. Un homme féru de justice tel que pourrait l'être son interlocuteur ne résisterait peut-être pas à l'appel de la justice, même si cet appel devait concerner son frère et le condamner à une peine des plus douloureuses. Dans tous les cas, Newt Scamander payerait, d'une manière ou d'une autre. Pas tant parce que Gellert avait des griefs particuliers contre lui que parce qu'il jugeait plus raisonnable de le faire taire, tout simplement. Ce qui lui allait très bien, au demeurant.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorciers
avatar
Messages : 256
Date d'inscription : 29/11/2017

Message#Sujet: Re: On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)   Mar 13 Fév - 14:41





 

Theseus & Graves/Grindelwald

“ On peut négocier, quand même ? ”
J
e me targue de ne pas être si mauvais que cela, quand il est question de négociations, mais face à mon interlocuteur, je pense devoir reconnaître que je manque encore d'expérience. Percival Graves est de ces individus qui pourraient réussir à vous convaincre, au terme de l'une ou l'autre négociation, du fait que vous menez la danse alors qu'il a en réalité absolument toutes les cartes en mains. Je le pressens, alors je veille à ne pas me faire avoir, il n'empêche que je comprends bien que cette conversation profiterait bien plus à mon interlocuteur qu'à moi, au bout du compte. Ce qui n'est évidemment pas pour me rassurer, loin de là, car quand Graves pense peut-être à protéger la ville d'événements pertubateurs qui pourraient bien lever le secret magique international, moi, c'est surtout mon frère que je veux protéger, et quand il me dit qu'il est prêt à alléger sa peine, je ne sais pas vraiment si je dois me réjouir réellement ou pas, en fait.

C'est sûr qu'une peine de prison vaut mieux qu'une condamnation ferme et définitive, et si Newt doit être transféré à la prison d'Azkaban, j'aurais un peu plus de prise sur la situation. Quoi qu'il en soit, je vois bien que c'est là le meilleur que je saurais obtenir de mon interlocuteur. Le meilleur n'est donc pas assez, mais au moins cette conversation remet les choses en perspective. Je me leurre en pensant que laisser oeuvrer la justice sans intervenir, alors qu'il est question de mon frère. non, c'est chose inenvisageable en réalité. Je sais par contre que la meilleure manière de protéger mon frère du sort qui pourrait l'attendre, c'est encore de prouver l'innocence de Newt... et même si cette innocence doit être un peu relative, de prouver au moins qu'il ne mérite pas l'échafaud, ni l'omniprésence angoissante des détraqueurs. Il ne le supporterait pas (même s'il serait capable de faire ami-ami avec les cafards et les rats de sa cellule).

-Bien...
J'hésite à insister encore un peu, mais je ressens que ce sera en vain. La suite, elle va dépendre un peu de moi et beaucoup de Newt. Je vous remercie. Je vous tiendrai informé dès que j'aurais la moindre nouvelle de Newt. Je ne voudrais pas vous déranger plus longtemps.

Et surtout, je pressens définitivement l'urgence de retrouver mon frère au plus vite.


         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)   

Revenir en haut Aller en bas
 
On peut négocier, quand même ? (Graves/Grindelwald)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le début d'une longue amitié ! Oupas. (Mais-peut-être-quand-même.) [Pv: Shu]
» On n’a pas le même sang, ni la même histoire, mais pour moi, tu fais partie de ma famille.
» Je n'aurais peut être pas dù (pv Samus)
» Que faire quand on s'emmerde sur LC FRA?
» Quand le téléphone portable peut sauver la vie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where to find them :: Welcome to the wizarding world :: Manhattan :: Siège du MACUSA-